On a un secret à vous confier On a un secret à vous confier On a un secret à vous confier

On a un secret à vous confier

Macro
Christopher Dembik

Responsable de l'analyse macro-économique

Au même moment l’année dernière, le consensus de marché s’attendait à un choc désinflationniste. Comme vous le savez, il ne s’est pas produit. Désormais, ce même consensus anticipe une récession (de faible ampleur) accompagnée par une inflation qui va rester volatile en 2023. C’est, dans les grandes lignes, notre scénario. Attention toutefois, il convient aussi d’anticiper des scénarios alternatifs comme le montre l’évolution de l’année 2022. En termes d’investissement, il y a heureusement quelques recettes qui fonctionnent toujours (c’est notre ‘secret’). Un rapport publié hier par Quantalys constate une corrélation globalement négative entre la performance et les frais de gestion des fonds d’investissement. Dit autrement, cela signifie que la gestion active (en ayant recours à des gérants professionnels) n’est pas vraiment intéressante pour les investisseurs particuliers. Si on cherche à investir sur les actions (ce qui reste pertinent malgré la baisse constatée cette année), il n’y a rien de mieux que les ETFs (qui répliquent l’évolution du cours des grands indices mondiaux, comme le CAC 40). C’est dit. 

  • Il reste encore du cash à investir, mais uniquement sur les meilleurs dossiers. La start-up Younited (spécialisée dans le crédit à la consommation) a franchi un nouveau cap en levant 60 millions d’euros. Elle devient la 28ème licorne de l'écosystème start-up. Les start-ups en phase d’amorçage (à condition d’avoir un dossier solide) continuent aussi de lever de l’argent, mais dans des proportions plus limitées. Les fonds de capital-investissement sont plus sélectifs sur les dossiers, demandent des niveaux de TRI élevés mais sur des horizons temps plus longs (parfois désormais sur 10 ans contre 5 ou 7 ans auparavant). La start-up nation est toujours en vie !
  • Sur le front des entreprises cotées, Carmat (cœur artificiel) a opéré une levée de fonds de 30 millions d’euros. Comme de nombreuses valeurs moyennes (258 millions d’euros de valorisation), la société a connu un parcours boursier difficile cette année. L’action est en baisse de 35% depuis le 1er janvier. Mais si nous avons raison et que l’année 2023 sera celle du retour sur les small et mid caps, Carmat pourrait rebondir (ce sera, dans tous les cas, difficile de faire pire qu’en 2022). On reste évidemment toujours sagement à l’écart des dossiers fortement dilutifs. Cybergun (entreprise française spécialisée dans la vente et la distribution de répliques d'armes airsoft) rejoint la longue liste des sociétés peu liquides et en difficulté de la Bourse de Paris aux côtés de Pharnext et Neovacs, par exemple. Lorsqu’on investit sur les petites valeurs, il faut toujours s’assurer a minima que la liquidité du titre est bien là. C’est l’enjeu pour le management de ces entreprises d’ailleurs. 
  • Il n’y avait pas beaucoup de statistiques hier. La récession en zone euro est désormais quasiment certaine. L’indicateur large de suivi de la zone euro EuroCoin est passé de -0,31 en octobre à -0,62 en novembre. Si on prend en compte les PMI d’activité pour le mois de novembre (estimation finale publiée lundi), c’est cohérent avec une contraction du PIB de la zone euro d’environ 0,1% voire 0,2% ce trimestre. Il faut donc s’attendre à une simple récession technique en 2023 (rien à voir avec la crise financière de 2007-08). La seule incertitude est l’ampleur de la crise énergétique. Mais nous sommes plus sur le scénario de coupures tournantes (donc un impact économique marginal) que sur celui du black-out (qui correspond à un effondrement du système électrique). La bonne nouvelle, c’est que la récession rime en général avec la baisse des émissions de gaz à effet de serre (c’est donc bon pour le climat). Si on remonte jusqu’aux années 1850, on constate qu’un cycle d’expansion économique induit en moyenne une hausse de 12% des émissions de gaz à effet de serre. Dans une phase de récession (qui dure en moyenne 1,5 ans depuis 1854), les émissions diminuent d’environ 2,3%. Evidemment, toutes les récessions ne se valent pas. La récession qui est liée au premier confinement mondial de mars 2022 n’a entraîné une baisse des émissions que de 1,2% - assez peu finalement. On vous rassure, nous ne sommes pas devenus des partisans de la décroissance !

C’est une journée calme sur le front des entreprises avec Oracle Corp (système de gestions de bases de données) et Li Auto (véhicules électriques en Chine).

Les Etats-Unis publient aujourd’hui les prix à la production pour le mois de novembre (consensus à 0,2% sur un mois). C’est l’une des dernières statistiques importantes avant la réunion de la Réserve Fédérale américaine la semaine prochaine (les 13 et 14 décembre). 

Clause de non-responsabilité

Les informations présentées ci-dessus sont publiées exclusivement à des fins publicitaires et ne sauraient en aucun cas constituer un conseil en investissement, une recommandation d’acheter ou de vendre une devise, un produit ou un instrument financier, ni la suggestion d’une stratégie d’investissement particulière.

Ces informations ont été élaborées par Saxo Bank A/S et diffusées par Saxo Banque. Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, Saxo Banque n'a participé en aucune manière à leur élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à leur sélection. Celles-ci ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. A ce titre, Saxo Banque ne fournit aucune garantie et décline toute responsabilité quant à l’exactitude, la justesse ou l’exhaustivité des présentes informations. Les opinions ou estimations qui pourraient y être exprimées sont celles de leurs auteurs et ne sauraient refléter les points de vue de Saxo Banque. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité de Saxo Banque. Tous les avis exprimés peuvent être modifiés sans préavis (ni préalable ni ultérieur).

En mettant à disposition ces informations, Saxo Banque n’a pas pris en considération les objectifs d’investissement, la situation financière ou les besoins d’un destinataire en particulier. De ce fait, aucune des informations contenues dans cette présentation ne doit être considérée comme une recommandation personnalisée d’investissement adressée à un destinataire en particulier. Saxo Banque décline toute responsabilité en cas de perte en trading subie par un destinataire et liée à une recommandation présumée.

La présente clause de non-responsabilité est soumise à la clause de non-responsabilité complète de Saxo Banque disponible à l’adresse https://www.home.saxo/fr-fr/legal/legal-notice/legal-notice.