Faut-il s'inquiéter de la croissance mondiale ? Faut-il s'inquiéter de la croissance mondiale ? Faut-il s'inquiéter de la croissance mondiale ?

Faut-il s'inquiéter de la croissance mondiale ?

Macro 4 minutes de lecture
Charu Chanana

Stratégiste des Marchés

Relevé:  Alors que les marchés restent principalement préoccupés par l'inflation, les faibles chiffres des ventes au détail et de la production industrielle aux États-Unis ont suscité quelques inquiétudes quant à un ralentissement économique. La solidité du marché du travail permet encore d'envisager un atterrissage en douceur plutôt qu'une récession brutale, et les marchés seront de plus en plus sensibles aux coûts salariaux à l'avenir. Les chiffres des bénéfices commenceront également à attirer l'attention, car les grandes entreprises technologiques commencent à publier leurs rapports.


Le cycle économique mondial est à un point critique, et les investisseurs tentent de peser le pour et le contre entre un atterrissage en douceur et une récession.

Les marchés évoluent dans leur interprétation des données économiques, à partir d'un moment où les mauvaises nouvelles étaient de bonnes nouvelles et laissaient penser que la Fed allait inverser son cycle de relèvement des taux, ce qui a entraîné une surenchère des actions. Une mauvaise nouvelle est une mauvaise nouvelle, et elle commence à susciter des inquiétudes quant aux conséquences du cycle de resserrement de la politique monétaire de la Fed sur les perspectives de croissance.

Ce changement de perspective est dû à une série de chiffres américains peu encourageants. Les ventes au détail aux États-Unis ont baissé de 1,1 % en décembre, ce qui est plus fort que la baisse consensuelle de 0,8 %, avec une importante révision à la baisse des chiffres de -0,6 % à -1,0 %. Le secteur industriel a baissé de 0,7% en décembre, ce qui est plus fort que le consensus -0,1%, avec une révision à la baisse de -0,6% contre -0,2% pour les chiffres précédents. L'industrie manufacturière a également baissé de plus de 1,3%, soit plus que les -0,3% attendus et que la révision précédente de -0,6% à -1,1%.

Source: Bloomberg, Saxo Markets

L'état de la consommation américaine ; les salaires seront déterminants

Cette évolution soulève des questions importantes sur la solidité des consommateurs, qui ont été le principal pilier de soutien dans cet environnement macroéconomique extrêmement difficile. L'inflation et les taux d'intérêt atteignant des sommets, les consommateurs sont susceptibles de trouver des moyens de réduire leurs coûts. Cela s'est traduit par une réduction de l'excédent d'épargne l'année dernière, car les dépenses se sont déplacées des biens vers les services et des biens chers vers les biens moins chers. Le risque d'une détérioration de la demande de services est également présent : les ventes au détail de décembre ont également montré une détérioration des ventes dans les restaurants, un indicateur des dépenses en services.

Mais comme le marché du travail reste tendu, il est difficile de s'attendre à une chute brutale des dépenses de consommation. Cela dit, les marchés continueront d'être à l'affût de nouveaux signes permettant d'évaluer l'état de la consommation américaine et les données relatives au marché du travail et aux salaires seront au centre des préoccupations. Les pressions salariales s'atténuent, en particulier dans les secteurs qui ont connu les plus fortes hausses de salaires l'année dernière en raison de pénuries de main-d'œuvre, comme les secteurs des loisirs, de l'hôtellerie et du commerce de gros. Mais pour l'instant, l'emploi est toujours en croissance, ce qui permet de maintenir les perspectives de consommation contre des revirements brusques et importants. Dans les semaines à venir, nous pourrions assister à un déplacement de la volatilité du marché des jours de CPI (CPI = Inflation and Consumer Price Index) vers les jours de NFP (Nonfarm Payroll, c'est-à-dire les salaires aux États-Unis, à l'exclusion de l'industrie agricole), les chiffres de l'emploi et des salaires étant examinés de plus près.

Attention aux revenus

Les prochaines données sur les emplois non agricoles aux États-Unis seront publiées dans une quinzaine de jours (le 3 février). Dans l'intervalle, les marchés devront supporter davantage les rapports sur les résultats. Proctor & Gamble, un important producteur de biens de consommation, publie ses résultats aujourd'hui, suivi de Kimberly Clark la semaine prochaine. Après la publication des résultats de Netflix aujourd'hui, les résultats des entreprises technologiques débuteront la semaine prochaine avec Microsoft et Tesla, tandis qu'Apple, Amazon, Alphabet et Meta publieront leurs résultats une semaine plus tard. Factset estime que le S&P500 enregistrera une baisse des bénéfices de 3,9 % en glissement annuel au quatrième trimestre, car les analystes revoient leurs estimations à la baisse. Notre stratège en matière d'actions, Peter Garnry, a également rédigé de nombreuses notes sur les actions, suggérant que les bénéfices et les marges des entreprises risquent de subir des pressions cette année, car le pouvoir de fixation des prix diminue et les coûts (en particulier les salaires) restent élevés.

Implications en matière d'investissement

Nous pensons que les résultats décevants alimenteront davantage les craintes d'un ralentissement économique. Mais les craintes de récession mondiale ont été mises en veilleuse pour l'instant, car l'Europe résiste mieux à la crise énergétique et l'économie chinoise rebondit rapidement. Pour l'instant, les craintes d'inflation restent un peu plus prononcées, mais si les craintes de récession prennent pied, cela pourrait conduire les investisseurs vers des valeurs refuges telles que les obligations. Si les prix du marché pour la croissance économique se détériorent davantage, les estimations de bénéfices pourraient subir de nouveaux dommages et les actions de croissance pourraient être encore plus touchées. Cela réaffirme l'importance d'un portefeuille diversifié et équilibré, malgré les résultats désastreux d'un portefeuille 60/40 l'année dernière. Nous pensons également que les actions asiatiques ont le potentiel de surperformer les actions américaines en 2023, comme le montre cette vidéo (vidéo en anglais), et offrent des niveaux de valorisation attractifs à considérer.

Prêt à commencer?

L'ouverture d'un compte peut se faire entièrement en ligne en trois étapes simples.

Investir comporte des risques, la valeur de votre mise peut baisser.

Cet article ne constitue ni un conseil d’investissement ni une invitation à effectuer certains placements dans le chef de Saxo Bank. La rémunération de l'auteur de cet article n'est pas (ne sera pas) directement ou indirectement liée à ses recommandations ou opinions spécifiques. Bien que Saxo Bank apporte le plus grand soin à la compilation et à la mise à jour de ces pages, et utilise des sources considérées comme fiables, Saxo Bank ne peut garantir l'exactitude, l'exhaustivité et l'actualité des informations fournies. Avant d’effectuer un investissement, Saxo Bank contrôle si celui-ci vous convient sur la base de ce qu’elle sait de vos connaissances et de votre expérience relatives au produit de placement concerné. Saxo Bank vous avertira toujours s’il s’avère que vous ne disposez pas de connaissances et d’une expérience suffisantes ou si Saxo Bank n’a pas pu les évaluer. Saxo Bank est un nom commercial de BinckBank S.A.. Investir comporte des risques. La valeur de votre investissement peut diminuer. Pour en savoir plus sur les risques spécifiques aux produits, consultez les pages consacrées aux produits.

Saxo Bank
Succursale belge,
Italiëlei 124, boîte 101,
2000 Anvers
Belgique

En Belgique, Saxo Bank est le nom commercial de BinckBank N.V., une banque néerlandaise qui fait partie du groupe Saxo Bank.

Contacter Saxo Bank

Select region

Belgique
Belgique