Marktprestaties in september: Storm in zicht? Marktprestaties in september: Storm in zicht? Marktprestaties in september: Storm in zicht?

Performance des marchés en septembre : une tempête se prépare ?

Market Rewind
Søren Otto Simonsen

Senior Investment Editor

Relevé:  Les marchés ont été caractérisés par une attitude attentiste en septembre, les banques centrales continuant à s'en tenir à leur discours "plus haut pour longtemps" et la hausse des prix du pétrole compliquant encore les perspectives macroéconomiques. Les actions et les obligations ont chuté de concert. L'énergie a été le seul secteur à terminer le mois avec des gains, tandis que tous les autres secteurs défensifs n'ont pas réussi à protéger. Les actions américaines ont sous-performé l'Europe et l'Asie.


Level: Starter


Cet article contient les rendements du mois de septembre. Sachez que les rendements passés ne sont pas garants des rendements futurs.

Actions internationales


En septembre, les actions mondiales ont connu leur mois le plus difficile depuis le début de l'année, avec une chute de 4,4 %. Cette baisse s'explique par une série de risques, notamment la hausse des taux d'intérêt, l'augmentation des prix du pétrole et les préoccupations croissantes concernant les perspectives de croissance de l'économie mondiale. La dynamique en Chine n'a pas montré d'amélioration substantielle, tandis que des nuages sombres se sont accumulés sur les perspectives de la zone euro. Entre-temps, les tensions géopolitiques ont persisté et le rallye technologique alimenté par l'intelligence artificielle a encore reculé, ce qui a entraîné une nouvelle perte de vitesse des marchés d'actions.

Actions par région:

États-Unis -4,9%
Bien que la Fed américaine ait suspendu ses hausses de taux en septembre, le message "higher for longer" a continué de résonner, ce qui a été douloureux pour les marchés d'actions américains. Par conséquent, le principal indice boursier américain, le S&P 500, a chuté de 4,9 % en septembre, sous-performant les autres indices boursiers mondiaux. La hausse des prix du pétrole induite par l'OPEP a également alimenté les craintes d'une nouvelle flambée de l'inflation et d'un effondrement des dépenses de consommation en raison de l'affaiblissement du pouvoir d'achat. Entre-temps, les marchés ont anticipé les risques d'une fermeture imminente du gouvernement américain, qui a été évitée pour l'instant, ainsi que les grèves des travailleurs de l'automobile et la reprise des remboursements des prêts étudiants.

Europe -1,6%
L'indice européen MSCI Europe a surperformé l'indice de référence américain en septembre, mais a néanmoins clôturé dans le rouge avec une baisse de 1,6 %. Bien que l'inflation commence à diminuer, la BCE, conformément aux attentes du marché, a de nouveau relevé ses taux d'intérêt en septembre, tout en laissant entrevoir des taux d'intérêt maximums. Dans le même temps, la Banque d'Angleterre et la Banque nationale suisse ont laissé leurs taux d'intérêt inchangés, ce qui a été une décision surprenante. La plupart des banques centrales suivent de près l'évolution de la situation. Il faut tenir compte de l'éventuelle reprise de l'inflation due à l'augmentation du prix du pétrole, de la faiblesse économique actuelle de l'Allemagne, de la situation budgétaire de l'Italie et de la demande décevante des consommateurs chinois.

Asie -2,9% et Marchés émergents -2,8%
Les performances de l'Asie et des marchés émergents se sont améliorées en septembre après les fortes baisses du mois d'août. Néanmoins, l'indice MSCI Asia a chuté de 2,9 % et l'indice MSCI Emerging Markets de 2,8 %. L'affaiblissement des perspectives de croissance mondiale a continué à peser sur les économies asiatiques axées sur les exportations, telles que la Corée du Sud et Taïwan, tandis que les économies axées sur la demande intérieure, telles que l'Inde, ont clôturé le mois dans le vert. Les chiffres économiques de la Chine ont commencé à montrer quelques signes d'amélioration, mais le secteur de l'immobilier est resté préoccupant. Par ailleurs, la hausse des prix du pétrole et la poursuite de l'appréciation du dollar américain ont renforcé les vents contraires pour les économies émergentes
 

Résultats par secteur

Le secteur de l'énergie a enregistré un quatrième mois consécutif de hausse et a été le seul secteur dans le vert avec un gain de 2,5 %. Les prix du pétrole brut ont continué à progresser en raison des inquiétudes concernant la pénurie (artificielle) et, à court terme, le baril de pétrole à 100 dollars reste un objectif clé. Cela a ramené l'attention sur les actions du secteur de l'énergie qui continuent à générer des rendements élevés pour les actionnaires. Les valeurs financières ont été le deuxième secteur le plus performant avec une baisse de 2,3 %, tandis que les communications et les soins de santé ont chuté de plus de 3 %.

Obligations 

Malgré la récente "vente" d'obligations due au message "plus haut pour longtemps" de la plupart des banques centrales mondiales, les obligations ont à nouveau surperformé les actions en septembre. Les banques centrales maintiennent généralement une position hawkish et nous avons observé une courbe de rendement plus raide dans la plupart des marchés développés. En septembre, les obligations d'entreprise ont de nouveau affiché des performances inférieures à celles des obligations d'État mondiales.

Découvrez le reste de la performance de ce mois-ci:

Sources : Bloomberg et Saxo

Les actions mondiales sont mesurées à l'aide de l'indice MSCI World. Les régions actions sont mesurées à l'aide des indices S&P 500 (US) et MSCI Europe, AC Asia Pacific et EM respectivement. Les secteurs boursiers sont mesurés à l'aide des indices MSCI World/Sector, par exemple MSCI World/Energy. Les obligations sont mesurées à l'aide des indices Bloomberg Aggregate Total Return couverts en USD pour le total, l'État souverain et le marché des sociétés, respectivement. Les matières premières mondiales sont mesurées à l'aide de l'indice Bloomberg Commodity Index. Le pétrole est mesuré à l'aide du contrat à terme sur le pétrole brut WTI du mois suivant (contrat à terme générique 1st CL Future). L'or est mesuré en utilisant le prix au comptant de l'or par once. Le spot sur devises du dollar américain est mesuré à l'aide du Dollar Index Spot, en le comparant à un panier pondéré des devises suivantes : EUR, JPY, GBP, CAD, SEK et CHF. Sauf indication contraire, les chiffres sont exprimés en monnaie locale.

Prêt à commencer?

L'ouverture d'un compte peut se faire entièrement en ligne en trois étapes simples.

Investir comporte des risques, la valeur de votre mise peut baisser.

Cet article ne constitue ni un conseil d’investissement ni une invitation à effectuer certains placements dans le chef de Saxo Bank. La rémunération de l'auteur de cet article n'est pas (ne sera pas) directement ou indirectement liée à ses recommandations ou opinions spécifiques. Bien que Saxo Bank apporte le plus grand soin à la compilation et à la mise à jour de ces pages, et utilise des sources considérées comme fiables, Saxo Bank ne peut garantir l'exactitude, l'exhaustivité et l'actualité des informations fournies. Avant d’effectuer un investissement, Saxo Bank contrôle si celui-ci vous convient sur la base de ce qu’elle sait de vos connaissances et de votre expérience relatives au produit de placement concerné. Saxo Bank vous avertira toujours s’il s’avère que vous ne disposez pas de connaissances et d’une expérience suffisantes ou si Saxo Bank n’a pas pu les évaluer. Saxo Bank est un nom commercial de BinckBank S.A.. Investir comporte des risques. La valeur de votre investissement peut diminuer. Pour en savoir plus sur les risques spécifiques aux produits, consultez les pages consacrées aux produits.

Saxo Belgique
Italiëlei 124, boîte 101,
2000 Anvers
Belgique

Saxo Belgique, sous le nom de Saxo, est la succursale belge de Saxo Bank A/S. Principalement contrôlée par la DFSA. Enregistrée en Belgique auprès de la BNB et contrôlée par la FSMA et la BNB.

Contacter Saxo

Select region

Belgique
Belgique