Pourquoi il est si difficile d'accepter des pertes Pourquoi il est si difficile d'accepter des pertes Pourquoi il est si difficile d'accepter des pertes

Pourquoi il est si difficile d'accepter des pertes

Starten met beleggen
Peter Siks

Entraîneur d'investisseurs

Relevé:  Une partie extrêmement importante de la gestion des risques consiste également à prendre les pertes à temps. Mais pourquoi est-ce si difficile ? Et comment s'assurer de prendre des décisions rationnelles ? Peter Siks, expert en investissement, explique.


Level: Any experience


Avant de répondre à cette question, permettez-moi d'évoquer une différence entre l'investissement à long terme et l'investissement actif à court terme (ou trading). C'est précisément dans cette dernière forme d'investissement que la gestion du risque est extrêmement importante, et cela inclut le fait de subir des pertes.

Lorsque l'on investit à long terme, c'est-à-dire que l'on achète et que l'on conserve, j'aime reprendre les mots de Warren Buffett : "Notre période de conservation préférée est l'éternité". En d'autres termes, avec une diversification suffisante (peut-être le seul repas gratuit dans le monde financier) et une durée suffisamment longue, les rendements seront bons. Ainsi, pour un portefeuille à long terme, "si vous vous faites raser, vous devez rester assis".

Mais cela ne s'applique pas à la partie - probablement plus petite - du portefeuille qui est activement négociée. Ici, il est important d'être (plus) au top et d'éviter le fameux "bleeder". Car c'est précisément ce ou ces deux "bleeders" qui peuvent anéantir un résultat par ailleurs satisfaisant.


La prise en charge des pertes en trois étapes

La recherche scientifique a montré à maintes reprises que perdre 1 000 euros fait deux fois plus mal que gagner 1 000 euros ne fait plaisir. Cela signifie que lorsque nous perdons, nous nous trouvons dans une situation difficile. Financièrement, mais surtout émotionnellement, car nous ressentons alors de la douleur. Et face à la douleur, presque tout le monde suit la même stratégie.

La première étape consiste à ignorer ce qui fait mal (en espérant que tout ira bien). Par exemple, cette ignorance se reflète très clairement dans le nombre de fois qu'un client moyen se connecte. Lorsque la bourse est dans le positif, plus de personnes se connectent que lorsqu'elle est dans le négatif. Vous reconnaissez probablement ce phénomène chez vous. Si la bourse n'est pas au beau fixe, il y a de fortes chances que vous y passiez moins de temps. En résumé, la première phase consiste à ignorer ce qui cause de la douleur (émotionnelle).

La deuxième étape est la colère. C'est maintenant le moment de l'erreur d'attribution classique. Dans ce phénomène psychologique, les gens s'attribuent le succès, mais lorsque les choses tournent mal, c'est à cause de quelque chose d'autre. Et dans le cas des positions perdantes, c'est qu'il y a eu un problème quelque part et qu'il "faut" trouver un bouc émissaire. Cela peut être n'importe quoi. Du gourou de la bourse qui a donné le tuyau, du PDG qui a fait de fausses déclarations, des voisins toujours bruyants qui font qu'il n'est jamais possible d'investir sans être dérangé, à l'absence d'échelle Log sur le graphique d'analyse technique. Bref, une colère dont la cause est extérieure à l'investisseur lui-même.

Pour un certain nombre de personnes, le processus s'arrête là. Elles restent en colère et se retrouvent avec une position très déficitaire. Heureusement, il y a aussi un grand nombre de personnes qui se posent la question suivante : "Que puis-je apprendre de cette situation ? Qu'est-ce qui n'a pas fonctionné et comment puis-je l'éviter à l'avenir ? Ces personnes acceptent la situation (dont elles ne sont évidemment pas satisfaites), mais sont également capables de passer à l'étape suivante et finale : appliquer les connaissances acquises.

L'une de ces idées pourrait être la suivante : pour la partie active de mon portefeuille, je dois réduire mes pertes en temps voulu.


Pourquoi la prise en charge des pertes reste-t-elle si difficile ?

Il y a beaucoup de réponses différentes à cette question, mais à mon avis, trois éléments sont essentiels. Premièrement, l'ego fait obstacle. La plupart des investisseurs se considèrent comme des personnes intelligentes et sensées, capables d'évaluer correctement le monde qui les entoure. Cela s'applique également à l'investissement. Ainsi, lorsqu'ils achètent une action ABC, ils le font parce qu'ils sont convaincus que l'action va augmenter. Toutefois, si l'action chute, il faut un grand esprit pour admettre simplement qu'on a vu faux, prendre une perte et repartir de l'avant. Presque tout le monde a tendance à vouloir trouver son compte de toute façon et à s'en tenir fermement à sa position. En d'autres termes, l'ego humain joue le rôle principal.

La deuxième raison est qu'une action à perte n'est qu'une "perte sur papier". Tant que l'action n'a pas été vendue, il ne s'agit que d'une perte sur papier. Ce n'est évidemment pas vrai, car la perte est déjà incluse dans la position des capitaux propres. C'est le solde de toutes les positions qui doit être pris en compte, et non une seule action.

La troisième raison de ne pas prendre de perte est la "peur des fusées". Il s'agit de la crainte que si l'action est finalement vendue à perte, elle entamera la semaine suivante une marche sans précédent vers de nouveaux sommets historiques.

En résumé, ce sont les trois raisons qui rendent la prise de pertes si difficile. Heureusement, Saxo Bank offre le soutien nécessaire pour vous aider dans cette tâche, comme les ordres avancés. Grâce à eux, vous fixez à l'avance le moment où votre position doit être réduite/vendue. Vous prenez ainsi une décision rationnelle à l'avance et évitez d'agir sous le coup de l'émotion.


Qu'est-ce qu'un ordre stoploss ?

Il existe de nombreux types d'ordres standardisés. L'un des plus connus est l'ordre stoploss. (Il est également appelé limite de prix). Comment fonctionne cet ordre ? L'action ABC est achetée à 10 euros et l'investisseur place un ordre stoploss immédiatement après. Par exemple, le niveau d'arrêt est de 9 euros, ce qui signifie que si l'action tombe à 9 euros en bourse, un ordre de vente est envoyé sur le marché pour vendre l'action ABC. Cet ordre a pour but d'éviter une nouvelle augmentation de la perte. Cet ordre de vente peut être au mieux ou limité.

 

La mise en place d'un ordre stop-loss présente-t-elle des désavantages ?

Tout d'abord, il est bon de savoir qu'il est possible que l'ordre stop-loss ne soit pas vendu exactement au montant spécifié. Il est donc possible que le montant soit (juste) légèrement inférieur à celui que vous aviez déterminé.

Le deuxième inconvénient concerne les cas où la peur de la fusée mentionnée ci-dessus se vérifie finalement. En effet, il est possible qu'une action passe d'abord en dessous de la limite que vous avez indiquée, puis qu'elle remonte. Comme vous êtes alors déjà sorti (automatiquement), vous ne pouvez plus profiter de cette hausse. C'est dommage, bien sûr, mais on ne peut jamais être sûr à l'avance de l'évolution d'un cours : il aurait pu descendre encore plus bas. Et ce n'est pas pour rien - mais délibérément à l'avance - que vous aviez choisi le niveau du stoploss comme le point à partir duquel vous ne vouliez/ne pouviez plus subir de pertes. Votre gestion du risque a donc fonctionné. Cet inconvénient montre toutefois que vous devez savoir comment déterminer le niveau de stoploss qui vous convient le mieux.


Comment déterminer le niveau de mon stoploss ?

La première indication est le graphique qui montre (éventuellement) les niveaux de support et de résistance. Placez le stop légèrement en dessous du niveau de support s'il s'agit d'une position longue. Placez le stop légèrement au-dessus du niveau de résistance s'il s'agit d'une position courte. Outre cette approche issue de l'analyse technique, il existe une autre façon de déterminer les stops. La plus simple est la règle suivante : un euro de travers, position fermée. Mais là encore, un euro dans Aegon est d'un tout autre ordre de grandeur qu'un euro dans ASML. 

Par extension, vous pouvez travailler avec des pourcentages. La règle pourrait alors être la suivante : s'il y a un mouvement de 10 % dans la mauvaise direction, la position doit être clôturée. Mais là encore, un titre peut très bien évoluer de plusieurs pourcentages par jour alors qu'un autre titre bouge à peine de sa place. En résumé, il vaut mieux un pourcentage qu'un montant absolu, mais il est encore mieux de tenir compte de la volatilité de l'actif sous-jacent. C'est cette volatilité qui sert de base à la détermination du stop. 

Actuellement, la volatilité (sur 30 jours) de l'action ABC est de 60 % et celle de l'action XYZ de 17 %. La règle pourrait donc être la suivante : la volatilité annualisée sur 30 jours est divisée par quatre et c'est le niveau du stoploss. Ainsi, dans le cas de l'action ABC, le stop se situerait à 15 % en dessous du cours actuel de l'action. Dans le cas de XYZ, il serait de 4 %. Si les niveaux de stoploss sont différents en termes de pourcentage, ils sont identiques du point de vue de la gestion des risques et des statistiques. 


Time frame

Un autre élément à prendre en compte pour déterminer la distance du stop est l'horizon temporel (prévu) de la transaction. Pour les transactions intrajournalières, les stops seront (devront être) beaucoup plus serrés que pour une transaction sur plusieurs semaines. En outre, la "peur du missile" mentionnée précédemment peut être partiellement surmontée en échelonnant les stops (moments de sortie). Comme vous le savez peut-être, je suis un partisan du trading flexible. Cela signifie une entrée et une sortie échelonnées. Cela peut donc aussi se faire avec des stops ! 

Une position longue à 10 € et un stoploss à 9 € pourraient ainsi devenir : une position longue à 10 € et un stoploss pour un tiers de la position à 9,25 €, un tiers de la position à 9 € et le dernier choix à 8,75 €. Ce faisant, vous avez maintenu la position en vie aussi longtemps que possible - en fonction de vos propres paramètres de risque ! - afin d'éviter de tirer sur le missile au moment de la sortie.


Résumé

La négociation active exige une approche différente de la gestion des risques que l'investissement à long terme. La négociation active implique la prise active de pertes. Le stoploss (trailing) peut vous aider à le faire. Une façon de déterminer le niveau du stoploss est de prendre en compte la volatilité de l'actif sous-jacent. Cela permet d'adopter une approche cohérente de la gestion des risques. Bonne chance en bourse !

Prêt à commencer?

L'ouverture d'un compte peut se faire entièrement en ligne en trois étapes simples.

Investir comporte des risques, la valeur de votre mise peut baisser.

Cet article ne constitue ni un conseil d’investissement ni une invitation à effectuer certains placements dans le chef de Saxo Bank. La rémunération de l'auteur de cet article n'est pas (ne sera pas) directement ou indirectement liée à ses recommandations ou opinions spécifiques. Bien que Saxo Bank apporte le plus grand soin à la compilation et à la mise à jour de ces pages, et utilise des sources considérées comme fiables, Saxo Bank ne peut garantir l'exactitude, l'exhaustivité et l'actualité des informations fournies. Avant d’effectuer un investissement, Saxo Bank contrôle si celui-ci vous convient sur la base de ce qu’elle sait de vos connaissances et de votre expérience relatives au produit de placement concerné. Saxo Bank vous avertira toujours s’il s’avère que vous ne disposez pas de connaissances et d’une expérience suffisantes ou si Saxo Bank n’a pas pu les évaluer. Saxo Bank est un nom commercial de BinckBank S.A.. Investir comporte des risques. La valeur de votre investissement peut diminuer. Pour en savoir plus sur les risques spécifiques aux produits, consultez les pages consacrées aux produits.

Saxo Belgique
Italiëlei 124, boîte 101,
2000 Anvers
Belgique

Saxo Belgique, sous le nom de Saxo, est la succursale belge de Saxo Bank A/S. Principalement contrôlée par la DFSA. Enregistrée en Belgique auprès de la BNB et contrôlée par la FSMA et la BNB.

Contacter Saxo

Select region

Belgique
Belgique