Prudence Prudence Prudence

Prudence

Macro
Christopher Dembik

Responsable de l'analyse macro-économique

Le CAC 40 a fait un petit rebond de 0,55% hier (soit une progression de 0,43% en variation hebdomadaire). Il est cependant peu probable que ce soit suffisant pour rattraper d’ici la fin de l’année le terrain perdu (environ 19%). En bourse, on considère qu’après un très mauvais premier semestre, on observe généralement un fort rebond. Pour l’instant, ce n’est pas le cas. Les marchés financiers restent fébriles (comme en témoignent les rumeurs du week-end). Heureusement, certaines valeurs réussissent contre vents et marées à rester en positif. C’est le cas de Biogen (qui publie ses résultats aujourd’hui) ou encore de Waga Energy qui affiche une progression de 6% depuis le mois de janvier (le titre a toutefois perdu un peu de terrain ces dernières semaines dans des marchés de plus en plus compliqués). Il est évident que le durcissement monétaire à l’œuvre et notamment la baisse de la liquidité en dollar (selon nos indicateurs, pour la première fois depuis 2019 la liquidité en dollar au niveau mondial est en contraction) vont favoriser un repli sur les valeurs refuge/défensives. Des sociétés de gestion françaises ont annoncé revenir sur les valeurs cycliques. Nous pensons que c’est beaucoup trop tôt. Il faut plutôt avoir une stratégie de couverture du risque tant que nous n’y verrons pas plus clair sur les facteurs de stress exacts qui nuisent à la dynamique haussière. Le maître-mot reste la prudence dans les circonstances actuelles.

  • Les indicateurs PMI pour le mois de septembre ont été décevants dans l’ensemble. En première estimation, le PMI manufacturier pour l’Allemagne est ressorti nettement inférieur aux attentes à 47,8 contre 49,1 précédemment. De l’autre côté de la Manche, l’indicateur était aussi en contraction à 48,4 contre 47,3 précédemment. Dans les deux cas, cela semble corroborer le risque de récession. Il est même probable que l’Allemagne et le Royaume-Uni sont déjà entrés en récession. Aux Etats-Unis, la baisse de l’activité dans le secteur manufacturier a surpris. L’indice ISM manufacturier a atteint seulement 50,9 en septembre (toujours en territoire d’expansion). C’est nettement plus bas que le consensus (52,2). Toutefois, il n’est pas question de paniquer. Le ralentissement de l’activité était attendu. Dans l’ensemble, ces mauvaises statistiques semblent confirmer que le pire est devant nous du point de vue macroéconomique. Le premier trimestre 2023 pourrait être compliqué.
  • En lien avec les attentes de ralentissement économique, l’OPEP a indiqué baisser sa production. Les pays membres anticipent une baisse de la demande à court terme (qui ne s’est pas encore matérialisée dans les chiffres disponibles). Ils intègrent seulement le scénario d’une récession mondiale dans leurs prévisions (la Banque mondiale a confirmé ce risque récemment). L’Arabie Saoudite pourrait être le principal pays à diminuer sa production. C’est une mauvaise nouvelle pour l’inflation (à court terme cela pourrait induire une remontée des prix). C’est une mauvaise nouvelle à long terme également puisque cela veut dire que les CAPEX dans le secteur ne vont pas remonter (entraînant potentiellement des problèmes au niveau de la productivité des puits et de la qualité des infrastructures énergétiques en règle générale).
  • Il y a encore des opportunités d’investissement à moyen terme. C’est par exemple le cas de l’espace (nouvelle frontière de l’investissement). La communication entre actifs spatiaux est un segment possible. Cela peut passer soit par la radiofréquence (qui comporte énormément de défauts notamment en termes de sécurité) soit par la lumière (dit autrement, les lasers). Nous sommes progressivement en train de migrer vers un standard basé sur les lasers. Cela va permettre aux satellites de communiquer entre eux dans l’espace mais aussi d’optimiser la communication entre les satellites et la Terre.Une poignée d’entreprises cotées travaillent sur ce sujet, notamment l’entreprise allemande Mynaric. C’est une small-cap (170 millions d’euros de valorisation) qui est cotée sur la plateforme d’échange Xetra à Francfort. Comme beaucoup de petites valorisations, le titre a été chahuté en bourse ces derniers mois. Mais le potentiel de rebond est énorme étant donné la trajectoire de croissance très forte du segment sur lequel l’entreprise est leader. C’est une belle valeur à laquelle s’intéresser, par exemple.

Les résultats d’entreprises continuent avec Biogen aujourd’hui. L’entreprise de biotechnologie est cotée au Nasdaq. Son parcours boursier est plutôt très bon depuis le début de l’année, surtout si on compare avec d’autres grands noms de la bourse (hausse de plus de 10% depuis janvier). Mercredi dernier, le titre a flambé (progression de près de 35% en une seule séance) après des résultats positifs dans le cadre d'une étude clinique menée dans la maladie d'Alzheimer. Les analystes sont en général positifs sur Biogen. Les résultats attendus dans la journée devraient conforter leur opinion.

Aucune statistique majeure aujourd’hui. Christine Lagarde, présidente de la Banque Centrale Européenne, s’exprime à 17h lors d’un évènement organisé par la banque centrale chypriote réunissant des étudiants. Il va s’en dire que l’intérêt est faible du point de vue du marché. 

Clause de non-responsabilité

Les informations présentées ci-dessus sont publiées exclusivement à des fins publicitaires et ne sauraient en aucun cas constituer un conseil en investissement, une recommandation d’acheter ou de vendre une devise, un produit ou un instrument financier, ni la suggestion d’une stratégie d’investissement particulière.

Ces informations ont été élaborées par Saxo Bank A/S et diffusées par Saxo Banque. Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, Saxo Banque n'a participé en aucune manière à leur élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à leur sélection. Celles-ci ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. A ce titre, Saxo Banque ne fournit aucune garantie et décline toute responsabilité quant à l’exactitude, la justesse ou l’exhaustivité des présentes informations. Les opinions ou estimations qui pourraient y être exprimées sont celles de leurs auteurs et ne sauraient refléter les points de vue de Saxo Banque. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité de Saxo Banque. Tous les avis exprimés peuvent être modifiés sans préavis (ni préalable ni ultérieur).

En mettant à disposition ces informations, Saxo Banque n’a pas pris en considération les objectifs d’investissement, la situation financière ou les besoins d’un destinataire en particulier. De ce fait, aucune des informations contenues dans cette présentation ne doit être considérée comme une recommandation personnalisée d’investissement adressée à un destinataire en particulier. Saxo Banque décline toute responsabilité en cas de perte en trading subie par un destinataire et liée à une recommandation présumée.

La présente clause de non-responsabilité est soumise à la clause de non-responsabilité complète de Saxo Banque disponible à l’adresse https://www.home.saxo/fr-fr/legal/legal-notice/legal-notice.