Dépression Dépression Dépression

Dépression

Macro
Christopher Dembik

Responsable de l'analyse macro-économique

Résumé:  C’est un tableau noir. Mais c’est réaliste.


L’inflation continue de donner des sueurs froides dans les salles de marché. Après le chiffre publié aux Etats-Unis hier, il ne fait plus aucun doute que la Réserve Fédérale américaine va opter pour une hausse de son taux directeur de 50 points de base en mai prochain. Mais ce ne sera pas assez fort pour juguler les tensions inflationnistes. De plus en plus d’analystes considèrent que la banque centrale va être contrainte (pas maintenant) d’opter pour la récession afin justement de faire baisser l’inflation. Nous n’avons d’avis ferme à ce propos. C’est toutefois un levier possible, en dernier ressort. Comme nous l’avons esquissé à l’occasion de nos prévisions du deuxième trimestre, nous sommes convaincus que nous sommes entrés dans un nouveau paradigme : la grande érosion. Nous allons être confrontés à un appauvrissement généralisé à cause de l’inflation, à la mise en difficulté des Etats les plus vulnérables (c’est déjà le cas) et à des tensions sociales de plus en plus conséquentes. C’est un tableau noir. Mais c’est réaliste.

  • Le calendrier économique était dense hier. Au Royaume-Uni, le nombre de demandeurs d’emplois a continué de baisser en mars (-46,900 après -58,000 en février). Le marché de l’emploi se porte bien. Mais les hausses de salaire ne suffisent pas à compenser l’augmentation générale des prix. Les six à douze prochains mois vont être compliqués pour l’économie britannique. Aux Etats-Unis, l’indice des prix à la consommation a atteint le niveau stratosphérique de 8,5% sur un an en mars. Hors éléments volatils, l’inflation a un peu reflué à 6,5%. On en conviendra, c’est toujours très élevé. Dans tous les cas, il apparaît évident que la Réserve Fédérale américaine est en retard dans le cycle. Une première hausse de 50 points de base du taux directeur est actée, selon nous. D’autres suivront très vite.

  • Nvidia est une de nos valeurs boursières préférées. Lors de la séance de lundi, le cours de l’action avait chuté de 5% pour atteindre un point bas vers 206,50 USD. En novembre dernier, le cours était proche des 350 USD. Le prix de Nvidia est fortement corrélé à l’évolution des cryptomonnaies pour la simple raison que ses puces sont largement utilisées dans les applications de crypto-minage. Mais la chute du début de semaine s’explique par l’abaissement de la note à neutre par la maison de recherche Baird (qui est surtout établie aux Etats-Unis). En cause : des inquiétudes concernant l’évolution de la demande dans un contexte compliqué pour les chaînes d’approvisionnement. Nous considérons toujours que Nvidia fait partie des valeurs de bas de portefeuille.
  • Il faut s’attendre à des défauts de paiement dans les pays émergents en raison de la crise. Nous vous parlions du Sri Lanka il y a quelques semaines de cela. Nous présentions le pays comme le maillon faible. Le gouvernement sri lankais a officiellement fait défaut sur une partie de sa dette en USD. L’objectif est d’utiliser les USD non pas pour régler les créanciers détenteurs de la dette du pays mais pour continuer d’importer des produits de première nécessité (dans le cas précis, des biens alimentaires et de l’essence). D’autres pays devraient suivre la même trajectoire, particulièrement en Afrique. La reprise post-Covid n’est pas telle qu’on nous l’avait promis.

Les résultats d’entreprises continuent avec Tesco, JPMorgan Chase & Co, BlackRock et Fastena (fournitures industrielles). Le gros des annonces est toutefois attendu jeudi.

C’est une nouvelle séance compliquée sur le terrain de l’inflation. L’indice des prix à la consommation est prévu en fort rebond au Royaume-Uni, à 6,7% sur un an en mars contre 6,2% en estimation précédente. Les indicateurs publiés lundi portant sur la production industrielle et le PIB en février ont montré que l’inflation galopante devient un sérieux problème pour l’économie britannique (en grignotant le pouvoir d’achat des ménages). En outre, la Banque du Canada devrait augmenter son taux directeur significativement, de 50 points de base à 1%. Cette décision est déjà ‘pricée’ dans les cours du CAD depuis plusieurs semaines. Nous pourrions avoir aussi plus d’indications concernant une réduction du bilan (qui constitue un pas supplémentaire en direction d’une politique monétaire plus restrictive). Nous sommes toujours haussiers sur le CAD. 


Clause de non-responsabilité

Les informations présentées ci-dessus sont publiées exclusivement à des fins publicitaires et ne sauraient en aucun cas constituer un conseil en investissement, une recommandation d’acheter ou de vendre une devise, un produit ou un instrument financier, ni la suggestion d’une stratégie d’investissement particulière.

Ces informations ont été élaborées par Saxo Bank A/S et diffusées par Saxo Banque. Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, Saxo Banque n'a participé en aucune manière à leur élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à leur sélection. Celles-ci ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. A ce titre, Saxo Banque ne fournit aucune garantie et décline toute responsabilité quant à l’exactitude, la justesse ou l’exhaustivité des présentes informations. Les opinions ou estimations qui pourraient y être exprimées sont celles de leurs auteurs et ne sauraient refléter les points de vue de Saxo Banque. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité de Saxo Banque. Tous les avis exprimés peuvent être modifiés sans préavis (ni préalable ni ultérieur).

En mettant à disposition ces informations, Saxo Banque n’a pas pris en considération les objectifs d’investissement, la situation financière ou les besoins d’un destinataire en particulier. De ce fait, aucune des informations contenues dans cette présentation ne doit être considérée comme une recommandation personnalisée d’investissement adressée à un destinataire en particulier. Saxo Banque décline toute responsabilité en cas de perte en trading subie par un destinataire et liée à une recommandation présumée.

La présente clause de non-responsabilité est soumise à la clause de non-responsabilité complète de Saxo Banque disponible à l’adresse https://www.home.saxo/fr-fr/legal/legal-notice/legal-notice.

Soyez conscient(e) des risques.
Toute opération de trading comporte des risques de perte en capital. En savoir plus. Pour vous aider à mieux comprendre les risques encourus, nous avons rassemblé une série de Documents d’Information Clé pour l’Investisseur (DICI) mettant en évidence les risques et les avantages liés à chaque produit. D'autres Documents d’Information Clé pour l’Investisseur sont disponibles sur notre plateforme de trading. En savoir plus.

Les instruments financiers sur marge présentent, en raison de leur effet de levier, un fort caractère spéculatif et peuvent vous exposer à des risques de pertes supérieures au montant investi. Ils nécessitent un bon niveau de connaissances et d'expérience en matière financière. Nous vous recommandons de lire notre avertissement sur les risques, de suivre nos formations et de vous assurer que la réalisation d'investissements à partir des instruments financiers proposés par Saxo Banque est adaptée à votre situation et à vos objectifs financiers. Ces produits sont destinés à une clientèle avisée pouvant surveiller ses positions de manière quotidienne, voire plusieurs fois par jour, et ayant les moyens financiers de supporter un tel risque.

Les informations présentées dans le site www.home.saxo/fr vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constitue ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doit en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.

Saxo Banque| Succursale française de Binckbank N.V.,société anonyme de droit néerlandais, au capital social de 10 000 005 euros | RCS de Paris 495 193 849 | Contrôlée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et par l’Autorité des Marchés Financiers | 10,rue de la Paix | 75002 PARIS | Téléphone + 33 (0)1 78 94 56 40

Les informations figurant sur ce site ne s'adressent pas aux résidents des États-Unis et de la Belgique et ne sont pas destinées à être diffusées ni à être utilisées par des personnes se trouvant dans un pays ou une juridiction où une telle distribution et utilisation seraient contraires à la loi ou à la règlementation locale.