Une Europe brisée Une Europe brisée Une Europe brisée

Une Europe brisée

Christopher Dembik

Head of Macroeconomic Research

Résumé:  Si la situation économique de l'Europe n'est peut-être pas aussi mauvaise qu'on le craignait, il y a encore une multitude de choses à réparer.


Une économie résiliente

Nous étions trop pessimistes à propos de la zone euro. La baisse des prix de l'énergie, l'absence de pannes d'électricité (résultant à la fois de la diversification de l'approvisionnement en énergie et de meilleures conditions météorologiques) et la résistance des données concrètes (notamment en Allemagne) poussent les prévisionnistes à revoir leurs prévisions de récession pour 2023. Le consensus sur le PIB de la zone euro pour 2023 est passé de moins 0,1 % à 0,0 %. Il s'agit d'un mouvement faible mais significatif et il ne semble pas être la fin. Nous pensons toujours que le consensus est trop faible. À la mi-janvier, Goldman Sachs a été la première banque internationale à inverser complètement ses prévisions pour la zone euro, faisant passer ses prévisions de croissance du PIB de moins 0,1 % à 0,6 %. Chez Saxo Bank, nous ne sommes pas aussi optimistes, mais nous pensons avec confiance que la zone euro pourrait éviter une récession cette année, avec un objectif de croissance du PIB proche de 0,3 à 0,4 %. Rappelez-vous qu'il y a quelques mois, plus de 90 % des prévisionnistes estimaient qu'une récession était le scénario de base pour cette année.

Qu'est-ce qui a changé ? L'économie est en fait plus forte que prévu. L'indice de surprise économique de Citi (graphique ci-dessous) est maintenant à son plus haut niveau depuis un an. Cela signifie que les données économiques sont meilleures que les projections des économistes. C'est particulièrement vrai pour l'Allemagne. Alors que la consommation de gaz s'est effondrée à deux chiffres, la production industrielle est restée largement stable. Non seulement cela pourrait être considéré comme une réussite remarquable, mais sur la base des dernières données de novembre sur la production industrielle, il semble qu'il n'y aura pas de récession dans l'industrie allemande au quatrième trimestre. La première estimation du PIB allemand pour 2022 est également nettement supérieure aux prévisions, à 1,9 % - ce qui représente 0,5 point de plus que l'objectif du gouvernement. Tout indique que l'économie restera à un rythme soutenu à court terme, tous les modèles de prévision immédiate indiquant une reprise économique ce trimestre. Par conséquent, la probabilité d'une récession diminue désormais assez rapidement. Nous pensons également qu'il n'y aura pas d'événements macroéconomiques et de marché extrêmes en 2023, ce qui pourrait être positif du point de vue de la croissance. Si l'économie se comporte beaucoup mieux, cela donnera toutefois aux décideurs de la BCE plus de confiance pour relever les taux comme l'a indiqué Christine Lagarde en décembre.

Les surprises économiques s'améliorent sensiblement dans la zone euro. Le consensus, une croissance du PIB de 0,0 % en 2023, semble légèrement conservateur et sera certainement revu à la hausse.

Mais des risques se profilent

Toutefois, cela ne signifie pas que l'année 2023 ne sera pas difficile :

  • Les tensions sur le crédit sont en hausse - c'est la première fois en une décennie que nous commençons l'année avec un rendement du crédit IG européen supérieur au niveau de 4 %. Attendez-vous à ce que de nombreuses entreprises aient des difficultés à accéder à de nouvelles sources de financement. De nombreuses petites et moyennes capitalisations n'auront probablement pas d'autre choix que de recourir à des financements ultra-dilutifs, tels que les obligations convertibles. Les investisseurs particuliers devraient se tenir à l'écart de ces sociétés cotées.
  • Le marché devra absorber environ 700 milliards d'euros de liquidités en raison du resserrement quantitatif de la BCE. C'est un exercice compliqué qui se traduira par un resserrement des conditions financières et peut-être une plus grande volatilité des actions.
  • {La crise énergétique sera de nouveau à l'ordre du jour. Ce n'est pas politiquement correct, mais le changement climatique a certainement permis d'éviter une crise énergétique en Europe jusqu'à présent. Toutefois, lorsqu'il sera temps de reconstituer les stocks épuisés au printemps, attendez-vous à ce que les prix remontent. Nous sommes convaincus que l'UE sera en mesure de trouver des fournisseurs d'énergie (par exemple, du gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis, d'Australie ou même du Mozambique), mais à un coût élevé. Cela finira par alimenter une hausse de l'inflation au second semestre, ainsi qu'une hausse des prix du pétrole résultant d'une augmentation de la demande chinoise. Nous estimons que la réouverture de la Chine stimulera la demande de pétrole de 4 millions de bpj vers le printemps - c'est environ trois fois plus que la croissance de la demande prévue par le marché.
Les prix sur le marché de gros de l'électricité ont décuplé au plus fort de la crise de 2022 dans plusieurs pays de l'UE. Cela s'expliquait en partie par la hausse des prix du gaz due à la guerre en Ukraine et aux problèmes de production nucléaire en France. Aujourd'hui, les prix sont en baisse. Mais le marché ne s'attend pas à un retour à la situation d'avant la crise (où les prix étaient inférieurs à 60 euros par MWh).

Qu'en est-il du risque d'une spirale salaires-prix ?

Le marché du travail reste tendu dans la zone euro. Les dernières données montrent que le taux de chômage dans la zone euro était de 6,5 % en novembre 2022 et de 6,0 % dans l'Union européenne. Au sein de l'UE, l'Espagne affiche le taux de chômage officiel le plus élevé (12,4 %) et l'Allemagne et la Pologne le plus bas (3 %). Dans un document de travail publié à la mi-janvier, les économistes de la BCE ont souligné le risque d'une forte croissance des salaires au cours des prochains trimestres, bien supérieure aux tendances historiques : "Cela reflète des marchés du travail robustes qui, jusqu'à présent, n'ont pas été substantiellement affectés par le ralentissement de l'économie, les augmentations des salaires minimums nationaux et un certain rattrapage entre les salaires et les taux d'inflation élevés." Nous avons tendance à ne pas être d'accord avec cette évaluation. La croissance des salaires alimente bien sûr l'inflation dans la zone PECO, mais ce n'est clairement pas le cas en Europe occidentale. La probabilité que les salaires augmentent de manière significative, devenant ainsi un problème dans la lutte contre l'inflation, est plutôt faible à notre avis. En fait, dans plusieurs pays, les augmentations de salaires sont dramatiquement en retard sur l'inflation. En Espagne, le salaire réel moyen est maintenant inférieur à ce qu'il était il y a 15 ans ! Il est difficile de penser qu'il y aura une spirale salaires-prix. Toutefois, si la BCE estime qu'il s'agit d'un risque important, elle pourrait décider de trop resserrer les taux, ce qui augmenterait les tensions sur le crédit.

Globalement, nous pensons que le consensus était et reste trop pessimiste quant à la croissance du PIB de la zone euro en 2023. Il y a une forte probabilité qu'une récession soit évitée. Cela dit, l'Europe est toujours en panne. La crise énergétique reste un risque majeur pour l'hiver prochain - l'UE étant toujours réticente à adopter l'énergie nucléaire et incapable d'avancer rapidement sur le projet de réforme du marché de l'électricité. Alors que la BCE prévoit une augmentation substantielle des salaires, nous constatons que les travailleurs s'appauvrissent en fait dans la plupart des pays. Plusieurs entreprises qui ont bénéficié des périodes anormales de taux d'intérêt négatifs vont maintenant faire face à un moment de vérité - beaucoup d'entre elles vont probablement faire faillite. Sur le plan politique, nous ne sommes pas optimistes. Les présidences de l'UE offrent peu d'ambition - la Suède, qui dirige le Conseil de l'UE, se concentre sans surprise sur la guerre en Ukraine, tandis que la présidence espagnole du second semestre 2023 sera dominée par les élections dans le pays. Il n'y a pas grand-chose de positif à attendre de la politique cette année.

Avertissement sur la responsabilité de Saxo

Toutes les entités du Groupe Saxo Banque proposent un service d’exécution et un accès à l’analyse permettant de visualiser et/ou d’utiliser le contenu disponible sur ou via le site Internet. Ce contenu n’a pas pour but de modifier ou d’étendre le service réservé à l’exécution et n’est pas destiné à le faire. Cet accès et cette utilisation seront toujours soumis (i) aux conditions générales d’utilisation ; (ii) à la clause de non-responsabilité ; (iii) à l’avertissement sur les risques ; (iv) aux règles d’engagement et (v) aux avis s’appliquant aux actualités et recherches de Saxo et/ou leur contenu, en plus (le cas échéant) des conditions régissant l’utilisation des liens hypertextes sur le site Internet d’un membre du Groupe Saxo Banque via lequel l’accès aux actualités et recherches de Saxo est obtenu. Ce contenu n’est donc fourni qu’à titre informatif. Plus particulièrement, aucun conseil n’entend être donné ou suivi tel qu’il est donné ni soutenu par une entité du Groupe Saxo Banque. De même, aucun conseil ne doit être interprété comme une sollicitation ou un encouragement visant à s’abonner à, vendre ou acheter des instruments financiers. Toutes les opérations boursières ou les investissements que vous effectuez doivent être le fruit de vos décisions spontanées, éclairées et personnelles. De ce fait, aucune entité du Groupe Saxo Banque ne pourra être tenue responsable de vos éventuelles pertes suite à une décision d’investissement prise en fonction des informations disponibles dans les actualités et recherches de Saxo ou suite à l’utilisation des actualités et recherches de Saxo. Les ordres donnés et les opérations boursières effectuées sont considérés comme donnés ou effectués pour le compte du client avec l’entité du Groupe Saxo Banque opérant dans la juridiction de résidence du client et/ou chez qui le client a ouvert et alimenté son compte de transactions. Les actualités et recherches de Saxo ne contiennent pas (et ne doivent pas être interprétées comme contenant) de conseils en matière de finance, d’investissement, d’impôts, de transactions ou de quelque autre nature proposés, recommandés ou soutenus par le Groupe Saxo Banque. Elles ne doivent pas non plus être interprétées comme un registre de nos tarifs d’opérations boursières ou comme une offre, incitation ou sollicitation d’abonnement, de vente ou d’achat du moindre instrument financier. Dans la mesure où tout contenu est interprété comme une recherche d’investissement, vous devez noter et accepter que le contenu ne visait pas et n’a pas été préparé conformément aux exigences légales destinées à promouvoir l’indépendance de la recherche d’investissement et, en tant que tel, serait considéré comme une communication marketing en vertu des lois concernées.

Veuillez lire nos clauses de non-responsabilité :
Notification sur la recherche en investissement non-indépendant (https://www.home.saxo/legal/niird/notification)
Clause de non-responsabilité complète (https://www.home.saxo/legal/disclaimer/saxo-disclaimer)
Clause de non-responsabilité complète (https://www.home.saxo/legal/saxoselect-disclaimer/disclaimer)

Saxo Bank (Suisse) SA
The Circle 38
CH-8058
Zürich-Flughafen
Suisse

Nous contacter

Select region

Suisse
Suisse

Le négoce d’instruments financiers comporte des risques. Les pertes peuvent dépasser les dépôts sur les produits de marge. Vous devez comprendre comment fonctionnent nos produits et quels types de risques ils comportent. De plus, vous devez savoir si vous pouvez vous permettre de prendre un risque élevé de perdre votre argent. Pour vous aider à comprendre les risques impliqués, nous avons compilé une divulgation des risques  et un ensemble de documents d'informations clés (KID) qui décrivent les risques et opportunités associés à chaque produit. Les KID sont accessibles sur la plateforme de trading. Veuillez noter que le prospectus complet est disponible gratuitement auprès de Saxo Bank (Suisse) SA ou directement de l'émetteur.

Ce site Web est accessible dans le monde entier. Cependant, les informations sur le site Web se réfèrent à Saxo Bank (Suisse) SA. Tous les clients sont directement avec Saxo Bank (Suisse) SA. Collaboration et tous les accords clients avec Saxo Bank (Suisse) SA fermé et donc soumis au droit suisse.

Le contenu de ce site Web constitue du matériel de marketing et n'a été signalé ou transmis à aucune autorité réglementaire.

Si vous contactez Saxo Bank (Suisse) SA ou visitez ce site Web, vous reconnaissez et acceptez que toutes les données que vous transmettez, recueillez ou enregistrez via ce site Web, par téléphone ou par tout autre moyen de communication (par ex. e-mail), à Saxo Bank (Suisse) SA peuvent être transmises à d'autres sociétés ou tiers du groupe Saxo Bank en Suisse et à l'étranger et peuvent être enregistrées ou autrement traitées par eux ou Saxo Bank (Suisse) SA. Vous libérez Saxo Bank (Suisse) SA de ses obligations au titre du secret bancaire suisse et du secret des négociants en valeurs mobilières et, dans la mesure permise par la loi, des autres lois et obligations concernant la confidentialité dans le cadre des divulgations de données du client. Saxo Bank (Suisse) SA a pris des mesures techniques et organisationnelles de pointe pour protéger desdites données contre tout traitement ou transmission non autorisé et appliquera des mesures de sécurité appropriées pour garantir une protection adéquate desdites données.

Apple, iPad et iPhone sont des marques déposées d'Apple Inc., enregistrées aux États-Unis et dans d'autres pays. App Store est une marque de service d'Apple Inc.