La baisse économique se fait-elle attendre ? La baisse économique se fait-elle attendre ? La baisse économique se fait-elle attendre ?

La baisse économique se fait-elle attendre ?

Actions 5 minutes to read
Peter Garnry

Responsable Stratégie Investissement

Résumé:  Les économistes prévoyaient une récession en 2023, mais l'économie américaine a fait preuve d'une résistance inattendue. Deux facteurs ont contribué à atténuer les effets de la hausse des taux d'intérêt : l'expansion budgétaire et les investissements dans l'intelligence artificielle et la fabrication de semi-conducteurs. L'économie américaine n'a jamais été aussi forte autant de mois après un pic de l'indice avancé américain. L'économie va-t-elle finalement entrer en récession ou s'agira-t-il d'un atterrissage en douceur ? Les 6 à 9 prochains mois nous le diront.


Un cycle remarquable jusqu'à présent

À la fin de l'année 2022, les économistes s'accordaient à dire que l'économie mondiale entrerait en récession en 2023. L'inversion de la courbe des rendements aux États-Unis reflétait également ce point de vue et la brève crise bancaire survenue en mars avec l'effondrement de la banque de la Silicon Valley l'a conforté. Deux facteurs ont joué un rôle clé dans l'atténuation des effets de la hausse des taux d'intérêt. L'expansion budgétaire de 1 milliard de dollars de l'administration Biden et le boom des investissements liés à l'IA générative et à la délocalisation de la capacité de fabrication de semi-conducteurs dans le cadre de la loi américaine CHIPS ont soutenu la croissance.

L'activité économique aux États-Unis se situe à peu près autour de la croissance tendancielle depuis 1980 (la valeur zéro sur le premier graphique ci-dessous), ce qui représente l'activité économique la plus forte enregistrée aux États-Unis depuis 1978, après 23 mois de pic de l'indice avancé américain (il a atteint son maximum en décembre 2021). Seule la trajectoire de la grande crise financière a été à peu près aussi forte à ce stade du cycle. À partir de là, deux voies principales s'offrent à vous.

  1. L'activité économique américaine commence à se détériorer de manière significative et l'économie américaine entre en récession avant le second semestre 2024. Un effet secondaire pourrait être une crise de la dette ou un choc de liquidité comme effet causal de la trajectoire des taux directeurs la plus abrupte depuis la Seconde Guerre mondiale.

  2. L'économie et les consommateurs américains absorbent le choc des taux d'intérêt, le marché du travail restant suffisamment solide pour soutenir la croissance des salaires réels et un atterrissage en douceur, ce qui en fait le premier ralentissement de cette ampleur à ne pas déboucher sur une récession. Ce scénario a pour effet secondaire de renforcer la dynamique de l'inflation et de pousser à la hausse les rendements des obligations américaines à long terme.

La trajectoire du déficit budgétaire sera importante et des signes indiquent déjà que le cycle budgétaire américain est en train de s'inverser, le gouvernement américain étant contraint de réduire ses dépenses. Dans ce cas, l'économie américaine subira une importante impulsion budgétaire négative qui la contraindra à ralentir, à moins qu'elle ne soit compensée par un essor de l'investissement privé.

Une chose est sûre. Si l'on se fie à l'histoire, et si l'on ose s'appuyer sur six périodes indépendantes au cours desquelles l'indice avancé américain a atteint un sommet (avant la récession), les six à neuf prochains mois seront parmi les plus fascinants que les marchés financiers aient connus depuis longtemps.

Rendement à 10 ans des États-Unis | Source : Bloomberg

L'IA (intelligence artificielle) générative et l'automatisation feront-elles des années 2020 des années 1960 ?

À plus long terme, le débat et l'observation économique les plus intéressants porteront sur 1) l'impact négatif potentiel d'une crise de la dette ou d'une dynamique insoutenable de la dette publique stimulée par des taux d'intérêt plus élevés, et 2) l'augmentation de la productivité grâce à l'IA générative et aux technologies d'automatisation. Dans le désormais célèbre rapport de McKinsey sur l'IA générative et son potentiel de stimulation de la productivité, il est estimé que l'IA générative, combinée à d'autres technologies d'automatisation, pourrait stimuler la croissance de la productivité de 0,2 à 3,3 points de pourcentage d'ici à 2040. Si cela devient une réalité, il s'agira d'un nouveau paradigme pour les taux d'intérêt.

Les précédentes périodes d'essor de la productivité aux États-Unis ont été les périodes 1950-1969 et 1995-2004, au cours desquelles la croissance annualisée de la productivité a été estimée à environ 2,5 à 2,7 points de pourcentage. Au cours de la période qui a suivi la crise financière mondiale ( 2010-2018 ), la croissance annualisée de la productivité n'a été que de 0,9 point de pourcentage, ce qui a donné lieu à un grand débat sur la faiblesse de la croissance de la productivité. La période 2019-2023 a enregistré une croissance annualisée de la productivité de 1,9 point de pourcentage, le chiffre récent étant de 4,7 points de pourcentage, soit le chiffre le plus élevé depuis plus de 13 ans, si l'on exclut les données relatives au rebond de la pandémie au deuxième trimestre de l'année 2020.

Imaginons une économie qui réalise une croissance de la productivité de 2,7 points de pourcentage, comme dans les années 1950-60, avec une augmentation annualisée de 0,8 point de pourcentage de la population active, la croissance du PIB réel pourrait alors être de l'ordre de 3,5 points de pourcentage. Si nous ajoutons ensuite 3 points de pourcentage d'inflation annualisée dus à la relocalisation, à la transformation verte et aux perturbations météorologiques (prix de la production alimentaire), nous parlons soudain d'une croissance du PIB nominal supérieure à 6,5 % en rythme annuel. Si ce scénario à long terme se concrétise, les rendements des obligations américaines à long terme ne reviendront pas aux faibles niveaux observés après la crise financière mondiale.

Clause de non-responsabilité

Cette publication a été élaborée exclusivement à des fins publicitaires par Saxo Bank A/S, établissement de crédit de droit danois, agréé et supervisé par l’Autorité de Supervision Danoise.

Cette publication ne doit en aucun cas être considérée comme une recommandation d’acheter ou de vendre un ou plusieurs instruments financiers, ou comme la suggestion d’une stratégie d’investissement particulière. En conséquence, celle-ci n’a pas été élaborée conformément aux dispositions légales arrêtées pour promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et sa diffusion n’a été soumise à aucune interdiction prohibant l’exécution de transactions personnelles avant sa publication. 

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, Saxo Banque n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. A ce titre, Saxo Banque ne fournit aucune garantie et décline toute responsabilité quant à l’exactitude, la justesse ou l’exhaustivité des présentes informations. Les opinions ou estimations qui pourraient y être exprimées sont celles de leurs auteurs et ne sauraient refléter les points de vue de Saxo Banque. Aucun conflit d’intérêt pouvant affecter l’objectivité des analyses diffusées n’a par ailleurs été recensé. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité de Saxo Banque. Tous les avis exprimés peuvent être modifiés sans préavis (ni préalable ni ultérieur). 

En mettant à disposition ces informations, Saxo Banque n’a pas pris en considération les objectifs d’investissement, la situation financière ou les besoins d’un destinataire en particulier. De ce fait, aucune des informations contenues dans cette publication ne doit être considérée comme une recommandation personnalisée d’investissement adressée à un destinataire en particulier. Les éventuelles performances passées mentionnées dans cette publication ne sont pas constantes et ne préjugent pas des performances futures. Saxo Banque décline toute responsabilité en cas de perte en trading subie par un destinataire et liée à une recommandation présumée.   

La présente clause de non-responsabilité est soumise à la clause de non-responsabilité complète de Saxo Banque disponible à l’adresse https://www.home.saxo/fr-fr/legal/legal-notice/legal-notice.