FED : Le choix est vite fait FED : Le choix est vite fait FED : Le choix est vite fait

FED : Le choix est vite fait

Macro 4 minutes de lecture
Christopher Dembik

Head of Macroeconomic Research

Relevé:  La réunion du FOMC n'apporte pas de surprise majeure. Augmentation des taux directeurs de 25 points de base et décision de suspendre la politique monétaire car cette augmentation commence à avoir des effets négatifs sur l'activité économique, en particulier dans le secteur bancaire. Un aperçu.


Ce qu’il faut retenir de la réunion du FOMC c’est (1) qu’il n’y avait pas de surprise majeure. Le FOMC a décidé à l’unanimité qu’il était nécessaire d’augmenter le taux directeur de 25 points de base entre 5,00-5,25 % et (2) d’opérer une pause de politique monétaire car le mouvement de hausses commence à avoir des effets néfastes sur l’activité économique – sous-entendu, sur le secteur bancaire en particulier. Plus d’une douzaine de banques régionales font face à une pression de marché importante. Si on se base uniquement sur l’évolution du cours de bourse et sur les credit default swaps, la PacWest Bancorp (basée en Californie) pourrait être la prochaine banque régionale à avoir besoin d’un soutien de la part des autorités et qui pourrait être rachetée, à bas coût, par un acteur bancaire plus important. Tout cela va évidemment peser sur les conditions de crédit - un point mis en avant par le communiqué du FOMC. Il y a également un autre sujet d’incertitude qui a certainement pesé : les discussions difficiles entre le Congrès et le Trésor sur le relèvement du plafond de la dette. Si le 1er juin prochain, un accord n’est pas trouvé, les Etats-Unis pourraient être en défaut de paiement. C’est peu probable, bien-sûr. En l’espace d’un peu plus de vingt ans, le plafond de la dette a été relevé à vingt reprises. Ce sera également le cas cette fois-ci. Un accord à l’arraché sera trouvé. En revanche, le psychodrame politique pourrait continuer encore quelques semaines, ce qui va avoir pour effet de durcir encore davantage les conditions financières. Le FOMC n’avait finalement pas d’autre choix que d’opérer une dernière hausse avant une pause de politique monétaire, même si l’inflation est loin d’être à un niveau optimal. Celle-ci recule comme on le constate sur le graphique ci-dessous. C’est particulièrement le cas au niveau des biens. En revanche, l’inflation au niveau des services ne montre pas de signe de baisse réelle. Pire, l’indice PCE Service – la mesure préférée de l’inflation de J. Powell – est autour de 4,5 % sur un an et ne recule pas vraiment. Powell, comme les autres membres du FOMC, privilégient l’indice PCE pour plusieurs raisons : données historiques qui peuvent être révisées, couverture plus complète des services que l’indice des prix à la consommation, pondération des dépenses qui est ajustée régulièrement. Dans les prochains mois, ce sera l’indicateur d’inflation à surveiller pour savoir combien de temps la pause de la Fed va durer.

La réaction du marché est un peu déconcertante. Sans surprise, la perspective d’une première baisse de taux est désormais plus proche – baisse de taux prévue en septembre 2023 contre novembre 2023 avant le FOMC. C’est plus court que la moyenne des autres périodes de pause de politique monétaire. Mais ce qui est surprenant c’est que le marché anticipe l’enclenchement d’un cycle de baisse avec une croissance du PIB qui continue de progresser (pas de récession), une inflation qui devrait renouer avec la cible à 2% et des résultats d’entreprises qui progresseraient. C’est incohérent, bien-sûr. Un atterrissage en douceur ne fait pas sens avec l’hypothèse d’une baisse des taux. Il y aura donc un ajustement tôt ou tard des anticipations du marché.

Prêt à commencer?

L'ouverture d'un compte peut se faire entièrement en ligne en trois étapes simples.

Investir comporte des risques, la valeur de votre mise peut baisser.

Cet article ne constitue ni un conseil d’investissement ni une invitation à effectuer certains placements dans le chef de Saxo Bank. La rémunération de l'auteur de cet article n'est pas (ne sera pas) directement ou indirectement liée à ses recommandations ou opinions spécifiques. Bien que Saxo Bank apporte le plus grand soin à la compilation et à la mise à jour de ces pages, et utilise des sources considérées comme fiables, Saxo Bank ne peut garantir l'exactitude, l'exhaustivité et l'actualité des informations fournies. Avant d’effectuer un investissement, Saxo Bank contrôle si celui-ci vous convient sur la base de ce qu’elle sait de vos connaissances et de votre expérience relatives au produit de placement concerné. Saxo Bank vous avertira toujours s’il s’avère que vous ne disposez pas de connaissances et d’une expérience suffisantes ou si Saxo Bank n’a pas pu les évaluer. Saxo Bank est un nom commercial de BinckBank S.A.. Investir comporte des risques. La valeur de votre investissement peut diminuer. Pour en savoir plus sur les risques spécifiques aux produits, consultez les pages consacrées aux produits.

Saxo Belgique
Italiëlei 124, boîte 101,
2000 Anvers
Belgique

Saxo Belgique, sous le nom de Saxo, est la succursale belge de Saxo Bank A/S. Principalement contrôlée par la DFSA. Enregistrée en Belgique auprès de la BNB et contrôlée par la FSMA et la BNB.

Contacter Saxo

Select region

Belgique
Belgique