Le choc de la dépréciation d'Orsted ; UBS espère l'efficacité Le choc de la dépréciation d'Orsted ; UBS espère l'efficacité Le choc de la dépréciation d'Orsted ; UBS espère l'efficacité

Le choc de la dépréciation d'Orsted ; UBS espère l'efficacité

Actions 5 minutes de lecture
PG
Peter Garnry

Responsable Stratégie Investissement

Relevé:  Les actions d'Orsted sont en baisse de 22% après que le développeur de projets éoliens offshore et de services publics a annoncé une charge de dépréciation de 2,3 milliards USD, liée à l'augmentation des coûts de construction des parcs éoliens offshore, aux retards des fournisseurs, à l'absence de progrès sur les allègements fiscaux américains supplémentaires et à la hausse des taux d'intérêt. UBS publiera ses résultats du deuxième trimestre de l'exercice 23 demain matin. Il s'agira de son premier résultat combiné depuis l'acquisition forcée du Credit Suisse en mars. Bien que certains analystes soient sceptiques quant à la nouvelle UBS, les investisseurs semblent optimistes quant à ses perspectives et s'attendent à ce qu'UBS réalise des économies de coûts et gagne un avantage concurrentiel dans la gestion de fortune mondiale.


Points clés de cette note sur les actions :

  • Orsted a annoncé des dépréciations de 2,3 milliards de dollars en raison de l'augmentation des coûts des projets d'éoliennes offshore et des retards de livraison, de l'absence de progrès sur les crédits d'impôt américains supplémentaires et, enfin, de la hausse des taux d'intérêt. Les actions ont chuté de 22 %, ce qui porte à 68 % la baisse enregistrée depuis le début de l'année 2021.
  • Orsted a un modèle d'entreprise complexe et les investisseurs sont arrivés à la même conclusion parce qu'ils ne comprennent pas pleinement les facteurs de risque de l'entreprise.
  • UBS publiera demain matin ses résultats pour le deuxième trimestre de l'exercice 23, les premiers résultats de l'entreprise combinée depuis l'acquisition forcée de Credit Suisse en mars. Les investisseurs sont tellement enthousiasmés par ces perspectives que l'action a progressé de 33 % cette année.

Les actions d'Orsted plongent de 22 % en raison d'une charge de dépréciation de 2,3 milliards de dollars

Orsted, qui était autrefois l'enfant miracle de la transformation verte en Europe, a chuté de 60 % vendredi dernier par rapport à son niveau record de début 2021, lorsque la bulle technologique a atteint son apogée. Comme la douleur des actionnaires ne suffisait pas, l'entreprise énergétique danoise et développeur de projets éoliens offshore a annoncé ce matin une dépréciation de 2,3 milliards de dollars, due à trois facteurs : 1) des retards dans la livraison de projets éoliens offshore aux États-Unis, 2) des taux d'intérêt élevés réduisant la valeur des parcs éoliens offshore, et 3) des crédits d'impôt supplémentaires aux États-Unis pour compenser des coûts de construction plus élevés qui ne progressent pas comme prévu. Les actions ont chuté de 22 % à la suite de cette nouvelle, ce qui porte la baisse à 68 %.

Si nombre de ces problèmes étaient connus, la sensibilité des actionnaires à ces facteurs l'était moins, ce qui nous ramène à la complexité d'Orsted et à l'absence de divulgation adéquate des principaux facteurs de risque. Nous avons souligné la complexité opérationnelle d'Orsted au début du mois, en faisant valoir que l'évaluation était trop élevée compte tenu des divers vents contraires pour la transformation verte et les projets d'éoliennes offshore en particulier.

Plusieurs analystes ont déjà déclaré que ces dépréciations n'affectaient pas l'EBITDA. C'est vrai, mais les actions sont évaluées sur la base de l'EBITA et la hausse des coûts des projets et l'inflation en général exerceront une pression sur l'EBITA au fil du temps. La marge d'EBITA d'Orsted de 14,9 % pour l'exercice 22 a été la plus faible depuis plus de cinq ans. Les investisseurs sont susceptibles de craindre que ces dépréciations ne reflètent des marges à long terme plus faibles dans l'entreprise.

Orsted share price | Source: Saxo

L'acquisition forcée du Crédit Suisse par UBS pourrait-elle être le jackpot de la décennie ?

UBS publie les résultats du premier trimestre du groupe combiné après l'acquisition forcée de son rival suisse Credit Suisse en mars, qui a été finalisée le 12 juin. Le nouveau directeur général, Sergio Ermotti, a pour mission d'intégrer rapidement le Credit Suisse dans le groupe et de récolter les synergies attendues de la fusion, notamment en vendant certains actifs du Credit Suisse et en fermant des activités non essentielles.

Les analystes prévoient un chiffre d'affaires net de 8,5 milliards de dollars, en baisse de 9 % par rapport à l'année précédente, et un bénéfice net ajusté de 1,32 milliard de dollars, en baisse de 29 % par rapport à l'année précédente. Les investisseurs parient sur le fait qu'Ermotti fournira plus de détails sur la vision de la nouvelle banque suisse et que les objectifs de rentabilité dépasseront ceux des analystes. Le bénéfice net estimé pour l'exercice 25 n'est que de 8,4 milliards de dollars, ce qui correspond plus ou moins aux résultats de l'exercice 21 et semble trop prudent compte tenu de la réputation d'Ermotti, mais aussi du potentiel de réduction des coûts dans les nouvelles opérations combinées. Les investisseurs semblent s'accorder sur le fait qu'ils veulent faire partie de ce qui pourrait devenir une puissance dans le domaine de la gestion de patrimoine à l'échelle mondiale. Il s'agit d'une activité prévisible à marge élevée, qui a fait grimper les actions d'UBS de 33 % cette année et de 15 % depuis le 10 août, date à laquelle UBS a mis fin à la protection suisse contre les pertes, ce que les investisseurs considèrent comme un signe de solidité et d'amélioration des perspectives.

UBS est actuellement valorisée à environ 0,9 fois sa valeur d'actif corporel net attendue pour l'exercice 2013, ce qui est proche de sa moyenne à long terme se terminant en décembre 2022. Avec des taux d'intérêt plus élevés, des avantages stratégiques dans la gestion d'actifs après la fusion et des économies potentielles, nous pensons que les investisseurs pourraient être prêts à payer une prime sur la valeur comptable tangible au fil du temps, mais tout dépend de l'exécution des coûts par Ermotti et l'équipe de direction. Si UBS réalise bien cette fusion, cela pourrait être le jackpot de la décennie pour les actionnaires d'UBS. La première étape de ce long voyage sera la publication, demain, des résultats du deuxième trimestre de 2023.

UBS share price | Source: Saxo

Prêt à commencer?

L'ouverture d'un compte peut se faire entièrement en ligne en trois étapes simples.

Investir comporte des risques, la valeur de votre mise peut baisser.

Cet article ne constitue ni un conseil d’investissement ni une invitation à effectuer certains placements dans le chef de Saxo Bank. La rémunération de l'auteur de cet article n'est pas (ne sera pas) directement ou indirectement liée à ses recommandations ou opinions spécifiques. Bien que Saxo Bank apporte le plus grand soin à la compilation et à la mise à jour de ces pages, et utilise des sources considérées comme fiables, Saxo Bank ne peut garantir l'exactitude, l'exhaustivité et l'actualité des informations fournies. Avant d’effectuer un investissement, Saxo Bank contrôle si celui-ci vous convient sur la base de ce qu’elle sait de vos connaissances et de votre expérience relatives au produit de placement concerné. Saxo Bank vous avertira toujours s’il s’avère que vous ne disposez pas de connaissances et d’une expérience suffisantes ou si Saxo Bank n’a pas pu les évaluer. Saxo Bank est un nom commercial de BinckBank S.A.. Investir comporte des risques. La valeur de votre investissement peut diminuer. Pour en savoir plus sur les risques spécifiques aux produits, consultez les pages consacrées aux produits.

Saxo Belgique
Italiëlei 124, boîte 101,
2000 Anvers
Belgique

Saxo Belgique, sous le nom de Saxo, est la succursale belge de Saxo Bank A/S. Principalement contrôlée par la DFSA. Enregistrée en Belgique auprès de la BNB et contrôlée par la FSMA et la BNB.

Contacter Saxo

Select region

Belgique
Belgique