Bond. Long bond(s) Bond. Long bond(s) Bond. Long bond(s)

Bond. Long bond(s)

Steen Jakobsen

Directeur des investissements

Relevé:  Si les taux réels sont trop positifs, trois scénarios sont envisageables : L'opportunité de bloquer les taux au plus haut du cycle, l'intervention excessive du gouvernement pour maintenir l'économie à flot ou une réinitialisation complète de l'économie.


Nous nous trouvons soit à une opportunité de quatre décennies de bloquer les taux à un niveau élevé, soit à un point d'inflexion où nous assisterons à un changement complet de paradigme vers un moment Schumpeter de destruction créatrice de la politique économique par le biais d'une intervention excessive des pouvoirs publics.

Opportunité ou destruction ? Le choix semble facile, mais le problème est que cette opportunité est le résultat d'un dysfonctionnement du marché et d'un modèle économique fondé sur l'interventionnisme de l'État, alors que la destruction créatrice de Schumpeter est le processus naturel de l'évolution économique et sociale.

Nous voyons trois scénarios distincts avec les probabilités qui s'y rattachent :

  • Opportunité - le monde a effectivement atteint les taux directeurs les plus élevés (50 %)
  • Excès des pouvoirs publics - intervention et réglementation sans cesse croissantes pour maintenir l'économie à flot dans le cadre de l'ancien modèle (35 %)
  • Destruction créatrice (15 %) - réinitialisation de l'économie sur la base d'une distribution fondée sur le marché, en acceptant des cycles économiques complets.

Opportunité

 
Si les taux réels sont trop positifs, les secteurs et les consommateurs ayant des besoins de financement risquent d'en subir les conséquences. Les retombées commencent déjà à se faire sentir dans les entreprises de transformation verte, telles que les promoteurs d'éoliennes en mer, car la valeur économique de leurs projets passe au rouge avec les taux d'intérêt actuels.

Les consommateurs peuvent avoir dépensé leurs économies accumulées pendant le Covid. Avec le coût des cartes de crédit, des hypothèques et des voitures deux fois supérieur à la moyenne historique, ils vont devoir ralentir leurs dépenses.

Il existe également un risque de crise de liquidité, car les gouvernements continuent d'émettre de la dette à un rythme tel que les acheteurs traditionnels de leur crédit se retrouvent avec des titres en souffrance.

Nous estimons qu'un ralentissement économique et une crise de liquidité sont tout aussi probables l'un que l'autre.

Excès de pouvoir des gouvernements

Il est assez ironique de parler d'un excès de pouvoir des gouvernements comme d'un événement futur, car il est déjà en train de se produire. La quantité de nouvelles réglementations est préoccupante, non pas pour ses intentions, mais pour son exécution, qui se traduit par une bureaucratie à l'infini.

L'Europe introduira son mécanisme d'ajustement aux frontières pour le carbone à partir du 1er octobre, ce qui est en fait un vieux terme commercial classique pour désigner une barrière fiscale protectionniste. Les réglementations vertes et les mesures ESG sont à l'ordre du jour dans les tours d'ivoire des politiques et des banques centrales. Elles veulent être perçues comme "faisant quelque chose" et, ce faisant, elles dénaturent les solutions et les initiatives privées. Mais malgré l'échec du changement de direction, ils affirmeront que "le problème n'est pas que l'on se concentre trop sur les réglementations et les politiques gouvernementales, mais plutôt qu'il n'y en a pas assez !

Un petit cours d'économie s'impose peut-être. Tout ce qui n'est pas productif est voué à l'échec, à moins, bien sûr, que les gouvernements ne le maintiennent artificiellement en vie. C'est un scénario très probable.

L'éviction des capitaux privés et de l'initiative n'est jamais une bonne idée. Elle conduira à des déficits croissants, à des niveaux d'endettement insoutenables et à la nécessité d'introduire un coût maximum dans tous les domaines, du capital aux prix. Pensez aux contrôles des prix, des loyers et des courbes de rendement, alors que les politiciens dirigent l'économie de manière centralisée pour aligner et "protéger" les électeurs. Dans ce scénario, les taux terminaux augmenteront, probablement jusqu'à 500-550 points de base pour le rendement de référence à 10 ans aux États-Unis.

Destruction créatrice

Les économistes libertaires continuent de revenir à la théorie de Schumpeter d'un modèle économique qui a besoin d'un feu de forêt récurrent qui réinitialise les paramètres et progresse grâce à l'innovation et à des méthodes plus productives. Une crise qui crée une nouvelle base pour une reprise.

Le risque ici est probablement qu'il faille l'induire à partir de l'inégalité croissante : entre les jeunes et les anciennes générations, entre les petites et moyennes entreprises et les multinationales, entre les nantis et les démunis. Je doute que le modèle économique évolue vers ce scénario. Trop de capital politique est investi dans la croyance actuelle qui consiste à tout maintenir et à éviter les récessions à tout prix.

Il est possible que les électeurs en aient assez. Pour l'instant, la droite, en particulier en Europe, gagne du terrain dans les sondages grâce à son engagement en faveur de l'individu plutôt que du gouvernement. 

Pour un vieux de la vieille comme moi, cela ressemble beaucoup aux années 1980, lorsque l'économie de l'offre d'Arthur Laffer est devenue la mode économique, et après la grande crise financière de 2008, lorsque Koo a introduit le concept de récession des bilans. Aujourd'hui, qui est à nouveau dans les phares de l'économie ? Laffer et Koo !

Les années 1980 ont été l'antidote au "big government" des années 1970, au contrôle des prix, aux prix élevés de l'énergie, à l'effondrement de Bretton Woods, aux salaires élevés, à l'inflation et aux dévaluations.

Cela vous rappelle quelque chose ?

L'exercice auquel nous devons tous nous livrer consiste à déterminer quel sera le prochain cycle, en partant du principe qu'il s'agit souvent du contraire de ce qui vient de se produire.

Peut-être que la bonne réponse est que nous verrons les trois scénarios au cours des dix prochaines années ?

D'abord l'opportunité, puis la surenchère gouvernementale et enfin la transition vers la destruction créatrice de Schumpeter.

Le monde veut, et peut probablement, prolonger et simuler un cycle de plus, mais pour que le modèle économique actuel fonctionne encore une fois, il doit maintenant "protéger" tout le monde et tout ce qu'il y a à protéger. Cela signifie que le coût du capital ne peut plus augmenter, faute de quoi nous passons directement au moment Schumpeter.

Le roi est mort. Vive le roi.

Prêt à commencer?

L'ouverture d'un compte peut se faire entièrement en ligne en trois étapes simples.

Investir comporte des risques, la valeur de votre mise peut baisser.

Cet article ne constitue ni un conseil d’investissement ni une invitation à effectuer certains placements dans le chef de Saxo Bank. La rémunération de l'auteur de cet article n'est pas (ne sera pas) directement ou indirectement liée à ses recommandations ou opinions spécifiques. Bien que Saxo Bank apporte le plus grand soin à la compilation et à la mise à jour de ces pages, et utilise des sources considérées comme fiables, Saxo Bank ne peut garantir l'exactitude, l'exhaustivité et l'actualité des informations fournies. Avant d’effectuer un investissement, Saxo Bank contrôle si celui-ci vous convient sur la base de ce qu’elle sait de vos connaissances et de votre expérience relatives au produit de placement concerné. Saxo Bank vous avertira toujours s’il s’avère que vous ne disposez pas de connaissances et d’une expérience suffisantes ou si Saxo Bank n’a pas pu les évaluer. Saxo Bank est un nom commercial de BinckBank S.A.. Investir comporte des risques. La valeur de votre investissement peut diminuer. Pour en savoir plus sur les risques spécifiques aux produits, consultez les pages consacrées aux produits.

Saxo Belgique
Italiëlei 124, boîte 101,
2000 Anvers
Belgique

Saxo Belgique, sous le nom de Saxo, est la succursale belge de Saxo Bank A/S. Principalement contrôlée par la DFSA. Enregistrée en Belgique auprès de la BNB et contrôlée par la FSMA et la BNB.

Contacter Saxo

Select region

Belgique
Belgique