Allocation d'actifs : premiers secours pour tout investisseur en actions Allocation d'actifs : premiers secours pour tout investisseur en actions Allocation d'actifs : premiers secours pour tout investisseur en actions

Allocation d'actifs : premiers secours pour tout investisseur en actions

Actions
PG
Peter Garnry

Responsable de la stratégie des actions

Level: Any experience


Dans cet article, nous expliquons ce qu'est le risque et ce qu'un investisseur moyen en capital (privé) peut faire pour éviter d'être trop risqué lorsque les actions recommenceront à baisser.

Qu'est-ce que le risque ?

Tout d'abord, nous devons faire la distinction entre le risque et l'incertitude. Le risque est mesurable, alors que l'incertitude ne l'est pas. Considérez l'invasion de l'Ukraine : un événement unique qui n'aurait pas pu (vraiment) être prédit sur la base de ses prédécesseurs.

Si l'on considère le risque de manière plus générale, tout commence par (éviter) la probabilité de perte. Il est important de rappeler ici l'assymétrie entre le profit et la perte : si vous perdez 50% de vos actifs, il vous faut un profit de 100% pour revenir à l'équilibre. Et si vous perdez 98 %, il vous faut un bénéfice énorme de 4 900 % pour revenir à la normale.

La définition la plus courante du risque est la variance d'un processus sous-jacent (par exemple, une action), une mesure statistique de la mesure dans laquelle un processus fluctue autour de sa valeur moyenne. Plus la variance est élevée, plus la probabilité de mouvements importants dans un sens ou dans l'autre est grande. Comme la plupart des investisseurs particuliers sont des investisseurs en actions, et donc des investisseurs à long terme, nous devrions nous préoccuper davantage du risque de baisse que du risque de hausse (gains).

L'accent mis sur le rapport risque de baisse/rendement conduit à un concept appelé semi-variance, qui se concentre uniquement sur les rendements inférieurs à un certain seuil, souvent zéro, et décrit le risque de baisse. Le problème de cette approche est que l'hypothèse sous-jacente est une distribution de rendements négatifs qui se comporte bien. Or, nous savons que les marchés financiers et les actions ont une queue de poisson, ce qui signifie que nous observons beaucoup plus de mouvements importants (gains et pertes) que ce que la distribution normale indiquerait. Cela signifie que la semi-variance sous-estimera le risque réel en raison de l'asymétrie des rendements.

Ces observations ont donné naissance à des concepts tels que Value-at-risk, un terme sophistiqué pour calculer le rendement moyen des pires rendements, disons de 1 % ou 5 %. Cette mesure possède de nombreuses propriétés statistiques merveilleuses, dont l'une est qu'elle est moins sensible aux hypothèses de la distribution des rendements sous-jacents.

Un concept quelque peu connexe et plus facile à comprendre est le drawdown maximum, qui se définit comme la baisse de la valeur du portefeuille entre sa valeur maximale et sa valeur minimale sur toute la période d'investissement. En raison de l'asymétrie des gains et des pertes, les traders se concentrent fortement sur cette mesure et limitent les pertes afin d'éviter les gros tirages ou les pertes importantes sur une seule période (quotidienne, hebdomadaire, mensuelle).


Comment les investisseurs en actions peuvent-ils limiter les risques ?

L'investisseur de rendement moyen a des actifs (investissables) limités. En conséquence, on se retrouve souvent avec des portefeuilles contenant seulement 3 à 5 actions. Le premier graphique montre le rendement d'un portefeuille de cinq actions européennes si nous sélectionnons cinq actions au hasard en janvier 2010 et les faisons évoluer dans le temps. Si une action est retirée de la cote ou achetée, nous plaçons simplement le poids en espèces. Nous procédons ainsi 1 000 fois pour déterminer la variance intrinsèque des résultats de ces portefeuilles.

Un pourcentage important de ces 1 000 portefeuilles termine avec des rendements négatifs sur cette période de 12,5 ans, ce qui est remarquable en soi, mais le nombre de portefeuilles qui terminent avec des rendements totaux positifs est également étonnamment élevé. En d'autres termes, un portefeuille de 5 actions est un billet de loterie, et le résultat peut varier considérablement.

Mais supposons que vous ayez mélangé ces portefeuilles aléatoires de 5 actions à 50/50 avec l'indice STOXX 600. Le rendement médian attendu ne changerait pas, mais le risque global (tant sur les gains que sur les pertes) diminuerait considérablement. Vous pouvez le voir dans la ligne bleue et la zone bleue du graphique ci-dessous. 'The sharpe ratio', qui mesure le rendement annualisé par rapport à la volatilité annualisée, s'améliore de 20 % en moyenne avec l'ajout d'une composante indicielle. En d'autres termes, la plupart des investisseurs peuvent donc chercher à améliorer leurs rendements corrigés du risque en ajoutant un ETF qui suit le marché boursier global sans compromettre leurs rendements attendus.


Bron: Bloomberg & Saxo A/S - Graphique pour illustrer. Les rendements obtenus dans le passé ne sont pas une garantie pour l'avenir.

En poussant plus loin le concept de drawdown maximum, le premier graphique montre de combien le drawdown maximum est réduit en ajoutant le marché boursier au portefeuille de 5 actions. Tous les investisseurs en private equity ayant un petit portefeuille d'actions concentré devraient sérieusement passer à un portefeuille où les 5 actions sont maintenues mais réduites à 50% du portefeuille et où l'argent libéré est investi dans un ETF qui suit le marché global des actions. 

Si un investisseur est prêt à réduire ses attentes en matière de rendement à long terme, l'ETF qui suit le marché boursier peut être remplacé par un ETF qui détient un panier équilibré de nombreuses classes d'actifs différentes, notamment des obligations d'État, des crédits et différents types d'actions. Nous utilisons l'ETF Xtrackers Portfolio UCITS à titre d'exemple. Comme le montre le deuxième graphique, lorsqu'on combine 5 actions avec un ETF qui suit plusieurs classes d'actifs, l'écart attendu des tirages maximaux est meilleur que l'autre solution combinant uniquement avec le marché boursier. Le rendement ajusté au risque est maintenant 43 % plus élevé que celui du portefeuille simple de 5 actions. 


Bron: Bloomberg and Saxo A/S
Bron: Bloomberg and Saxo A/S

Les actions ayant rebondi en juillet et jusqu'à présent en août, les investisseurs particuliers ont une occasion unique de renforcer leurs portefeuilles au cas où les marchés d'actions rebondiraient à nouveau. Nous pensons toujours que l'inflation continuera à surprendre à la hausse et que les conditions financières se resserreront davantage, ce qui nuira au marché des actions. Dans le même temps, la mondialisation s'accélère, ajoutant des sources de risque imprévisibles au système global.


Perspectives d'ajustement en raison de l'inflation

Les approches classiques susmentionnées pour réduire le risque lié aux actions sont valables dans des conditions normales, mais si nous sommes perturbés par une période inflationniste prolongée comme dans les années 1970 ou par une déflation de la valorisation des actions dans les secteurs de la technologie et de la santé, nous pourrions être confrontés à une période prolongée de rendements réels négatifs. Dans l'histoire des marchés d'actions américains depuis 1969, il y a eu deux périodes où il a fallu 13 et 14 ans pour retrouver un nouveau sommet en termes réels.

Bron: Bloomberg - Graphique pour illustrer. Les rendements obtenus dans le passé ne sont pas une garantie pour l'avenir.

Prêt à commencer?

L'ouverture d'un compte peut se faire entièrement en ligne en trois étapes simples.

Investir comporte des risques, la valeur de votre mise peut baisser.

Cet article ne constitue ni un conseil d’investissement ni une invitation à effectuer certains placements dans le chef de Saxo Bank. La rémunération de l'auteur de cet article n'est pas (ne sera pas) directement ou indirectement liée à ses recommandations ou opinions spécifiques. Bien que Saxo Bank apporte le plus grand soin à la compilation et à la mise à jour de ces pages, et utilise des sources considérées comme fiables, Saxo Bank ne peut garantir l'exactitude, l'exhaustivité et l'actualité des informations fournies. Avant d’effectuer un investissement, Saxo Bank contrôle si celui-ci vous convient sur la base de ce qu’elle sait de vos connaissances et de votre expérience relatives au produit de placement concerné. Saxo Bank vous avertira toujours s’il s’avère que vous ne disposez pas de connaissances et d’une expérience suffisantes ou si Saxo Bank n’a pas pu les évaluer. Saxo Bank est un nom commercial de BinckBank S.A.. Investir comporte des risques. La valeur de votre investissement peut diminuer. Pour en savoir plus sur les risques spécifiques aux produits, consultez les pages consacrées aux produits.

Saxo Bank
Succursale belge,
Italiëlei 124, boîte 101,
2000 Anvers
Belgique

En Belgique, Saxo Bank est le nom commercial de BinckBank N.V., une banque néerlandaise qui fait partie du groupe Saxo Bank.

Contacter Saxo Bank

Select region

Belgique
Belgique