Prendre Prendre Prendre

Prendre son mal en patience

Macro
Christopher Dembik

Responsable de l'analyse macro-économique

Il y a quelques semaines de cela, nous avions eu l’occasion d’échanger avec beaucoup d’analystes ayant dix, quinze, vingt ans d’expérience. Tous sont issus de grandes maisons. Ils tenaient le même discours : la baisse des valorisations est telle qu’il faut s’attendre à ce que le marché rebondisse d’un moment à l’autre, y compris sur le segment des valeurs technologiques qui est plus soumis à la hausse des taux. Pour justifier leur argumentaire, ils mettaient en avant leurs « modèles ». Nous étions dubitatifs. Le marché ne réagit pas en fonction des modèles. Surtout, quasiment aucun intervenant de marché n’a connu un risque réel de stagflation qui puisse se transformer potentiellement en récession. De notre point de vue, les marchés financiers vont rester fébriles tant qu’il n’y aura pas d’éclaircie sur le plan macroéconomique (le pic d’inflation est-il atteint ?) et tant que nous ne saurons pas plus clairement quelle va être la direction de la politique monétaire. Aujourd’hui, nous naviguons à vue. Dans le meilleur des cas, nous avons une visibilité à deux mois sur la politique monétaire. C’est inédit. Il existe évidemment des opportunités, ici et là, pour se porter à l’achat. La baisse de certaines grandes valeurs technologiques est irrationnelle. La chute de Lululemon (-23%) depuis le début de l’année est insensée (nous apprécions beaucoup cette valeur chez Saxo Banque). Mais considérer que le rebond est imminent est certainement une erreur. Nous estimons que les trois prochains mois, au moins, devraient être compliqués du point de vue boursier.

  • La bourse de Paris n’a pas réussi à finir dans le vert la semaine dernière. Le CAC 40 affiche un repli en variation hebdomadaire de 0,47%. C’est une baisse faible. Mais cela prouve que nous ne sommes pas encore sortis d'affaires. Quelques valeurs ont réussi à tirer leur épingle du jeu lors de la séance de vendredi : Euroapi (+3,4%) – filiale de Sanofi qui fait l’unanimité auprès des analystes depuis son introduction en bourse il y a quinze jours de cela -, Veolia (+1,30%) et Sanofi (+0,73%). Les secteurs des semi-conducteurs et de l’automobile restent toujours fragiles, à moyen terme. Le titre Renault a baissé de 1,92% vendredi, par exemple. Il faut soit rester à l’écart soit shorter ces valeurs. Hors de France, les autres bourses sont aussi dans le rouge. L’Ibex-35 espagnol a fortement décroché (2,25% la semaine dernière). Une liquidité plus réduite et la perception que les pays du Sud de la zone euro sont plus vulnérables sont deux des facteurs principaux qui expliquent la baisse plus accentuée qu’on observe en Espagne mais aussi en Italie. De l’autre côté de l’Atlantique, l’hémorragie continue pour le Nasdaq Composite. Malgré la forte baisse des valorisations, les acheteurs ne sont pas revenus. Meta était encore en repli de 1,70% sur la semaine écoulée, par exemple.
  • Aux Etats-Unis, le ralentissement du marché du travail n’est pas préoccupant. Les créations d’emplois ont atteint 390 000 en mai (330 000 dans le secteur privé dont 274 000 pour le seul secteur des services, et 57 000 dans le secteur public). La moyenne mobile sur trois mois se situe à 408 000 (soit un point bas depuis le début de l’année). En outre, le chiffre pour le mois d’avril a été revu légèrement à la baisse (-22 000). Le taux de chômage officiel est stable à 3,6% tandis que le taux de participation augmente marginalement de 0,1 point à 62,3%. En ce qui concerne les hausses de salaires, la progression est de 0,3% en variation mensuelle et de 5,2% en variation annuelle (repli de 0,3 point par rapport à avril). Il s’agit, dans l’ensemble, d’un bon rapport sur l’emploi communiqué par le Département du Travail américain. La dynamique économique reste solide, mais elle ralentit. Il faut cependant noter qu’il manque entre 822 000 emplois par rapport au niveau d’avant-Covid. Le PIB américain a dépassé son niveau d’avant-crise mais les emplois détruits par la pandémie n’ont pas encore tous été retrouvés. Ces données devraient avoir peu d’impact direct sur la politique monétaire américaine à court terme. La voie est tracée : deux hausses de taux de 50 points de base chacune en juin et en juillet sont prévues. L’incertitude demeure concernant l’attitude de la Réserve Fédérale américaine en septembre. Cela dépendra beaucoup de la trajectoire de l’inflation. Selon nous, il est probable que le pic d’inflation aux Etats-Unis ne soit pas encore passé (en raison du regain de hausse des prix sur les matières premières récemment).
  • Aucune statistique aujourd’hui.

Plus tard cette semaine, les investisseurs seront attentifs à la réunion de la Banque Centrale Européenne (BCE) prévue jeudi. Depuis quelques jours, les faucons du Conseil des gouverneurs (qui sont minoritaires) ont lancé une opération médiatique afin de plaider en faveur d’un durcissement monétaire plus accentué. Certains analystes anticipent qu’une hausse des taux surprise pourrait avoir lieu dès cette semaine. C’est peu probable. En revanche, il y a un débat réel sur l’ampleur de la hausse des taux en juillet. La majorité du Conseil plaide officiellement pour une hausse timide de 25 points de base (c’est le cas de Christine Lagarde, entre autres). Mais ce ne sera peut-être pas suffisant pour convaincre le marché de sa capacité à contenir les pressions inflationnistes alors que l’indice des prix à la consommation a bondi de 7,4% sur un an en avril à 8,1% en mai (première estimation). Il nous paraît évident que la BCE est en retard dans le cycle économique. Son action pendant la pandémie a été louée. Son action face à l’inflation galopante sera critiquée. 

Clause de non-responsabilité

Les informations présentées ci-dessus sont publiées exclusivement à des fins publicitaires et ne sauraient en aucun cas constituer un conseil en investissement, une recommandation d’acheter ou de vendre une devise, un produit ou un instrument financier, ni la suggestion d’une stratégie d’investissement particulière.

Ces informations ont été élaborées par Saxo Bank A/S et diffusées par Saxo Banque. Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, Saxo Banque n'a participé en aucune manière à leur élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à leur sélection. Celles-ci ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. A ce titre, Saxo Banque ne fournit aucune garantie et décline toute responsabilité quant à l’exactitude, la justesse ou l’exhaustivité des présentes informations. Les opinions ou estimations qui pourraient y être exprimées sont celles de leurs auteurs et ne sauraient refléter les points de vue de Saxo Banque. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité de Saxo Banque. Tous les avis exprimés peuvent être modifiés sans préavis (ni préalable ni ultérieur).

En mettant à disposition ces informations, Saxo Banque n’a pas pris en considération les objectifs d’investissement, la situation financière ou les besoins d’un destinataire en particulier. De ce fait, aucune des informations contenues dans cette présentation ne doit être considérée comme une recommandation personnalisée d’investissement adressée à un destinataire en particulier. Saxo Banque décline toute responsabilité en cas de perte en trading subie par un destinataire et liée à une recommandation présumée.

La présente clause de non-responsabilité est soumise à la clause de non-responsabilité complète de Saxo Banque disponible à l’adresse https://www.home.saxo/fr-fr/legal/legal-notice/legal-notice.

Soyez conscient(e) des risques.
Toute opération de trading comporte des risques de perte en capital. En savoir plus. Pour vous aider à mieux comprendre les risques encourus, nous avons rassemblé une série de Documents d’Information Clé pour l’Investisseur (DICI) mettant en évidence les risques et les avantages liés à chaque produit. D'autres Documents d’Information Clé pour l’Investisseur sont disponibles sur notre plateforme de trading. En savoir plus.

Les instruments financiers sur marge présentent, en raison de leur effet de levier, un fort caractère spéculatif et peuvent vous exposer à des risques de pertes supérieures au montant investi. Ils nécessitent un bon niveau de connaissances et d'expérience en matière financière. Nous vous recommandons de lire notre avertissement sur les risques, de suivre nos formations et de vous assurer que la réalisation d'investissements à partir des instruments financiers proposés par Saxo Banque est adaptée à votre situation et à vos objectifs financiers. Ces produits sont destinés à une clientèle avisée pouvant surveiller ses positions de manière quotidienne, voire plusieurs fois par jour, et ayant les moyens financiers de supporter un tel risque.

Les informations présentées dans le site www.home.saxo/fr vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constitue ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doit en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.

Saxo Banque| Succursale française de Binckbank N.V.,société anonyme de droit néerlandais, au capital social de 10 000 005 euros | RCS de Paris 495 193 849 | Contrôlée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et par l’Autorité des Marchés Financiers | 10,rue de la Paix | 75002 PARIS | Téléphone + 33 (0)1 78 94 56 40

Les informations figurant sur ce site ne s'adressent pas aux résidents des États-Unis et de la Belgique et ne sont pas destinées à être diffusées ni à être utilisées par des personnes se trouvant dans un pays ou une juridiction où une telle distribution et utilisation seraient contraires à la loi ou à la règlementation locale.