Une bonne année Une bonne année Une bonne année

Une bonne année

Macro
Christopher Dembik

Responsable de l'analyse macro-économique

La tendance est très positive en ce début d’année (même si la hausse des rendement sur l’obligataire commence à poser quelques questions concernant la capacité de refinancement de beaucoup d’entreprises). Le marché des matières premières connaît une forte envolée, essentiellement du fait des attentes de réouverture complète de la Chine (et de stimulus monétaire et fiscal). Les fonds d’investissement sont désormais acheteurs sur les matières premières de type métaux mais ils sont vendeurs en revanche sur les produits agricoles (par exemple le coton qui s’est effondré la semaine passée). Au niveau des principaux indices boursiers, la tendance de fond est favorable. C’est validé par l’analyse technique. En revanche, les flux tardent à revenir sur les petites et les moyennes valeurs (il faudra un peu de temps). Les investisseurs font le tri entre les entreprises qui ont suffisamment de cash pour passer l’année 2023 et celles qui vont devoir avoir recours à des financements dilutifs voire ultra-dilutifs (malheureusement, c’est souvent le cas du côté des petites valeurs). Nous sommes optimistes pour les semaines à venir. C’est le bon moment pour se repositionner en bourse avec un peu d’ETFs sur les principaux indices, des métaux précieux et évidemment de l’obligataire (pourquoi pas indexé à l’inflation).

  • Il n’y avait aucune statistique importante lors de la séance d’hier. Les principales provinces chinoises ont confirmé un objectif de croissance à 5% cette année ou supérieur. Cela n’a pas beaucoup d’importance. Plus tard cette semaine des indicateurs macroéconomiques chinois (notamment portant sur le PIB) devraient confirmer le ralentissement économique en cours (et porter un coup au CNY qui suit plutôt une tendance haussière depuis le début de l’année). A Singapour, les ventes de logements sont à un point bas de 14 ans du fait d’une offre anémique. Enfin, aux Etats-Unis, les anticipations d’inflation à court terme par les ménages chutent (c’est une bonne nouvelle). Elles repassent sous le seuil des 4%. A moyen terme, ils anticipent désormais que l’inflation sera plutôt autour de 3% (contre 2,5% par le passé).
  • Important changement stratégique sur le marché du gaz. Les Etats-Unis sont désormais le premier producteur mondial devant la Russie (23,6% de parts de marché contre 18%). L’Iran et la Chine sont loin derrière, respectivement à 5,9% et 4,8%. Le Qatar, qui est désormais un partenaire privilégié de l’Europe, ne représente que 4,2% des parts de marché.
  • Sur le marché des métaux précieux, l’once d’or connaît un excellent début d’année (hausse supérieure à 5%). Plusieurs facteurs soutiennent la hausse : la réouverture de l’économie chinoise (c’est un peu la lame de fond, en ce moment), la baisse du dollar américain, les achats spéculatifs de la part des fonds d’investissement (ils sont acheteurs nets depuis novembre 2022) et une demande très soutenue de la part des banques centrales. Selon le World Gold Council (qui est une référence en la matière), au cours des trois premiers trimestres de l’année dernière, les banques centrales mondiales ont acheté pour près de 673 tonnes d’or – soit plus que n’importe quelle année complète depuis 1967. Le mouvement a toutes les chances de perdurer, en particulier du fait d’une demande soutenue de la part de la Chine. A très court terme, on ne peut toutefois pas exclure une correction (qui s’expliquerait en partie par des prises de bénéfices). Cela pourrait conduire le cours à revenir vers le bas de sa borne de fluctuations, autour des 1830 dollars l’once.

Le gros des résultats d’entreprises est à attendre la semaine prochaine. Aujourd’hui, les valeurs financières sont encore à l’honneur avec Morgan Stanley, Goldman Sachs, Interactive Brokers (courtier en ligne) et Sartorius Stedim (biotech spécialisée dans les équipements pharmaceutiques). Dans le reste de la semaine, nous aurons notamment Netflix qui effectue une belle remontée. Le titre affiche une progression boursière de 100% par rapport à ses points bas de 2022. Sa valorisation est toutefois 50% inférieure à son niveau historique atteint fin 2021.

La réunion de la Banque du Japon (BoJ) est le principal événement de marché cette semaine (pouvant entraîner une forte volatilité lors de la session asiatique mercredi). Selon des informations de presse, la banque centrale pourrait annoncer de nouveaux ajustements à sa politique monétaire cette semaine – cela a soutenu le cours du JPY en fin de semaine dernière. En parallèle, la BoJ continue d’être très interventionniste sur le marché obligataire (avec des rachats qui ont atteint environ 78 milliards d’euros en l’espace de deux jours – un record). Cela pourrait perdurer à court terme. Les analystes prévoient que la banque centrale pourrait adopter un ton encore un peu plus hawkish (rejoignant au passage les autres banques centrales mondiales) afin de lutter contre l’inflation. Si la normalisation de la politique monétaire se poursuit, la semaine de trading pourrait être plutôt positive pour le JPY. A noter qu’actuellement les fonds spéculatifs sont toujours majoritairement shorts (vendeurs) sur le JPY. Nous pourrions donc avoir un repositionnement des fonds dans les séances à venir si la normalisation est actée. On ne peut pas exclure que le JPY ait un potentiel de rebond de 20-25%. 

Clause de non-responsabilité

Les informations présentées ci-dessus sont publiées exclusivement à des fins publicitaires et ne sauraient en aucun cas constituer un conseil en investissement, une recommandation d’acheter ou de vendre une devise, un produit ou un instrument financier, ni la suggestion d’une stratégie d’investissement particulière.

Ces informations ont été élaborées par Saxo Bank A/S et diffusées par Saxo Banque. Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, Saxo Banque n'a participé en aucune manière à leur élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à leur sélection. Celles-ci ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. A ce titre, Saxo Banque ne fournit aucune garantie et décline toute responsabilité quant à l’exactitude, la justesse ou l’exhaustivité des présentes informations. Les opinions ou estimations qui pourraient y être exprimées sont celles de leurs auteurs et ne sauraient refléter les points de vue de Saxo Banque. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité de Saxo Banque. Tous les avis exprimés peuvent être modifiés sans préavis (ni préalable ni ultérieur).

En mettant à disposition ces informations, Saxo Banque n’a pas pris en considération les objectifs d’investissement, la situation financière ou les besoins d’un destinataire en particulier. De ce fait, aucune des informations contenues dans cette présentation ne doit être considérée comme une recommandation personnalisée d’investissement adressée à un destinataire en particulier. Saxo Banque décline toute responsabilité en cas de perte en trading subie par un destinataire et liée à une recommandation présumée.

La présente clause de non-responsabilité est soumise à la clause de non-responsabilité complète de Saxo Banque disponible à l’adresse https://www.home.saxo/fr-fr/legal/legal-notice/legal-notice.