Google et Microsoft s'affrontent pour le leadership de l'IA Google et Microsoft s'affrontent pour le leadership de l'IA Google et Microsoft s'affrontent pour le leadership de l'IA

Google et Microsoft s'affrontent pour le leadership de l'IA

Actions 5 minutes de lecture
PG
Peter Garnry

Responsable de la stratégie des actions

Relevé:  Google et Microsoft se livrent une bataille féroce pour dominer la technologie de l'IA et, avec la récente mise à jour de Google pour son chatbot Bard, le marché a complètement changé sa perception de Google. On pensait que l'entreprise était à la traîne par rapport à Microsoft, mais peut-être est-elle en fait en tête de la course à la technologie de l'IA. Nous nous penchons sur la bataille à l'IA entre les deux entreprises, qui sera longue. Nous examinons également les différents courants d'opinion qui se forment au sujet de la technologie de l'IA et ce à quoi il faut s'attendre en termes de réglementation.


Points clés de cette analyse des actions :

  • Microsoft et Google sont les deux principales entreprises qui se disputent le leadership dans le domaine de la technologie de l'IA, tandis qu'Amazon, Meta et Apple sont clairement à la traîne.
  • La dernière mise à jour de Google pour son chatbot Bard a enthousiasmé les investisseurs, les amenant à réévaluer complètement les attentes de Google dans la course à l'IA.
  • Le témoignage de Sam Altman lors de l'audition d'hier de la commission sénatoriale américaine indique que la technologie de l'IA sera bientôt réglementée.

La course au leadership en matière d'IA est une course pour l'éternité

Après l'échec du pari de Meta sur le Metaverse, il devrait être clair à présent que Google et Microsoft sont les deux géants qui se battent pour la première place dans le domaine de l'IA. Amazon est mal placé dans cette course et a perdu son attrait auprès des investisseurs à la suite de ses investissements ratés pendant la pandémie et de son pari de croissance raté sur la technologie des assistants vocaux. Apple est clairement absent de la course à l'IA et s'attaque à d'autres activités telles que les logiciels pour les voitures et les services de santé liés à son Apple Watch. La course à l'IA s'est accélérée lorsque Microsoft a annoncé, le 23 janvier 2023, son investissement de 10 milliards de dollars, son troisième et plus important investissement dans OpenAI après ceux de 2019 et 2021. Beaucoup pensaient qu'il s'agissait d'un gros investissement pour une technologie émergente qui perdait de l'argent. Pourtant, lorsque OpenAI a mis à niveau le système GPT sous-jacent pour ChatGPT, les choses ont changé rapidement. La société a atteint 100 millions d'utilisateurs au cours des deux premiers mois de son lancement, soit l'adoption la plus rapide jamais enregistrée pour un produit. Depuis l'investissement de 10 milliards de dollars de Microsoft, la valeur de marché de Microsoft a augmenté de 521 milliards de dollars, reflétant les attentes du marché en matière de croissance de la technologie de l'IA.

 
Microsoft vs Alphabet (Google) | Source : Bloomberg

Google était-il toujours en tête  ?

Le graphique des cours depuis le 23 janvier 2023 montre également que les actions Alphabet (Google) ont perdu beaucoup de valeur lorsque Bard, le chatbot IA de Google, a commis une erreur factuelle lors de sa première démonstration. Immédiatement, les investisseurs se sont désintéressés des actions d'Alphabet, estimant que l'entreprise était derrière OpenAI et qu'elle perdrait la course à l'IA. Depuis des années, Google mène des recherches approfondies sur la technologie de l'IA et a lancé une technologie similaire à ChatGPT il y a deux ans, appelée LaMDA. Google a opté pour une approche prudente de la technologie de l'IA en raison de ses conseils et lignes directrices internes en matière d'éthique, mais lorsque ChatGPT a été publié, Google n'a eu d'autre choix que de suivre l'exemple. Pendant des années, DeepMind, la filiale de Google basée à Londres, a obtenu des résultats révolutionnaires dans des jeux tels que Go (échecs chinois) et Stratego, dans le problème du pliage des protéines et, récemment, dans la gestion du plasma de fusion des tokamaks à l'aide d'aimants.

En combinant tous les résultats obtenus au fil des ans, on pourrait dire que Google a toujours été en tête et que les récents résultats extraordinaires du chatbot Bard mis à jour ont amené les investisseurs à revoir leurs attentes à l'égard de Google dans la course à l'IA. Peut-être que Google était toujours en tête ? Alphabet a récemment fusionné le groupe de recherche Brain AI avec DeepMind, créant ainsi une unité de recherche combinée sur l'IA composée de 1 000 scientifiques. Il s'agit d'une force redoutable dans le domaine de la recherche en IA. L'avance de DeepMind dans de nombreuses applications réelles telles que le repliement des protéines, l'optimisation énergétique des centres de données et la fusion nucléaire dans les tokamaks nous incite à penser que Google a en réalité l'avantage. L'un des facteurs déterminants dans la course à l'IA est de savoir si cette tendance sera menée par les entreprises ou par les consommateurs. Microsoft a la mainmise sur la distribution et les logiciels d'entreprise, et gagnera donc la course à l'IA d'un point de vue économique si cette tendance devient celle des entreprises. S'il s'agit d'une tendance orientée vers le consommateur, c'est Google, avec ses nombreuses applications grand public telles que le courrier électronique, la recherche, les cartes, etc. qui l'emportera. Dans une étude récente de Critical Mass, les consommateurs de tous âges estiment que Google est en tête de la course.

Comme décrit ci-dessus, Alphabet (Google) et Microsoft sont engagés dans une course serrée à l'IA et tout investisseur dans le monde doit décider comment s'exposer à la technologie de l'IA. Comme nous l'avons indiqué dans plusieurs notes sur les actions, Nvidia est l'équivalent pour l'IA des pelleteuses de la ruée vers l'or en Californie, mais en ce qui concerne la mise en œuvre de l'IA, les investisseurs doivent choisir entre Google et Microsoft. Ces deux entreprises ont les moyens économiques de rivaliser et d'investir dans l'IA : Alphabet a réalisé un bénéfice avant intérêts et impôts (EBIT) de $74.8bn au cours du dernier exercice fiscal, tandis que Microsoft a réalisé un EBIT de $83.4bn. Si l'on considère l'évaluation, Microsoft est évaluée à 2,6 % de rendement des flux de trésorerie disponibles, tandis qu'Alphabet est évaluée à 4,8 %, ce qui suggère que le marché mise sur Microsoft pour l'instant. Mais comme l'a montré l'évolution récente des cours, le marché procède également à une réévaluation agressive des actions d'Alphabet.

 

Les trois courants d'opinion sur l'IA

Il semble que trois idées s'affrontent au sujet de l'IA et de ce qu'elle signifie pour notre civilisation. Il y a la vision positive de l'optimiste de la Silicon Valley qui croit que toute technologie est finalement bonne pour l'humanité et que la technologie de l'IA s'avérera extrêmement positive pour notre société. Yoshua Bengio (professeur et informaticien) et Yann Le Cun (Chief AI Scientist chez Meta) font partie de ce camp. Sam Altman, cofondateur et PDG d'OpenAI, qui est à l'origine de ChatGPT, faisait également partie de ce groupe au départ, ce qui est confirmé par la tentative agressive d'OpenAI de lancer ChatGPT en dépit des nombreuses préoccupations éthiques que suscite cette technologie. Sam Altman a depuis équilibré son attitude positive initiale à l'égard de l'IA (voir la section suivante sur la réglementation de l'IA).

Dans le camp opposé, nous trouvons les pessimistes qui s'amusent à penser que la technologie de l'IA pourrait conduire à la chute de notre espèce. Les personnes les plus notables de ce camp sont Max Tegmark (professeur au MIT) et récemment Geoffrey Hinton, l'un des premiers et principaux contributeurs au domaine actuel de l'IA, qui s'est montré très négatif sur les perspectives de l'IA pour l'humanité en quittant son poste chez Google pour participer à la formation de l'opinion publique sur le sujet.

Le dernier camp représente un groupe de scientifiques préoccupés par la causalité et ce groupe affirme que si les systèmes d'IA actuels sont impressionnants à bien des égards, ils ne sont encore que des machines de corrélation et ne sont donc pas en mesure de comprendre notre monde d'une manière causale. Les scientifiques de Microsoft ont expérimenté les nouveaux systèmes d'IA à la fin de l'année dernière en demandant à l'IA d'empiler de manière stable un livre, neuf œufs, un ordinateur portable, une bouteille et un clou, ce qui nécessite une compréhension de notre monde physique. La réponse était intelligente et le scientifique a suggéré qu'ils étaient peut-être témoins d'une nouvelle forme d'intelligence. Plus tard, un groupe de sceptiques de l'IA a ajouté une variante à la même question et a immédiatement constaté que la solution fournie par l'IA montrait qu'elle n'avait aucune compréhension du monde physique.

La réglementation de l'IA arrive

Sam Altman a participé à une audition de la commission sénatoriale américaine sur l'IA, au cours de laquelle ont été abordés de nombreux thèmes liés à l'IA, de la réglementation aux modèles de droits d'auteur. Sam Altman a déclaré que la réglementation gouvernementale de l'IA est cruciale pour éviter que la technologie ne devienne un train fou et croit en un modèle de licence gouvernementale pour l'IA. Il a également déclaré qu'OpenAI ne gagnait pas d'argent et que chaque fois que quelqu'un utilisait ChatGPT, l'entreprise perdait de l'argent. Il a également déclaré qu'il s'inquiétait de la technologie et en particulier de la façon dont elle pourrait nuire aux enfants.

Après l'audition de la commission, le sénateur Blumenthal a déclaré que le Congrès américain ne pouvait pas être le gardien de la réglementation de l'IA et que la FTC n'avait pas les capacités nécessaires pour le faire, et qu'enfin la réglementation de l'IA devrait faire partie d'une réglementation technologique plus large. Il ne fait aucun doute que la réglementation de l'IA est nécessaire pour s'assurer qu'elle est utilisée de manière correcte et qu'elle ne nuit pas à la société, mais la réglementation s'accompagne d'un risque de capture réglementaire par les grandes entreprises et d'une concurrence limitée si elle n'est pas effectuée correctement. La réglementation présente l'avantage potentiel, pour les entreprises impliquées dans l'IA, d'augmenter la barrière à l'entrée et donc d'améliorer la rentabilité.

Sam Altman a également parlé de la production générative des systèmes d'IA, le générateur d'images Dall-E 2 AI d'OpenAI étant capable de produire des images à partir d'un texte. L'IA générative comporte deux risques. La première est le risque de violation des droits d'auteur et l'absence de rémunération pour les artistes dont les œuvres originales ont clairement fait partie de la formation du système Dall-E 2. Sam Altman a indiqué qu'OpenAI travaillait sur un système de droits d'auteur afin de garantir le paiement des artistes. L'autre risque de l'IA générative est d'inonder l'internet de contenus générés par l'IA qui, à l'avenir, domineront les échantillons de formation des futurs systèmes d'IA. La question est de savoir si cela conduira naturellement à un plateau dans le développement de ce type de systèmes d'IA. Une chose est sûre, l'IA restera le sujet le plus débattu en 2023 parmi les régulateurs et les investisseurs.

Graphique des cours sur 5 ans de Microsoft et Alphabet (Google)

Microsoft vs Alphabet (Google) | Source : Bloomberg

 

Prêt à commencer?

L'ouverture d'un compte peut se faire entièrement en ligne en trois étapes simples.

Investir comporte des risques, la valeur de votre mise peut baisser.

Cet article ne constitue ni un conseil d’investissement ni une invitation à effectuer certains placements dans le chef de Saxo Bank. La rémunération de l'auteur de cet article n'est pas (ne sera pas) directement ou indirectement liée à ses recommandations ou opinions spécifiques. Bien que Saxo Bank apporte le plus grand soin à la compilation et à la mise à jour de ces pages, et utilise des sources considérées comme fiables, Saxo Bank ne peut garantir l'exactitude, l'exhaustivité et l'actualité des informations fournies. Avant d’effectuer un investissement, Saxo Bank contrôle si celui-ci vous convient sur la base de ce qu’elle sait de vos connaissances et de votre expérience relatives au produit de placement concerné. Saxo Bank vous avertira toujours s’il s’avère que vous ne disposez pas de connaissances et d’une expérience suffisantes ou si Saxo Bank n’a pas pu les évaluer. Saxo Bank est un nom commercial de BinckBank S.A.. Investir comporte des risques. La valeur de votre investissement peut diminuer. Pour en savoir plus sur les risques spécifiques aux produits, consultez les pages consacrées aux produits.

Saxo Bank
Succursale belge,
Italiëlei 124, boîte 101,
2000 Anvers
Belgique

En Belgique, Saxo Bank est le nom commercial de BinckBank N.V., une banque néerlandaise qui fait partie du groupe Saxo Bank.

Contacter Saxo Bank

Select region

Belgique
Belgique