Surveiller les secteurs défensifs en période de stagflation. Surveiller les secteurs défensifs en période de stagflation. Surveiller les secteurs défensifs en période de stagflation.

Surveiller les secteurs défensifs en période de stagflation.

Actions 5 minutes de lecture
PG
Peter Garnry

Responsable de la stratégie des actions

Relevé:  Selon notre récent avis macroéconomique, l'économie mondiale entrera dans une période de stagflation caractérisée par une inflation plus élevée que prévu, une hausse du chômage et une croissance plus faible du PIB réel, car la combinaison de chocs d'offre persistants et de politiques économiques médiocres pèsera sur l'économie. Sur la base de données historiques limitées, il semble que les secteurs défensifs tels que les soins de santé, les biens de consommation de base, les services publics et l'énergie surpassent tous les autres secteurs en période de stagflation.


Points clés de cette note sur les actions :

  • Le nouvel indice de Saxo Strats est la stagflation légère, c'est-à-dire une période d'inflation plus élevée que par le passé, combinée à une hausse du chômage et à une croissance du PIB réel durablement faible.
  • La stagflation a brièvement touché l'économie mondiale en 2022 en raison du choc de l'offre mondiale causé par la pandémie de Covid, des politiques fiscales et monétaires excessives et, enfin, de la guerre en Ukraine.
  • Sur la base de l'histoire limitée de la stagflation, nous pensons que les secteurs défensifs tels que la santé, les biens de consommation non durables, les services publics et l'énergie surperformeront tous les autres.

Qu'est-ce que la stagflation ?

Notre directeur des investissements, Steen Jakobsen, a récemment lancé un nouvel appel à l'économie, appelé "stagflation light". Il s'agit essentiellement d'une prévision selon laquelle l'économie entre dans une période d'inflation plus élevée que ce que prévoient les swaps d'inflation, combinée à une hausse du chômage et à une baisse de la croissance du PIB réel.

La stagflation est généralement définie comme une période où l'inflation reste élevée alors que l'économie glisse vers la récession avec un chômage croissant ou élevé. Le mot est un amalgame de stagnation et d'inflation. Le pire des deux mondes.

Selon les économistes, la stagflation a deux causes. La première est un choc de l'offre d'un facteur de production essentiel pour l'économie, qui provoque une forte inflation et une récession en même temps. Ce phénomène a été la principale cause de la stagflation dans les années 1970 en raison des chocs énergétiques. L'autre cause possible de la stagflation est la combinaison de politiques industrielles ou de croissance ratées avec des déficits budgétaires croissants ou une masse monétaire excessive.

La stagflation a été peu fréquente au cours des dernières décennies, à l'exception d'une brève période autour de 2011 où l'inflation s'est accélérée alors que l'UE traversait une crise existentielle avec un ralentissement de la croissance et un taux de chômage élevé. En juin dernier, la sonnette d'alarme de la stagflation a de nouveau été tirée. La Banque mondiale a consacré un communiqué de presse à la mise en garde contre le risque de stagflation à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, qui s'ajoute au choc d'approvisionnement mondial déjà imminent causé par la pandémie de Covid. Comme l'inflation a diminué en raison de la baisse des prix des matières premières et que l'économie n'est pas entrée en récession, alors que les marchés du travail se sont encore resserrés, les craintes de stagflation se sont dissipées.

Nous admettons qu'il est prématuré de parler de stagflation, mais la raison en est que nous croyons fermement que les politiques actuelles relatives à la transformation verte, à la fragmentation des chaînes d'approvisionnement et au rétrécissement du bassin de main-d'œuvre bon marché soutiendront l'inflation et que les politiques de MMT réduiront la croissance du PIB réel, car la dette et les déficits budgétaires pèseront sur la croissance du PIB réel.

La première vague de stagflation a été déclenchée par le choc de l'offre mondiale provoqué par la pandémie et les politiques fiscales et monétaires à grande échelle. Avec l'assouplissement de l'inflation, la plupart des investisseurs pensent que le risque de stagflation a disparu. Cependant, la véritable menace est la deuxième vague d'inflation causée non seulement par les chocs d'offre, mais plus structurellement par des politiques de croissance médiocres et un paysage géopolitique changeant. Nous ne croyons pas à une stagflation comme dans les années 1970, d'où la légèreté de la définition, mais plutôt à une période prolongée de faible croissance combinée à une hausse du chômage et à une inflation soutenue d'environ 4 % d'une année sur l'autre.

Le graphique ci-dessus montre notre indicateur de stagnation, qui est essentiellement la somme du taux d'inflation annuel aux États-Unis et du taux de chômage aux États-Unis moins la croissance annuelle du PIB réel. La zone grise correspond à notre définition de la stagnation : un taux d'inflation supérieur à 3 % et un indicateur total supérieur à 9 %.

Secteurs et indices nationaux en période de stagflation

Le problème, lorsqu'il s'agit de guider les investisseurs sur les scénarios de stagflation en ce qui concerne les rendements boursiers, est que les classifications sectorielles n'ont pas été inventées dans les années 1970 et que les indices boursiers ont beaucoup changé depuis lors, de sorte que les comparaisons sont presque impossibles. Depuis 1989, nous n'avons connu que 11 trimestres de stagflation, la période la plus longue étant celle allant du troisième trimestre 1990 au troisième trimestre 1991, lorsque l'inflation était supérieure à 4 % et que le chômage avoisinait les 7 % alors que l'économie entrait en récession. En raison de la petite taille de l'échantillon, les investisseurs doivent être prudents lorsqu'ils prédisent ce qui se passe en période de stagflation. Toutefois, sur la base des résultats obtenus dans les années 1970 et de notre analyse limitée aux données trimestrielles depuis 1989, nous avons formulé quelques hypothèses sur ce qui va bien se passer.

Notre première conclusion est que pendant les périodes correspondant à notre définition de la stagflation, les actions se portent mal. Sur la base des données recueillies depuis le quatrième trimestre de 1959, le S&P 500 réalise une performance annualisée de 1,8 % hors dividendes en période de stagflation et de 9,9 % en période sans stagflation. En d'autres termes, la stagflation est vraiment mauvaise pour les rendements des actions et elle ne le devient que lorsque l'inflation est soustraite.

Sur la base des données sectorielles et de notre petit échantillon depuis 1989, nous constatons qu'en période de stagflation, des secteurs comme la santé, les biens de consommation de base, les services publics et l'énergie s'en sortent bien, tandis que des secteurs comme l'industrie, l'immobilier, les services financiers et la technologie s'en sortent mal. En d'autres termes, ce sont précisément les quatre secteurs défensifs du GICS qui s'en sortent mieux en période de stagflation que les secteurs cycliques.

Outre notre analyse limitée, nous savons, d'après les lettres aux actionnaires de Warren Buffett à la fin des années 1970, que Berkshire Hathaway recherchait de plus en plus des entreprises disposant d'un avantage concurrentiel fort et d'un pouvoir de prix sur les consommateurs, ainsi que d'un pouvoir de négociation salariale fort sur leurs employés. Warrant Buffett est tombé amoureux de Coca-Cola, qui, selon lui, présentait toutes ces caractéristiques pour être un bon investissement en période de stagflation. Ainsi, en cas de stagflation, les investisseurs devraient se concentrer sur les entreprises ayant un RCI élevé, une faible part de salariés dans les intrants de production et un fort pouvoir de négociation sur les clients.

Source: MSCI

Prêt à commencer?

L'ouverture d'un compte peut se faire entièrement en ligne en trois étapes simples.

Investir comporte des risques, la valeur de votre mise peut baisser.

Cet article ne constitue ni un conseil d’investissement ni une invitation à effectuer certains placements dans le chef de Saxo Bank. La rémunération de l'auteur de cet article n'est pas (ne sera pas) directement ou indirectement liée à ses recommandations ou opinions spécifiques. Bien que Saxo Bank apporte le plus grand soin à la compilation et à la mise à jour de ces pages, et utilise des sources considérées comme fiables, Saxo Bank ne peut garantir l'exactitude, l'exhaustivité et l'actualité des informations fournies. Avant d’effectuer un investissement, Saxo Bank contrôle si celui-ci vous convient sur la base de ce qu’elle sait de vos connaissances et de votre expérience relatives au produit de placement concerné. Saxo Bank vous avertira toujours s’il s’avère que vous ne disposez pas de connaissances et d’une expérience suffisantes ou si Saxo Bank n’a pas pu les évaluer. Saxo Bank est un nom commercial de BinckBank S.A.. Investir comporte des risques. La valeur de votre investissement peut diminuer. Pour en savoir plus sur les risques spécifiques aux produits, consultez les pages consacrées aux produits.

Saxo Bank
Succursale belge,
Italiëlei 124, boîte 101,
2000 Anvers
Belgique

En Belgique, Saxo Bank est le nom commercial de BinckBank N.V., une banque néerlandaise qui fait partie du groupe Saxo Bank.

Contacter Saxo Bank

Select region

Belgique
Belgique