Aperçu des principaux résultats des entreprises Aperçu des principaux résultats des entreprises Aperçu des principaux résultats des entreprises

Aperçu des principaux résultats des entreprises

Actions 10 minutes de lecture
PG
Peter Garnry

Responsable Stratégie Investissement

Relevé:  Les résultats et les perspectives d'Apple, Alphabet et Amazon n'ont pas été impressionnants. Pour Apple, c'était la faiblesse des activités liées à l'iPhone et pour Google, le cloud et la publicité, tandis qu'Amazon n'a pas pu échapper au ralentissement économique général. Dans cet article, lisez tout sur les résultats des entreprises au quatrième trimestre, le ralentissement du secteur du cloud et les résultats à surveiller cette semaine.


Résultats décevants d'Apple, Alphabet et Amazon

Les trois géants technologiques Apple, Alphabet et Amazon n'ont pas réussi à tenir le monentum des actions technologiques, car ils ont tous déçu par rapport aux attentes. Les ventes et les bénéfices décevants d'Apple s'expliquent par des ventes plus faibles que prévu dans le secteur de l'iPhone, ce qui, selon la société, est principalement dû à des problèmes de chaîne d'approvisionnement. Le revers de la médaille est que la demande d'électronique grand public s'affaiblit en raison des pressions inflationnistes. Les résultats d'Alphabet pour son activité publicitaire ont également déçu et les coûts sont restés un problème majeur pour le groupe technologique. Amazon a réalisé un chiffre d'affaires et un bénéfice au quatrième trimestre, mais a manqué les estimations concernant ses perspectives pour le premier trimestre, en raison de la perte de vitesse de ses activités en ligne et dans le domaine du cloud computing.

Les contrats à terme sur le Nasdaq 100 ont reculé par rapport à leur sommet du jour. Ainsi, avec l'annonce des résultats des entreprises des principaux géants, une partie importante du marché américain a communiqué ses résultats d'entreprise et nous pouvons tirer quelques conclusions préliminaires sur les résultats d'entreprise du quatrième trimestre. Les grands gagnants jusqu'à présent sont les actions européennes, dont les bénéfices ont augmenté de 4,8 % en glissement trimestriel. Avec cela, ils surpassent désormais le S&P 500 en termes de croissance des bénéfices depuis le troisième trimestre 2019. Les actions européennes se rapprochent ainsi du Nasdaq 100. Les bénéfices sont en baisse de 3,3 % en glissement trimestriel pour le S&P 500 et en hausse de 1,7 % en glissement trimestriel pour le Nasdaq 100, ce qui suggère que le marché boursier américain au sens large renonce un peu à la croissance des bénéfices du troisième trimestre, tandis que le secteur technologique se stabilise. Les bénéfices chinois sont en baisse de 7,6 % sur un an et se sont considérablement détériorés depuis 2021, chutant de plus de 20 % depuis les trimestres précédant la pandémie.

Nasdaq 100 futures | Source: Saxo

L'ère de la forte croissance du cloud est-elle terminée ?

L'un des éléments qui ont déçu tant Alphabet qu'Amazon, et plus récemment Microsoft, sont les résultats décevants de l'activité cloud, qui connaît un ralentissement important de sa croissance. Au quatrième trimestre 2016, l'activité cloud de Google, Amazon et Microsoft représentait encore 38 milliards de dollars au total et a connu une croissance importante pour atteindre 188 milliards de dollars au quatrième trimestre 2022. Il n'est pas étonnant que les investisseurs aient parié sur ces trois entreprises. Le cloud a fait son entrée dans le monde des affaires. Les arguments de vente étaient les suivants :

  • Infrastructure technologique facile à mettre en œuvre
  • Scalabilité
  • Up-time et sécurité informatique toujours excellents
Récemment, cependant, plusieurs entreprises ont commencé à se plaindre du coût de l'informatique en cloud et du manque de transparence de la structure des coûts pour l'utilisation des diverses applications d'apprentissage automatique au-dessus de l'infrastructure en cloud (puissance de calcul ou puissance informatique).

Le ralentissement général des dépenses technologiques des entreprises est désormais évident dans les activités de cloud computing de Google, Amazon et Microsoft. La croissance des revenus a encore bénéficié d'une bonne dynamique pendant la pandémie, atteignant un pic de 34 % en glissement annuel au troisième trimestre de 2021. Cette croissance a depuis ralenti à 18,8 % en glissement annuel au quatrième trimestre 2022, en route vers la plus faible croissance annuelle depuis le premier trimestre 2017. C'est à se demander si la croissance explosive de l'informatique en cloud n'est pas en train de s'achever, retirant un moteur de croissance à ces grandes entreprises technologiques. La marge d'exploitation a également diminué de manière constante en raison de l'augmentation des coûts d'exploitation de l'électricité, entre autres, qui est devenue plus chère en raison de la crise énergétique. Alors qu'Amazon et Microsoft ont tous deux des activités cloud très rentables, l'activité cloud de Google a perdu 480 millions de dollars au quatrième trimestre 2022, une amélioration par rapport à sa perte d'exploitation de 1,7 milliard de dollars au premier trimestre 2020. La raison en est probablement que Google subventionne l'activité cloud à partir de son activité publicitaire afin de maintenir des prix bas et de gagner des parts de marché, puisque Google est de loin la plus petite activité cloud des trois.

Principaux résultats des entreprises en semaine 6 : Walt Disney, Siemens et Toyota

Un certain nombre d'autres résultats d'entreprises importants sont attendus pour le quatrième trimestre : 243 sociétés de l'indice S&P 500 ont annoncé leurs bénéfices. La semaine 6 de 2023 offre aux investisseurs de nombreuses informations à méditer. La liste ci-dessous donne les résultats absolument clés à surveiller, dont ces 3 importants : Walt Disney, Siemens et Toyota.

Le géant du divertissement Disney devrait annoncer une croissance de ses revenus de 7 % en glissement annuel et un bénéfice par action de 0,76 $, en hausse de 21 % en glissement annuel. Une grande partie de l'attention sera portée sur Nelson Peltz, l'investisseur activiste qui est entré dans la société, avec sa pression pour une plus grande rentabilité du streaming et un changement possible du portefeuille d'actifs de Disney. Siemens, l'une des plus grandes entreprises industrielles d'Europe, devrait afficher une croissance de 11 % de son chiffre d'affaires en glissement annuel et un bénéfice d'exploitation inchangé par rapport à l'année précédente, la pression sur les coûts restant un défi majeur pour Siemens. Au trimestre dernier, le carnet de commandes et le nombre de nouvelles commandes semblaient sains. La question est de savoir si cela se poursuivra dans les perspectives de 2023. Toyota devrait annoncer une croissance des ventes de 19 % en glissement annuel, la demande de voitures ayant repris. Ce qui est vraiment intéressant pour Toyota, c'est d'obtenir plus de détails sur la démarche agressive du nouveau PDG visant à proposer beaucoup plus de véhicules entièrement électriques au lieu de véhicules hybrides. Toyota a récemment déclaré qu'elle avait commis des erreurs dans le déploiement de sa technologie et qu'elle souhaitait investir massivement dans les VE à batterie.

  • Lundi: Activision Blizzard, IDEXX Laboratories
  • Mardi: Carlsberg, BNP Paribas, Siemens Energy, SoftBank Group, Nintendo, BP, Linde, Vertex Pharmaceuticals, KKR & Co, Fortinet, DuPont, Illumina, Enphase Energy
  • Mercredi: A.P. Moller – Maersk, Vestas Wind Systems, TotalEnergies, Societe Generale, Deutsche Boerse, Adyen, Equinor, Yara International, Walt Disney, CVS Health, Uber Technologies
  • Jeudi: KBC Group, Brookfield, Thomson Reuters, L’Oreal, Vinci, Credit Agricole, Siemens, Toyota Motor, NTT, Honda Motor, AstraZeneca, Unilever, British American Tobacco, ArcelorMittal, DNB Bank, Volvo Car, Zurich Insurance Group, Credit Suisse, AbbVie, PepsiCo, Philip Morris, PayPal, Cloudflare
  • Vendredi: Enbridge, Constellation Software

Prêt à commencer?

L'ouverture d'un compte peut se faire entièrement en ligne en trois étapes simples.

Investir comporte des risques, la valeur de votre mise peut baisser.

Cet article ne constitue ni un conseil d’investissement ni une invitation à effectuer certains placements dans le chef de Saxo Bank. La rémunération de l'auteur de cet article n'est pas (ne sera pas) directement ou indirectement liée à ses recommandations ou opinions spécifiques. Bien que Saxo Bank apporte le plus grand soin à la compilation et à la mise à jour de ces pages, et utilise des sources considérées comme fiables, Saxo Bank ne peut garantir l'exactitude, l'exhaustivité et l'actualité des informations fournies. Avant d’effectuer un investissement, Saxo Bank contrôle si celui-ci vous convient sur la base de ce qu’elle sait de vos connaissances et de votre expérience relatives au produit de placement concerné. Saxo Bank vous avertira toujours s’il s’avère que vous ne disposez pas de connaissances et d’une expérience suffisantes ou si Saxo Bank n’a pas pu les évaluer. Saxo Bank est un nom commercial de BinckBank S.A.. Investir comporte des risques. La valeur de votre investissement peut diminuer. Pour en savoir plus sur les risques spécifiques aux produits, consultez les pages consacrées aux produits.

Saxo Belgique
Italiëlei 124, boîte 101,
2000 Anvers
Belgique

Saxo Belgique, sous le nom de Saxo, est la succursale belge de Saxo Bank A/S. Principalement contrôlée par la DFSA. Enregistrée en Belgique auprès de la BNB et contrôlée par la FSMA et la BNB.

Contacter Saxo

Select region

Belgique
Belgique