Prévisions pour le deuxième trimestre 2022 : La fin est proche

Prévisions pour le deuxième trimestre 2022 : La fin est proche

Steen Jakobsen
Économiste en chef et CIO (Chief Investment Officer)

Relevé:  Nos prévisions pour le deuxième trimestre 2022 indiquent que nous assistons aux derniers jours du paradigme qui régit les marchés depuis l’avènement de la politique monétaire mise en place par Alan Greenspan au lendemain de la faillite du fonds spéculatif Long Term Capital Management (LTCM) en 1998.

Nos prévisions pour le deuxième trimestre 2022 indiquent que nous assistons aux derniers jours du paradigme qui régit les marchés depuis l’avènement de la politique monétaire mise en place par Alan Greenspan au lendemain de la faillite du fonds spéculatif Long Term Capital Management (LTCM) en 1998. Le double choc de la pandémie et de l’invasion de l’Ukraine par la Russie a modifié les priorités sur tous les plans politiques (budgétaire, monétaire et géopolitique). Aux États-Unis, l’impératif pour la Fed de lutter contre la montée en flèche des risques d’inflation a perturbé la pratique traditionnelle du sauvetage des marchés financiers et de l’économie dès la première vague de difficultés. En bref, la politique monétaire accommodante de la Fed est bien moins efficace aujourd'hui qu’elle l’était il y a un an: la Fed doit prendre les devants. En Europe, l’invasion de l’Ukraine par la Russie a conduit l’Allemagne à faire voler en éclat des décennies de politique budgétaire et de défense, précipitant une nouvelle ère d'investissement qui devrait engendrer une forte hausse de la productivité. Les risques existentiels auxquels l’Union européenne était confrontée ont disparu et la défense est devenue une priorité qui prévaut désormais sur toutes les autres considérations. Accrochez votre ceinture car l’année 2022 sera particulièrement mouvementée pour les marchés.

Nos perspectives macroéconomiques remettent en question l'argument selon lequel nous assistons à une répétition des années 1970, le monde étant confronté à un choc d'approvisionnement sans précédent. Nous risquons une « grande érosion », car les taux réels négatifs érodent le pouvoir d’achat à tous les niveaux et la hausse des coûts érode les marges bénéficiaires des entreprises. La productivité doit finir par progresser pour y remédier, mais les perspectives de gains de productivité résultant de la transition écologique sont discutables.

En matière de revenus fixes (Fixed income), les perspectives se concentrent sur l’aplatissement rapide de la courbe des rendements des bons du Trésor américain, qui menace de s'inverser, ce qui laisse entrevoir des risques de récession croissants. Nous voyons également une hausse des taux en Europe avec une BCE moins accommodante et, compte tenu de la nouvelle expansion budgétaire, ce que cela pourrait signifier pour les marges périphériques de l’UE. Dans le domaine du crédit, le resserrement des banques centrales va continuer de serrer la vis sur les écarts de crédit, risquant de provoquer une crise à un moment donné. 

En ce qui concerne les actions, nous nous concentrons sur les valorisations des actions assiégées par les contraintes du côté de l’offre, la hausse des coûts et la perspective de taux d’intérêt beaucoup plus élevés. Les gagnants seront les entreprises qui pourront se targuer d'une forte innovation, d'un pouvoir de fixation des prix et d'une rentabilité élevée. En Europe, les entreprises qui absorbent l’énorme nouvelle offensive budgétaire dans la défense, l’énergie et d’autres secteurs vont probablement en bénéficier. Nous présentons également un article spécial sur la cybersécurité, un secteur qui était déjà en plein essor avant que l’invasion russe ne braque tous les projecteurs sur les vulnérabilités en matière de cybersécurité à tous les niveaux (États et entreprises). 

Pour ce qui est des matières premières, l’accent est mis sur le risque continu de hausse du pétrole qui était déjà présent avant que l’invasion russe de l’Ukraine n’aggrave lourdement l’incertitude de l’offre à terme. Nous examinons également un contexte favorable aux métaux industriels en raison des priorités que constituent les nouvelles dépenses militaires, la transition écologique à forte intensité de métaux et les sanctions à l'encontre de la Russie. Ailleurs, la hausse des prix des denrées alimentaires reste un risque en tant que corollaire de la hausse des prix de l’énergie, mais également si la récolte de blé ukrainien de cette année ne peut pas être commercialisée, car il s’agit d’un exportateur majeur. L'or reste une valeur sûre en tant que couverture contre l'inflation et tant que les taux réels restent négatifs. 

S’agissant des devises, l’accent est mis sur le retour potentiel de l’euro suite à la réorientation massive des dépenses budgétaires déclenchée par l’invasion russe de l’Ukraine. Cela permettra de conserver une plus grande partie de l'épargne européenne dans l'UE et d'y approfondir les marchés de capitaux. Nous analysons également la façon dont la spirale inflationniste et les sanctions contre la banque centrale russe ont probablement accéléré l’abandon de la primauté de l’USD en tant qu’actif de réserve mondial de choix. 

Enfin, ces perspectives présentent un aperçu des analyses techniques d'actifs importants, de l'or au pétrole brut en passant par les actions américaines, et en particulier la remarquable perspective pluri décennale du Dow Jones Industrials.

Prêt à commencer?

L'ouverture d'un compte peut se faire entièrement en ligne en trois étapes simples.

Investir comporte des risques. Votre investissement peut perdre de la valeur.

Cet article ne constitue ni un conseil d’investissement ni une invitation à effectuer certains placements dans le chef de Saxo Bank. La rémunération de l'auteur de cet article n'est pas (ne sera pas) directement ou indirectement liée à ses recommandations ou opinions spécifiques. Bien que Saxo Bank apporte le plus grand soin à la compilation et à la mise à jour de ces pages, et utilise des sources considérées comme fiables, Saxo Bank ne peut garantir l'exactitude, l'exhaustivité et l'actualité des informations fournies. Avant d’effectuer un investissement, Saxo Bank contrôle si celui-ci vous convient sur la base de ce qu’elle sait de vos connaissances et de votre expérience relatives au produit de placement concerné. Saxo Bank vous avertira toujours s’il s’avère que vous ne disposez pas de connaissances et d’une expérience suffisantes ou si Saxo Bank n’a pas pu les évaluer. Saxo Bank est un nom commercial de BinckBank S.A.. Investir comporte des risques. La valeur de votre investissement peut diminuer. Pour en savoir plus sur les risques spécifiques aux produits, consultez les pages consacrées aux produits.

Saxo Bank
Succursale belge,
Italiëlei 124, boîte 101,
2000 Anvers
Belgique

En Belgique, Saxo Bank est le nom commercial de BinckBank N.V., une banque néerlandaise qui fait partie du groupe Saxo Bank.

Contacter Saxo Bank

Select region

Belgique
Belgique

En tant qu'institution financière, nous croyons qu'il est de notre responsabilité de veiller à ce que nos clients ne négocient que les produits d'investissement qui leur conviennent le mieux. Actuellement, nous sommes en train de réviser nos tests d'adéquation et nous avons décidé de restreindre temporairement la négociation de produits plus complexes. De plus amples informations sur les produits concernés et la durée de la restriction sont disponibles ici.