Ce Ce Ce

Ce qui va (vraiment) compter

Macro
Christopher Dembik

Responsable de l'analyse macro-économique

C’est enfin en positif ! Sur un an, l’indice CAC 40 affiche désormais une timide hausse de 1,20%. C’est peu. Mais c’est encourageant. Il est toutefois encore trop tôt pour savoir si les remous sur les marchés financiers vont s’arrêter. Nous en doutons fortement. Les facteurs de risque sont trop nombreux pour les ignorer et se pose sérieusement la question de la capacité des banques centrales, dans certains pays, à endiguer durablement l’inflation (concrètement, faudra-t-il passer par une récession ?). Cependant, avec la baisse des valorisations, au cas par cas, certaines sociétés avec de solides fondamentaux commencent à devenir intéressantes. Nous restons convaincus qu’il n’y a que deux stratégies qui font sens à l’heure actuelle : shorter le marché et entrer à l’achat avec parcimonie (achats opportunistes de belles sociétés décotées).

  • C’était le mauvais chiffre de la séance d’hier. L’indice des prix à la consommation au Royaume-Uni a bondi à 9% en avril sur un an – le rythme le plus rapide depuis 1982. Une grande partie de la hausse s’explique par l’ajustement de la facture énergétique (augmentation des prix début avril de l’ordre de 53% !). C’est douloureux. La situation va empirer à court terme. La Banque d’Angleterre anticipe déjà une inflation à deux chiffres en variation annuelle.
  • La baisse des valorisations favorise les processus de M&A : l’armateur marseillais CMA CGM va entrer au capital du groupe Air France-KLM (à hauteur de 9%) pour se développer davantage dans le fret aérien, une unité développée récemment par CMA CGM ; Siemens Energy envisage de faire une offre pour acheter le tiers du fabricant d’éoliennes Siemens Gamesa (qui est en difficulté) ; et PIF va prendre une participation de 5% dans Nintendo. Ce n’est certainement que le début. L’année 2022 pourrait être mauvaise pour la bourse mais particulièrement positive pour le M&A. Nous nous attendons, en particulier, à beaucoup de mouvements sur le segment des mid-caps (qui sont fortement décotées, souvent à tort).
  • Dans le secteur du luxe, il faut faire le tri. Nous restons toujours prudents sur le dossier Kering (en dépit de la forte baisse du PER). Nous privilégions plutôt dans une stratégie moyen-terme une valeur comme Hermès qui est désormais la cinquième capitalisation boursière du CAC 40 (alors qu’elle oscillait entre la deuxième et la troisième place, précédemment). Le titre fait partie des plus fortes baisses de l’indice depuis le début de l’année (-29%). Mais son potentiel de rebond est intacte. Les fondamentaux sont bons : trésorerie nette de 7 milliards d’euros, fonds propos à hauteur de 9 milliards d’euros et surtout un vrai pricing power qui peut être utile en ce moment (le groupe a déjà augmenté les prix de 3,5% en janvier et une autre hausse est en ligne de mire). Le PER est également plus raisonnable : 35 contre environ 60 lorsque le cours de l’action était à un point haut. Attention toutefois à court terme les secousses sur les marchés financiers ne sont certainement pas terminées. Il convient d’être très vigilant.

Les résultats d’entreprises continuent avec Xiaomi, Generali, National Grid (gaz et électricité au Royaume-Uni), Applied Materials (semi-conducteurs), Palo Alto Networks (télécommunications), Ross Stores (hard-discount) et DiDi Global (plateforme technologique de mobilité en Chine).

Les indicateurs économiques sont nombreux aujourd’hui : inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis (200k contre 203k précédemment), indice manufacturier de la Fed de Philadelphie pour le mois de mai (chute à 16,0 contre 17,6 en avril) et ventes de logements existants en avril outre-Atlantique (léger repli à 5,65M). Le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque Centrale Européenne est publié à 13h30. Il devrait confirmer que l’institut s’oriente vers une hausse des taux imminente, probablement dès le mois de juillet prochain. Avant-hier, Klaas Knot, membre du conseil des gouverneurs, a soutenu l’idée d’une hausse de 25 points de base.

 

Clause de non-responsabilité

Les informations présentées ci-dessus sont publiées exclusivement à des fins publicitaires et ne sauraient en aucun cas constituer un conseil en investissement, une recommandation d’acheter ou de vendre une devise, un produit ou un instrument financier, ni la suggestion d’une stratégie d’investissement particulière.

Ces informations ont été élaborées par Saxo Bank A/S et diffusées par Saxo Banque. Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, Saxo Banque n'a participé en aucune manière à leur élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à leur sélection. Celles-ci ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. A ce titre, Saxo Banque ne fournit aucune garantie et décline toute responsabilité quant à l’exactitude, la justesse ou l’exhaustivité des présentes informations. Les opinions ou estimations qui pourraient y être exprimées sont celles de leurs auteurs et ne sauraient refléter les points de vue de Saxo Banque. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité de Saxo Banque. Tous les avis exprimés peuvent être modifiés sans préavis (ni préalable ni ultérieur).

En mettant à disposition ces informations, Saxo Banque n’a pas pris en considération les objectifs d’investissement, la situation financière ou les besoins d’un destinataire en particulier. De ce fait, aucune des informations contenues dans cette présentation ne doit être considérée comme une recommandation personnalisée d’investissement adressée à un destinataire en particulier. Saxo Banque décline toute responsabilité en cas de perte en trading subie par un destinataire et liée à une recommandation présumée.

La présente clause de non-responsabilité est soumise à la clause de non-responsabilité complète de Saxo Banque disponible à l’adresse https://www.home.saxo/fr-fr/legal/legal-notice/legal-notice.

Soyez conscient(e) des risques.
Toute opération de trading comporte des risques de perte en capital. En savoir plus. Pour vous aider à mieux comprendre les risques encourus, nous avons rassemblé une série de Documents d’Information Clé pour l’Investisseur (DICI) mettant en évidence les risques et les avantages liés à chaque produit. D'autres Documents d’Information Clé pour l’Investisseur sont disponibles sur notre plateforme de trading. En savoir plus.

Les instruments financiers sur marge présentent, en raison de leur effet de levier, un fort caractère spéculatif et peuvent vous exposer à des risques de pertes supérieures au montant investi. Ils nécessitent un bon niveau de connaissances et d'expérience en matière financière. Nous vous recommandons de lire notre avertissement sur les risques, de suivre nos formations et de vous assurer que la réalisation d'investissements à partir des instruments financiers proposés par Saxo Banque est adaptée à votre situation et à vos objectifs financiers. Ces produits sont destinés à une clientèle avisée pouvant surveiller ses positions de manière quotidienne, voire plusieurs fois par jour, et ayant les moyens financiers de supporter un tel risque.

Les informations présentées dans le site www.home.saxo/fr vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constitue ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doit en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.

Saxo Banque| Succursale française de Binckbank N.V.,société anonyme de droit néerlandais, au capital social de 10 000 005 euros | RCS de Paris 495 193 849 | Contrôlée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et par l’Autorité des Marchés Financiers | 10,rue de la Paix | 75002 PARIS | Téléphone + 33 (0)1 78 94 56 40

Les informations figurant sur ce site ne s'adressent pas aux résidents des États-Unis et de la Belgique et ne sont pas destinées à être diffusées ni à être utilisées par des personnes se trouvant dans un pays ou une juridiction où une telle distribution et utilisation seraient contraires à la loi ou à la règlementation locale.