Flash Flash Flash

Flash Krach

Macro
Christopher Dembik

Responsable de l'analyse macro-économique

Ce qu’on retiendra de la séance d’hier, c’est le flash krach violent sur le CAC 40 à 10h suite à l’effondrement de la composante production du secteur manufacturier en zone euro. Les investisseurs sont fébriles, ils s’attendent au pire (récession ou stagflation, en fonction des cas) et toutes les annonces qui tombent semblent confirmer leurs pires craintes. Les chaînes d’approvisionnement sont en piteux état. La hausse du prix des produits alimentaires devient un vrai problème pour plusieurs pays émergents et pour les 15-20% les plus pauvres dans les pays développés. S’ajoute à cela des interrogations persistantes à propos de la stratégie zéro Covid en Chine (un confinement généralisé de Pékin semble inévitable, à ce stade). Beaucoup d’investisseurs ont décidé ces dernières semaines d’acheter à la baisse (‘buy the dip’). Mais ce n’était pas toujours la stratégie la plus censée. A ce stade, il reste peu d’options, l’une d’elle est tout simplement de shorter le marché. A court terme, nous ne voyons que des risques s’accumuler. Il faut aussi craindre que les tensions géopolitiques (en Ukraine) vont s’accroître à l’approche du 9 mai -jour de la victoire de l’URSS sur l’Allemagne nazie.

  • La tension reste palpable sur le marché actions. Lors de la séance de vendredi dernier, le titre Amazon a chuté de 14 % (c’est massif), renouant au passage avec des niveaux qui n’ont pas été connus depuis juin 2020. Les pertes occasionnées au niveau de la branche e-commerce suggèrent que même les grands acteurs technologiques sont pénalisés par la remontée de l’inflation. Il est évident que si les difficultés d’Amazon perdurent, cela va avoir un impact durable sur la bourse américaine (c’est la troisième action la plus importante au niveau du S&P 500). Nous sommes particulièrement vigilants aux résultats des acteurs du secteur des semi-conducteurs dans les jours à venir qui pourraient annoncer de nouvelles difficultés au niveau des chaînes d’approvisionnement (AMD par exemple demain).

  • Il y avait quelques statistiques hier. En Allemagne, les ventes au détail au mois de mars ont affiché une progression de 3,1% sur un an en valeur. Attention, si on raisonne en volume, le résultat est très différent : les ventes au détail chutent de 2,7% sur la même période. L’indice PMI S&P manufacturier en zone euro a constitué un électrochoc pour le marché lors de sa publication. En avril, il ressort à un point bas de 15 mois. Ce qui est certainement pire, c’est la baisse de la composante production à un plus bas depuis 22 mois. Cela a poussé les indices européens brutalement à la baisse (chute soudaine de -3,45 % du CAC 40 hier en milieu de matinée, par exemple). C’est aussi le signe d’une fébrilité croissante des investisseurs quant à la dynamique économique. Dans les salles de marché, tout le monde n’a qu’un mot à la bouche : récession. Les plus optimistes parlent de stagflation. Il n’y aura pas de sortie de crise heureuse.
  • Pendant que les banques françaises pèsent le pour et le contre, les banques américaines se lancent dans une course effrénée pour s’imposer dans le domaine des crypto-monnaies. Goldman Sachs a confirmé avoir accordé sa toute première facilité de crédit adossée à des Bitcoins. La banque américaine a déjà négocié il y a quelques semaines de cela ses premières options liées au Bitcoin. D’autres acteurs ont annoncé des mesures similaires : Jefferies étend ses services bancaires aux clients de l’écosystème crypto et Cowen Inc (banque cotée au Nasdaq) a lancé une unité spécialisée dans les actifs numériques, par exemple. Il faut également mentionner que le cadre réglementaire aux Etats-Unis est plus favorable à l’innovation dans ce domaine qu’en France (ou pire, au niveau de l’Union Européenne).

La saison des résultats continue avec Thomson Reuters, BNP Paribas, Deutsche Post, BP, Universal Music Group, Pfizer, AMD (semi-conducteurs), S&P Global, Airbnb, Ester Lauder, Starbucks et Marathon Petroleum.

L’agenda économique est peu chargé aujourd’hui, avec seulement les chiffres du chômage en Allemagne (repli du nombre de demandeurs d’emplois attendus de 15 000 en avril) et le rapport JOLTS aux Etats-Unis sur les nouvelles offres d’emploi en mars (toujours proche d’un plus haut, selon le consensus). La présidente de la Banque Centrale Européenne, Christine Lagarde, répondra à un Q&A avec des lycéens à Francfort. Aucun impact, évidemment.

Clause de non-responsabilité

Les informations présentées ci-dessus sont publiées exclusivement à des fins publicitaires et ne sauraient en aucun cas constituer un conseil en investissement, une recommandation d’acheter ou de vendre une devise, un produit ou un instrument financier, ni la suggestion d’une stratégie d’investissement particulière.

Ces informations ont été élaborées par Saxo Bank A/S et diffusées par Saxo Banque. Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, Saxo Banque n'a participé en aucune manière à leur élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à leur sélection. Celles-ci ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. A ce titre, Saxo Banque ne fournit aucune garantie et décline toute responsabilité quant à l’exactitude, la justesse ou l’exhaustivité des présentes informations. Les opinions ou estimations qui pourraient y être exprimées sont celles de leurs auteurs et ne sauraient refléter les points de vue de Saxo Banque. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité de Saxo Banque. Tous les avis exprimés peuvent être modifiés sans préavis (ni préalable ni ultérieur).

En mettant à disposition ces informations, Saxo Banque n’a pas pris en considération les objectifs d’investissement, la situation financière ou les besoins d’un destinataire en particulier. De ce fait, aucune des informations contenues dans cette présentation ne doit être considérée comme une recommandation personnalisée d’investissement adressée à un destinataire en particulier. Saxo Banque décline toute responsabilité en cas de perte en trading subie par un destinataire et liée à une recommandation présumée.

La présente clause de non-responsabilité est soumise à la clause de non-responsabilité complète de Saxo Banque disponible à l’adresse https://www.home.saxo/fr-fr/legal/legal-notice/legal-notice.

Soyez conscient(e) des risques.
Toute opération de trading comporte des risques de perte en capital. En savoir plus. Pour vous aider à mieux comprendre les risques encourus, nous avons rassemblé une série de Documents d’Information Clé pour l’Investisseur (DICI) mettant en évidence les risques et les avantages liés à chaque produit. D'autres Documents d’Information Clé pour l’Investisseur sont disponibles sur notre plateforme de trading. En savoir plus.

Les instruments financiers sur marge présentent, en raison de leur effet de levier, un fort caractère spéculatif et peuvent vous exposer à des risques de pertes supérieures au montant investi. Ils nécessitent un bon niveau de connaissances et d'expérience en matière financière. Nous vous recommandons de lire notre avertissement sur les risques, de suivre nos formations et de vous assurer que la réalisation d'investissements à partir des instruments financiers proposés par Saxo Banque est adaptée à votre situation et à vos objectifs financiers. Ces produits sont destinés à une clientèle avisée pouvant surveiller ses positions de manière quotidienne, voire plusieurs fois par jour, et ayant les moyens financiers de supporter un tel risque.

Les informations présentées dans le site www.home.saxo/fr vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constitue ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doit en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.

Saxo Banque| Succursale française de Binckbank N.V.,société anonyme de droit néerlandais, au capital social de 10 000 005 euros | RCS de Paris 495 193 849 | Contrôlée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et par l’Autorité des Marchés Financiers | 10,rue de la Paix | 75002 PARIS | Téléphone + 33 (0)1 78 94 56 40

Les informations figurant sur ce site ne s'adressent pas aux résidents des États-Unis et de la Belgique et ne sont pas destinées à être diffusées ni à être utilisées par des personnes se trouvant dans un pays ou une juridiction où une telle distribution et utilisation seraient contraires à la loi ou à la règlementation locale.