La Chine dans le jeu de la fragmentation mondiale La Chine dans le jeu de la fragmentation mondiale La Chine dans le jeu de la fragmentation mondiale

La Chine dans le jeu de la fragmentation mondiale

Redmond Wong

Analyste des marchés, Chine

Relevé:  L'article analyse la stratégie de la Chine qui consiste à poursuivre les alliances et la constitution de blocs, tout en adoptant la mondialisation pour garantir son accès aux marchés et aux ressources. La Chine cherche activement à établir des accords bilatéraux et des écosystèmes régionaux afin d'accroître sa sphère d'influence et de protéger sa position.


Les avantages de la mondialisation s'estompent

Depuis 2020, la Chine s'oriente vers une nouvelle stratégie de développement économique qui met l'accent sur la « circulation intérieure » par opposition à la « circulation extérieure ». Ce n'est pas que la Chine ne considère plus les exportations comme un moteur important du développement économique, mais seulement qu'elle cherche à éviter une dépendance excessive à l'égard des exportations.

Le modèle chinois d'exportation à forte intensité de main-d'œuvre et d'énergie, en vigueur depuis des décennies, a bénéficié de la mondialisation. Depuis les réformes économiques et l'ouverture des années 1980, la Chine s'est de plus en plus intégrée à l'économie mondiale. Ses exportations, exprimées en pourcentage du PIB, sont passées de 5 % en 1980 à 36 % en 2006, année où elles ont atteint leur niveau le plus élevé.

Le commerce mondial a chuté à 26,5 % du PIB après la grande crise financière et a ensuite oscillé entre 27 % et 30 %, à l'exception d'une brève baisse pendant la conférence COVID-19. Cependant, le commerce extérieur de la Chine, exprimé en pourcentage du PIB, a diminué régulièrement pour atteindre environ 20 %, ce qui est bien inférieur au niveau mondial.

Dans le jeu de la fragmentation mondiale

La Chine cherche à jouer un rôle plus important dans les institutions économiques multilatérales de l'ordre économique international établi par les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. La Chine a propulsé ses fonctionnaires à des postes élevés dans ces institutions, comme celui de directeur général adjoint de l'OMC, et cherche activement à réformer l'OMC pour s'assurer que sa voix est entendue et que ses intérêts sont pris en compte.

La Chine reconnaît l'ordre économique et financier international hégémonique créé et défini par les États-Unis et agit principalement dans ce cadre dans sa volonté de développement économique depuis les années 1980. À mesure que sa puissance nationale augmente et que la concurrence stratégique avec les États-Unis s'intensifie, la Chine cherche à supplanter l'ordre américain, non pas entièrement, mais de manière sélective et régionale.

Cette stratégie est similaire à celle du jeu de société asiatique du Go, dans lequel gagner ne signifie pas éliminer les pièces de l'adversaire, mais placer ses pièces sur les intersections appropriées pour s'assurer davantage de sphères d'influence. La Chine a investi dans des relations avec des pays sélectionnés dans des régions géopolitiques clés, dans le but de contrôler des ressources essentielles, d'atténuer l'influence américaine et de renforcer sa propre influence. Tout en continuant à adhérer à la mondialisation et aux avantages qu'elle apporte, la Chine cherche à renforcer l'ordre mondialisé en sa faveur, avec une couche supplémentaire de constitution de blocs et d'alliances.

Afin de protéger sa position et d'occuper des positions stratégiquement avantageuses, la Chine cherche activement à établir des accords bilatéraux et des écosystèmes régionaux afin de garantir l'accès aux marchés pour ses produits et, plus important encore, l'approvisionnement en ressources clés qui sont vitales pour l'économie chinoise, ainsi que d'accroître sa sphère d'influence pour des raisons de sécurité nationale. La Chine a lancé l'initiative « la Ceinture et la Route », ainsi que la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures, centrée sur la Chine, et la Nouvelle banque de développement en 2013. Elle a accéléré la signature de nombreux accords de libre-échange bilatéraux et régionaux depuis 2015. La Chine a également cherché activement à signer des accords bilatéraux d'échange de devises afin de promouvoir l'utilisation du renminbi (RMB) dans son commerce extérieur, réduisant ainsi sa propre dépendance à l'égard du dollar américain, ainsi que l'utilisation du dollar par ses partenaires commerciaux.

Parallèlement, dans le cadre de la concurrence stratégique avec la Chine, les États-Unis ont fragmenté l'ordre mondialisé qu'ils ont créé afin d'empêcher la Chine d'accéder à certaines technologies de pointe, aux investissements, aux capitaux et aux marchés, ainsi que d'être confrontée à des droits de douane plus élevés et à d'autres barrières commerciales.

La Chine marche vers l'Ouest pour sécuriser ses approvisionnements en énergie

Après être resté à l'étranger pendant plus de deux ans en raison de la pandémie, le président Xi s'est rendu au Kazakhstan et en Ouzbékistan en septembre 2022, en Arabie saoudite en décembre 2022 et en Russie en mars 2023, et a reçu la visite du président iranien en février 2023. Au cours de la visite de Xi, la Chine et l'Arabie saoudite ont conclu un grand nombre d'accords en matière de commerce, d'investissement, de technologie et d'infrastructure. M. Xi demande également à l'Arabie saoudite d'accepter le renminbi dans le règlement des échanges de pétrole brut. La Chine a également négocié récemment le rétablissement des relations diplomatiques entre l'Arabie saoudite et l'Iran. La Chine tisse des liens avec le Moyen-Orient afin de sécuriser son approvisionnement en pétrole brut et, ce faisant, d'affaiblir marginalement la puissance américaine dans la sphère d'influence traditionnelle de cette dernière.

La situation de l'Asie centrale est essentielle pour l'initiative chinoise « la Ceinture et la Route » et constitue une source importante de pétrole brut et de gaz naturel. Cette région enclavée se trouvait autrefois dans la sphère d'influence de la Russie et la plupart de ses oléoducs et gazoducs sont toujours en direction de la Russie. Alors que la Russie est occupée à faire la guerre et a besoin de la Chine sur le plan stratégique, la Chine étend son pouvoir économique en Asie centrale.

Fragmentation financière

Bien qu'elle ait embrassé la mondialisation au cours des dernières décennies, la Chine garde la mainmise sur sa monnaie, son compte de capital et son système bancaire. La Chine exerce un contrôle strict sur les mouvements de capitaux transfrontaliers et sa monnaie est liée à un panier de devises de ses principaux partenaires. Le secteur bancaire est dominé par des banques appartenant majoritairement à l'État.

La Chine protège son système financier des chocs financiers extérieurs et utilise ses banques pour canaliser les fonds vers le secteur des entreprises et les gouvernements locaux afin de financer la croissance économique et les initiatives politiques. Alors que les difficultés des banques régionales américaines et la saga des banques suisses ont pesé sur les cours des actions des banques américaines et européennes, les banques chinoises cotées en bourse sont moins touchées, car elles sont relativement à l'abri de ces ondes de choc. Néanmoins, les banques chinoises sont confrontées à un problème unique : elles doivent tenir compte des directives de la Banque populaire de Chine pour prêter conformément aux initiatives politiques de Pékin. Les banques chinoises se trouvent souvent à un stade du cycle de crédit bien différent de celui du reste du monde à un moment donné et leur environnement opérationnel se situe en dehors du système financier mondial.

En mars 2023, la Chine a annoncé la mise en place de nouveaux appareils relevant directement du parti communiste chinois pour prendre le relais du gouvernement dans l'élaboration des politiques et la surveillance du secteur financier, dans une démarche de centralisation et de renforcement de l'emprise idéologique sur le secteur financier.

Fragmentation des technologies et des données

Dans sa quête d'autonomie technologique face aux restrictions imposées par les États-Unis en matière d'accès aux technologies de pointe, la Chine met en place une commission centrale de la science et de la technologie sous l'égide du parti communiste chinois, afin de mobiliser les ressources et les efforts de l'ensemble du pays au sein de multiples entités gouvernementales pour faire progresser l'innovation technologique et la découverte scientifique.

Souvent considérées comme le nouveau pétrole de l'économie de l'information, les données constituent un atout stratégique essentiel que la Chine s'efforce d'isoler du reste du monde. La Chine interdit également à sa population d'accéder à de nombreux sites web étrangers.

Alors que la Chine progresse dans la construction d'infrastructures pour l'Arabie saoudite et, potentiellement, pour d'autres pays du Golfe riches en ressources et des pays d'Asie centrale, il peut être intéressant de surveiller certaines entreprises de premier plan dans le domaine des infrastructures.

Pour plus d'inspiration, les investisseurs peuvent consulter le panier d'actions de Saxo sur le thème de la consommation et de la technologie en Chine et le panier d'actions sur le thème des petits géants de la Chine pour obtenir des listes d'entreprises exposées à l'essor de la consommation intérieure et de la technologie en Chine.

Prêt à commencer?

L'ouverture d'un compte peut se faire entièrement en ligne en trois étapes simples.

Investir comporte des risques, la valeur de votre mise peut baisser.

Cet article ne constitue ni un conseil d’investissement ni une invitation à effectuer certains placements dans le chef de Saxo Bank. La rémunération de l'auteur de cet article n'est pas (ne sera pas) directement ou indirectement liée à ses recommandations ou opinions spécifiques. Bien que Saxo Bank apporte le plus grand soin à la compilation et à la mise à jour de ces pages, et utilise des sources considérées comme fiables, Saxo Bank ne peut garantir l'exactitude, l'exhaustivité et l'actualité des informations fournies. Avant d’effectuer un investissement, Saxo Bank contrôle si celui-ci vous convient sur la base de ce qu’elle sait de vos connaissances et de votre expérience relatives au produit de placement concerné. Saxo Bank vous avertira toujours s’il s’avère que vous ne disposez pas de connaissances et d’une expérience suffisantes ou si Saxo Bank n’a pas pu les évaluer. Saxo Bank est un nom commercial de BinckBank S.A.. Investir comporte des risques. La valeur de votre investissement peut diminuer. Pour en savoir plus sur les risques spécifiques aux produits, consultez les pages consacrées aux produits.

Saxo Bank
Succursale belge,
Italiëlei 124, boîte 101,
2000 Anvers
Belgique

En Belgique, Saxo Bank est le nom commercial de BinckBank N.V., une banque néerlandaise qui fait partie du groupe Saxo Bank.

Contacter Saxo Bank

Select region

Belgique
Belgique