Une phase de transition douloureuse Une phase de transition douloureuse Une phase de transition douloureuse

Une phase de transition douloureuse

Peter Garnry

Responsable de la Stratégie Actions

Résumé:  Alors que le monde devient de plus en plus bipolaire, les marchés boursiers doivent faire face à des moments difficiles pour s'adapter à la nouvelle réalité.


S'aventurer dans l'obscurité

Le livre Adaptive Market d'Andrew Lo, paru en 2017, est une thèse convaincante contre l'hypothèse dominante du marché efficient, car il emprunte des concepts clés à la biologie pour expliquer des choses que nous observons sur les marchés financiers et plus généralement dans notre système économique. Dans la nature, certaines espèces sont plus adaptables à un environnement donné et auront donc un taux de survie plus élevé, gagneront plus de ressources et se reproduiront donc avec plus de succès. Ces animaux ont une meilleure aptitude, mais parfois, à la suite d'une mutation aléatoire ou de changements externes dans l'environnement, d'autres espèces deviennent plus performantes. Les transitions de phase dans l'environnement peuvent être brutales et en dehors des causalités bien comprises en physique, comme lorsque l'eau se transforme en glace ou en vapeur, et nos sociétés humaines chaotiques deviennent extrêmement imprévisibles.

À l'ère de la mondialisation (1980-2020), il semble que les entreprises multinationales aient été les plus aptes. À la fin de l'ère des technologies de l'information, les sociétés de logiciels étaient les plus aptes, car elles avaient moins de contraintes dans le monde physique. La mondialisation, combinée au gaz bon marché en provenance de Russie, a rendu l'Allemagne particulièrement apte. Les faibles taux d'intérêt ont rendu le capital-risque, les sociétés de capital-investissement et l'immobilier très adaptés. En 2022, les modèles et les agents les plus aptes de notre économie sont tombés dans l'obscurité parce que le monde est entré dans une phase de transition, la mondialisation telle que nous l'avons connue depuis 1980 ayant pris fin. Ce qui se trouve de l'autre côté de cette phase de transition est difficile à prévoir, mais notre idée de travail est que ce qui était adapté pendant la mondialisation le sera moins dans un monde dirigé par la géopolitique et l'évolution vers un monde bipolaire dirigé par deux systèmes de valeurs différents. En d'autres termes, tous les modèles qui ont très bien fonctionné ne fonctionneront pas bien à l'avenir. Les perspectives des actions portent sur ces modèles brisés, les cinq implications les plus importantes étant les suivantes :

  • Une inflation structurelle plus élevée car la "guerre géopolitique" est inflationniste.
  • Baisse des marges des entreprises, car la main-d'œuvre se défend et les impôts vont augmenter dans le cadre de la nouvelle domination fiscale sur la politique monétaire.
  • Les actifs physiques seront plus performants que les actifs financiers et immatériels
  • L'autosuffisance entraînera l'optimisation de chaînes d'approvisionnement robustes, créant des gagnants et des perdants sur les marchés émergents
  • La baisse des taux de croissance réels et l'augmentation de l'incertitude macroéconomique

Le monde physique revient en force

La digitalisation avait déjà commencé au début des années 1990, avec le démarrage d'Amazon en 1994 comme l'un des premiers événements clés, mais ce n'est qu'après la grande crise financière que la numérisation a commencé à dominer les marchés des actions. Avec d'autres entreprises dominées par les droits de propriété intellectuelle et les actifs incorporels tels que les effets de réseau, les marques et les brevets, etc., ces entreprises axées sur l'immatériel ont largement surpassé les entreprises basées sur des actifs tangibles tels que les machines, les valeurs de garantie et les bâtiments. Le boom du monde immatériel a commencé vers avril 2008 et a duré jusqu'en octobre 2020, le mois précédant l'annonce des vaccins ARNm contre le Covid-19. Ces vaccins ont tout changé.

Ils ont rendu possible une réouverture plus rapide que prévu. Ils ont entraîné une compression temporelle des mesures de relance budgétaire et monétaire destinées à protéger la société contre le scénario de base selon lequel il faudrait environ quatre ans pour obtenir un vaccin. Cette réouverture plus rapide que prévu s'est répercutée sur l'économie mondiale, provoquant des goulets d'étranglement dans le monde physique, car les gens avaient massivement augmenté leur richesse et leurs revenus, qui pouvaient enfin être dépensés en dehors du monde numérique. Ce déchaînement de la demande dans le monde physique était comparable à la relance de l'après-guerre, lorsque l'Europe a été reconstruite et que l'inflation a naturellement démarré. Les matières premières se sont fortement redressées, entrant dans ce qui pourrait être, à la fin de cette décennie, un super cycle des matières premières. Les industries axées sur le matériel sont maintenant dans leur troisième année de surperformance par rapport au monde immatériel. Selon nous, cette tendance ne fait que commencer.

Source : Bloomberg et Saxo Bank

Deux parties du monde physique se sont bien comportées l'année dernière. Les entreprises du secteur des matières premières (agriculture, énergie et mines) et l'industrie de la défense ont été parmi les seules tendances positives l'an dernier. Ces deux thèmes semblent mieux adaptés que les entreprises numériques à un monde en "guerre" pour des systèmes de valeurs différents. Là où les États-Unis et l'Europe sont engagés dans une course contre la montre pour investir dans la sécurité de l'approvisionnement en matières premières, les infrastructures et la défense, pour modifier les chaînes d'approvisionnement mondiales. Egalement, par-dessus tout, pour assurer la transition de leurs économies vers des sources d'énergie non fossiles. L'essor des entreprises axées sur l'immatériel, qui offrent des rendements exceptionnels aux investisseurs, a réduit le capital disponible pour le monde physique. Ce phénomène préparait déjà le terrain pour la transition de phase que nous connaissons déjà, mais la pandémie et la guerre qui a suivi en Ukraine ont accéléré le changement.

Source : Bloomberg et Saxo Bank

Dans le cadre de notre opinion positive sur les matières premières, nous sommes très optimistes quant aux mines de cuivre et de lithium en raison de la transformation verte et de l'énorme capital politique investi dans la réalisation de cette transition. Beaucoup affirment que les matières premières ont déjà beaucoup augmenté et que le rapport risque-récompense est donc mauvais. Si nous sommes dans un super cycle de dix ans, les matières premières en auront encore pour huit ans et, lors des précédents super cycles, les prix au comptant des matières premières ont augmenté de 20 % par an. Le nouvel environnement géopolitique va donner un coup de fouet à l'industrie européenne de la défense, qui devrait connaître des taux de croissance à deux chiffres, proches de 20 % par an, au cours du prochain cycle économique, le continent européen doublant ses dépenses militaires en pourcentage du PIB.

Il y a toujours des exceptions à la règle. Avec une " guerre " qui fait rage dans le domaine des puces informatiques en raison de la loi américaine CHIPS adoptée en 2022, nous nous attendons à un boom massif des investissements. Également, une possible croissance et des incitations fiscales qui contribueront à stimuler les bénéfices des entreprises américaines et européennes de semi-conducteurs au cours de la prochaine décennie. Si les semi-conducteurs sont, dans une certaine mesure, très présents dans le monde physique, la valorisation des actions de semi-conducteurs suggère qu'ils sont portés par de solides actifs incorporels tels que les brevets.

Dans un monde marqué par des bouleversements géopolitiques et où la "guerre" se joue dans de nombreuses autres dimensions que la bonne vieille guerre cinétique, les systèmes numériques sont vulnérables aux attaques. Les entreprises et les gouvernements vont donc consacrer d'énormes ressources à la protection des actifs numériques, ce qui ouvrira un long chemin de croissance aux entreprises de cybersécurité.

États-Unis contre Europe, marchés émergents et méga-capitalisations ?

Le secteur technologique américain, mesuré par l'indice Nasdaq Composite, a surperformé tous les autres secteurs grâce à la combinaison de la force du secteur technologique dans la phase tardive de la mondialisation et des taux d'intérêt bas. Cela a conduit à un alpha significatif des actions américaines par rapport aux actions européennes, ces dernières étant restées dans la boue après la crise de l'euro. L'Europe a fondamentalement perdu sa position dominante dans le monde numérique au profit des États-Unis. Avec la démondialisation qui s'accélère, la guerre en Ukraine qui amplifie la crise énergétique et un monde qui a besoin d'actifs physiques, l'Europe aura tout à gagner de ce changement. Les marchés d'actions européens comptent beaucoup plus d'entreprises qui prospéreront dans ce nouvel environnement : dans les technologies de l'énergie verte, l'exploitation minière, l'automatisation, la robotique et les composants industriels avancés notamment. L'Europe sera également contrainte de creuser des déficits plus importants. L’Allemagne y compris, pays conservateur sur le plan fiscal. Cela est dû à l'augmentation des dépenses d'infrastructure et militaires, ce qui pourrait stimuler considérablement la croissance au cours de cette décennie. Si l'on examine la performance du marché des actions en termes de rendement total en USD, les actions européennes ont en fait surperformé les actions américaines de 1969 à 2008, avec plusieurs cycles plus longs au cours de cette période. Mais de la mi-2008 à octobre 2022, les actions américaines ont massivement surperformé les actions européennes, en raison de l'essor des industries immatérielles tirées par la digitalisation que les États-Unis ont gagnée. Alors que les industries axées sur le matériel ont commencé à surperformer les industries axées sur l'immatériel, les actions européennes sont restées à la traîne jusqu'à récemment. Si le nouvel environnement géopolitique se déroule comme nous le prévoyons, les actions européennes feront un retour en force. L'USD étant historiquement fort par rapport à l'EUR, il y a un vent arrière important du côté des devises si l'USD s'affaiblit à partir de maintenant en raison d'une inflation structurellement plus élevée qu'en Europe. En ce qui concerne la valorisation des actions, l'Europe est avantagée par un ratio C/B à 12 mois de 11,9 contre 17,7 pour les actions américaines. Cette décote ne peut être ignorée par les investisseurs et, à mesure que l'Europe règle ses problèmes d'approvisionnement en énergie et que la guerre en Ukraine prend fin, les flux d'investisseurs suivront. Enfin, la Chine rouvrant son économie et menant une expansion budgétaire de type 2008, l'Europe, premier partenaire commercial de la Chine, en profitera. Les actions européennes peuvent être considérées comme un bon moyen indirect d'être long sur la Chine et son expansion fiscale.

Source : Bloomberg et Saxo Bank

Au niveau national, les pays exportateurs comme l'Allemagne, la Corée du Sud, Taiwan et surtout la Chine ont été les plus forts. Ce ne sera probablement pas le cas dans le nouvel environnement géopolitique. L'Inde, le Vietnam et l'Indonésie semblent être les gagnants en Asie. Plus près de l'Europe centrale, l'Europe de l'Est et certains pays d'Afrique du Nord pourraient bénéficier de la délocalisation de la production, tandis que les pays situés au sud du Sahara connaîtront un boom des investissements en raison de la soif d'énergie et de matériaux de l'Europe, la Russie étant exclue de l'équation. Plus près des États-Unis, le Mexique bénéficiera de l'industrie manufacturière et les pays d'Amérique du Sud profiteront du super cycle des matières premières.

La démondialisation et les politiques d'auto-préservation rendront également la vie plus difficile aux mégacapitalisations. Leur valeur marchande combinée a atteint un sommet au plus fort de la pandémie, établissant un nouveau record de concentration de la valeur marchande jamais vu depuis les années 1970. Cette tendance va s'inverser et le nouveau régime ne favorisera donc pas les méga-capitalisations et les entreprises ayant une large empreinte géographique. Il préfèrera les petites entreprises à orientation nationale opérant dans des industries de niche et contribuant à la construction du monde physique.

Source : Bloomberg et Saxo Bank

La qualité et les marges élevées sont moins sensibles à l'inflation des salaires

Les dix dernières années resteront dans les mémoires pour l'extraordinaire politique monétaire menée dans le sillage de la grande crise financière et de la crise de l'euro deux ans plus tard. La réduction du coût du capital a sans doute abaissé le seuil de rentabilité du capital investi (ROIC) et l'environnement de taux d'intérêt bas a réduit le coût pour les entreprises fortement endettées. Les faibles taux d'intérêt ont également engendré une énorme prise de risque et une distorsion de la valeur temporelle, particulièrement évidente dans le secteur du capital-risque, dans lequel un nouveau modèle s'est joliment fondu avec la numérisation et les effets de réseau. Le financement d'entreprises déficitaires pour assurer une position de leader sur le marché n'était plus problématique car les taux d'intérêt bas ont ouvert les vannes des capitaux affluant dans des projets à risque très élevé.

Cette dynamique a donné naissance à une vaste forêt de start-ups technologiques et a donné un coup de fouet au secteur de la biotechnologie, qui était en hibernation depuis la bulle Internet. Uber en est l'un des exemples les plus emblématiques, avec 32 tours de table d'une valeur d'environ 25 milliards de dollars, selon TechCrunch, au cours des 13 années qui ont suivi sa création. Uber a toujours un ROIC négatif malgré un chiffre d'affaires de 29 milliards de dollars. WeWork, ainsi que l'ensemble du portefeuille de start-ups technologiques financées par SoftBank est un autre exemple de cette époque. Dans le régime actuel d'inflation et de taux d'intérêt, ce modèle est brisé. Les entreprises les plus aptes à faire face à des taux d'intérêt plus élevés, à une réinitialisation des salaires et à une inflation élevée sont celles qui ont un ROIC élevé ou une marge d'exploitation élevée, combinés à des valorisations d'actions moins excessives. Les entreprises les moins adaptées sont celles qui ont une faible marge, un fort endettement et qui ne sont pas rentables.

Avertissement sur la responsabilité de Saxo

Toutes les entités du Groupe Saxo Banque proposent un service d’exécution et un accès à l’analyse permettant de visualiser et/ou d’utiliser le contenu disponible sur ou via le site Internet. Ce contenu n’a pas pour but de modifier ou d’étendre le service réservé à l’exécution et n’est pas destiné à le faire. Cet accès et cette utilisation seront toujours soumis (i) aux conditions générales d’utilisation ; (ii) à la clause de non-responsabilité ; (iii) à l’avertissement sur les risques ; (iv) aux règles d’engagement et (v) aux avis s’appliquant aux actualités et recherches de Saxo et/ou leur contenu, en plus (le cas échéant) des conditions régissant l’utilisation des liens hypertextes sur le site Internet d’un membre du Groupe Saxo Banque via lequel l’accès aux actualités et recherches de Saxo est obtenu. Ce contenu n’est donc fourni qu’à titre informatif. Plus particulièrement, aucun conseil n’entend être donné ou suivi tel qu’il est donné ni soutenu par une entité du Groupe Saxo Banque. De même, aucun conseil ne doit être interprété comme une sollicitation ou un encouragement visant à s’abonner à, vendre ou acheter des instruments financiers. Toutes les opérations boursières ou les investissements que vous effectuez doivent être le fruit de vos décisions spontanées, éclairées et personnelles. De ce fait, aucune entité du Groupe Saxo Banque ne pourra être tenue responsable de vos éventuelles pertes suite à une décision d’investissement prise en fonction des informations disponibles dans les actualités et recherches de Saxo ou suite à l’utilisation des actualités et recherches de Saxo. Les ordres donnés et les opérations boursières effectuées sont considérés comme donnés ou effectués pour le compte du client avec l’entité du Groupe Saxo Banque opérant dans la juridiction de résidence du client et/ou chez qui le client a ouvert et alimenté son compte de transactions. Les actualités et recherches de Saxo ne contiennent pas (et ne doivent pas être interprétées comme contenant) de conseils en matière de finance, d’investissement, d’impôts, de transactions ou de quelque autre nature proposés, recommandés ou soutenus par le Groupe Saxo Banque. Elles ne doivent pas non plus être interprétées comme un registre de nos tarifs d’opérations boursières ou comme une offre, incitation ou sollicitation d’abonnement, de vente ou d’achat du moindre instrument financier. Dans la mesure où tout contenu est interprété comme une recherche d’investissement, vous devez noter et accepter que le contenu ne visait pas et n’a pas été préparé conformément aux exigences légales destinées à promouvoir l’indépendance de la recherche d’investissement et, en tant que tel, serait considéré comme une communication marketing en vertu des lois concernées.

Veuillez lire nos clauses de non-responsabilité :
Notification sur la recherche en investissement non-indépendant (https://www.home.saxo/legal/niird/notification)
Clause de non-responsabilité complète (https://www.home.saxo/legal/disclaimer/saxo-disclaimer)
Clause de non-responsabilité complète (https://www.home.saxo/legal/saxoselect-disclaimer/disclaimer)

Saxo Bank (Suisse) SA
The Circle 38
CH-8058
Zürich-Flughafen
Suisse

Nous contacter

Select region

Suisse
Suisse

Le négoce d’instruments financiers comporte des risques. Les pertes peuvent dépasser les dépôts sur les produits de marge. Vous devez comprendre comment fonctionnent nos produits et quels types de risques ils comportent. De plus, vous devez savoir si vous pouvez vous permettre de prendre un risque élevé de perdre votre argent. Pour vous aider à comprendre les risques impliqués, nous avons compilé une divulgation des risques  et un ensemble de documents d'informations clés (KID) qui décrivent les risques et opportunités associés à chaque produit. Les KID sont accessibles sur la plateforme de trading. Veuillez noter que le prospectus complet est disponible gratuitement auprès de Saxo Bank (Suisse) SA ou directement de l'émetteur.

Ce site Web est accessible dans le monde entier. Cependant, les informations sur le site Web se réfèrent à Saxo Bank (Suisse) SA. Tous les clients sont directement avec Saxo Bank (Suisse) SA. Collaboration et tous les accords clients avec Saxo Bank (Suisse) SA fermé et donc soumis au droit suisse.

Le contenu de ce site Web constitue du matériel de marketing et n'a été signalé ou transmis à aucune autorité réglementaire.

Si vous contactez Saxo Bank (Suisse) SA ou visitez ce site Web, vous reconnaissez et acceptez que toutes les données que vous transmettez, recueillez ou enregistrez via ce site Web, par téléphone ou par tout autre moyen de communication (par ex. e-mail), à Saxo Bank (Suisse) SA peuvent être transmises à d'autres sociétés ou tiers du groupe Saxo Bank en Suisse et à l'étranger et peuvent être enregistrées ou autrement traitées par eux ou Saxo Bank (Suisse) SA. Vous libérez Saxo Bank (Suisse) SA de ses obligations au titre du secret bancaire suisse et du secret des négociants en valeurs mobilières et, dans la mesure permise par la loi, des autres lois et obligations concernant la confidentialité dans le cadre des divulgations de données du client. Saxo Bank (Suisse) SA a pris des mesures techniques et organisationnelles de pointe pour protéger desdites données contre tout traitement ou transmission non autorisé et appliquera des mesures de sécurité appropriées pour garantir une protection adéquate desdites données.

Apple, iPad et iPhone sont des marques déposées d'Apple Inc., enregistrées aux États-Unis et dans d'autres pays. App Store est une marque de service d'Apple Inc.