/ / /

Le compte est bon
Christopher Dembik

Head of Macro Analysis

Summary:  Depuis 2014, l'Union européenne (UE) a eu tout le loisir de réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Fédération de Russie. Au lieu de cela, les importations de gaz et de pétrole en provenance de Russie ont augmenté. Le conflit ukrainien devrait servir de signal d'alarme à l'UE sur la nécessité urgente de diversifier ses sources d'énergie. Cela n'arrivera pas du jour au lendemain. Mais il existe heureusement plusieurs solutions.


La situation actuelle : La Russie produit actuellement 10,1 millions de barils de pétrole par jour, dont 5 millions sont exportés à l’international sous forme de pétrole brut. L’Union européenne (UE) reçoit quasiment la moitié de cette production. Les pays de l’UE les plus vulnérables sont l’Allemagne (pour les raffineries), les Pays-Bas et la Pologne. Ils représentent 48% de toutes les exportations de pétrole brut en provenance de Russie. La Russie représente également 46,8% des importations de gaz naturel de l’UE, contre 32% en 2012. La plus grande dépendance énergétique de l’UE à l’égard de la Russie est en partie la conséquence de la transition verte mise en œuvre par l’UE ces dernières années. L’UE a activement promu les énergies renouvelables intermittentes. Or, ces dernières ne peuvent assurer un approvisionnement constant en énergie tout en militant pour la fermeture des centrales nucléaires (en Allemagne et en Belgique, par exemple). Cela a contribué à accentuer la dépendance aux importations de gaz naturel.

L’Allemagne est le pays de l’UE le plus vulnérable : 55% des importations de gaz proviennent de Russie, une hausse de 15 points par rapport à 2012. Cela représente également 26,7 % de la consommation d’énergie primaire dans le monde. Le gaz russe est transporté via trois gazoducs à destination de l’Allemagne, premier point d’entrée vers l’UE : Nord Stream 1, opérationnel depuis 2012, Yamal-Europe et Brotherhood. Hier, le chancelier allemand Olaf Scholz a suspendu l’autorisation du gazoduc Nord Stream 2, qui aurait permis à la Russie de doubler sa capacité d’exportation vers l’Allemagne, de 59 milliards de mètres cubes à environ 100 milliards de mètres cubes. C’est une décision majeure et l’occasion pour l’Allemagne de revoir sa politique à l’égard de la Russie. Plusieurs pays, à commencer par la Pologne, accentuent la pression sur l’Allemagne et exhortent Berlin à suspendre également le gazoduc Nord Stream 1. Il est peu probable que cela se produise. Pour l’Allemagne, le coût économique serait supérieur aux gains diplomatiques.

Un avertissement pour l’UE : La dépendance énergétique de l’UE vis-à-vis de la Russie ne date pas d’hier. Le problème avait été soulevé en 2014, après l’invasion de la Crimée par la Fédération russe. Mais l’UE et les États membres n’ont absolument rien fait depuis. Nous pensons que la situation en Ukraine servira d’avertissement pour l’UE. Pour réduire sa dépendance à la Russie, l’UE a le choix entre quatre options :

-          L’Allemagne et la Belgique changent leur fusil d’épaule concernant le nucléaire.

-          L’UE redouble ses efforts pour développer la production de gaz de schiste et pour favoriser les énergies renouvelables. 

-          L’UE demande aux Etats-Unis d’exporter plus de gaz naturel liquéfié (GNL) vers l’Europe. Les États-Unis exportent actuellement 400 millions de mètres cubes de GNL par jour, un record. Mais pour que cela se produise, il faudrait construire de nouvelles infrastructures de production de GNL, qui coûteraient des milliards de dollars et dont la construction prendrait plusieurs années.

-          L’UE intensifie ses efforts pour trouver des sources alternatives d’énergie, dans les pays du Golfe persique (en particulier le Qatar, premier producteur de GNL au monde), en Azerbaïdjan via le corridor gazier sud-européen (mais ce n’est pas la meilleure alternative) et en Afrique du Nord (en particulier l’Algérie, le troisième plus gros fournisseur de gaz de l’UE). À court terme, il n’y a rien à attendre de la Norvège, le deuxième plus gros fournisseur de gaz de l’UE. Le pays a atteint la limite maximale de sa capacité d’exportation.

Répercussions macroéconomiques : Le consensus économique table sur un ralentissement de l’inflation en 2022. Cela n’arrivera pas. Les prix de l’énergie devraient continuer à augmenter. Ce sera un véritable casse-tête pour les banques centrales. Jusqu’à hier, la majeure partie des problèmes auxquels étaient confrontées les banques centrales provenaient de l’impulsion inflationniste résultant de la crise entre la Russie et l’Ukraine. Il y avait un manque de volonté pour freiner les plans de resserrement. Mais c’était avant l’invasion massive de l’Ukraine.

À court terme, plusieurs banques centrales pourraient décider de différer ou de réduire les mesures de resserrement de leurs politiques monétaires. Cela dépendra de l’évolution de la situation sur le terrain. À moyen terme, nous pensons que la situation de guerre alimentera une forte poussée d’inflation, notamment une hausse des prix de l’énergie. Il y a fort à parier que le baril de pétrole se maintiendra durablement au-dessus des $100, par exemple.

Combinée à la hausse des prix dans le secteur des services, aux difficultés d’approvisionnement et à la hausse des salaires dans plusieurs pays, cela signifie que l’inflation continuera à accélérer durant la majeure partie de l’année. L’indice allemand des prix à la production a progressé de 25% en glissement annuel en janvier. Imaginez jusqu’où il pourrait se hisser en cas de forte hausse des prix de l’énergie. Ce qui nous attend, c’est un vaste choc d’inflation qui obligera toutes les banques centrales, même la Banque centrale européenne, à normaliser sa politique monétaire plus rapidement et plus brutalement que prévu.

Avertissement sur la responsabilité de Saxo

Toutes les entités du Groupe Saxo Banque proposent un service d’exécution et un accès à l’analyse permettant de visualiser et/ou d’utiliser le contenu disponible sur ou via le site Internet. Ce contenu n’a pas pour but de modifier ou d’étendre le service réservé à l’exécution et n’est pas destiné à le faire. Cet accès et cette utilisation seront toujours soumis (i) aux conditions générales d’utilisation ; (ii) à la clause de non-responsabilité ; (iii) à l’avertissement sur les risques ; (iv) aux règles d’engagement et (v) aux avis s’appliquant aux actualités et recherches de Saxo et/ou leur contenu, en plus (le cas échéant) des conditions régissant l’utilisation des liens hypertextes sur le site Internet d’un membre du Groupe Saxo Banque via lequel l’accès aux actualités et recherches de Saxo est obtenu. Ce contenu n’est donc fourni qu’à titre informatif. Plus particulièrement, aucun conseil n’entend être donné ou suivi tel qu’il est donné ni soutenu par une entité du Groupe Saxo Banque. De même, aucun conseil ne doit être interprété comme une sollicitation ou un encouragement visant à s’abonner à, vendre ou acheter des instruments financiers. Toutes les opérations boursières ou les investissements que vous effectuez doivent être le fruit de vos décisions spontanées, éclairées et personnelles. De ce fait, aucune entité du Groupe Saxo Banque ne pourra être tenue responsable de vos éventuelles pertes suite à une décision d’investissement prise en fonction des informations disponibles dans les actualités et recherches de Saxo ou suite à l’utilisation des actualités et recherches de Saxo. Les ordres donnés et les opérations boursières effectuées sont considérés comme donnés ou effectués pour le compte du client avec l’entité du Groupe Saxo Banque opérant dans la juridiction de résidence du client et/ou chez qui le client a ouvert et alimenté son compte de transactions. Les actualités et recherches de Saxo ne contiennent pas (et ne doivent pas être interprétées comme contenant) de conseils en matière de finance, d’investissement, d’impôts, de transactions ou de quelque autre nature proposés, recommandés ou soutenus par le Groupe Saxo Banque. Elles ne doivent pas non plus être interprétées comme un registre de nos tarifs d’opérations boursières ou comme une offre, incitation ou sollicitation d’abonnement, de vente ou d’achat du moindre instrument financier. Dans la mesure où tout contenu est interprété comme une recherche d’investissement, vous devez noter et accepter que le contenu ne visait pas et n’a pas été préparé conformément aux exigences légales destinées à promouvoir l’indépendance de la recherche d’investissement et, en tant que tel, serait considéré comme une communication marketing en vertu des lois concernées.

Veuillez lire nos clauses de non-responsabilité :
Notification sur la recherche en investissement non-indépendant (https://www.home.saxo/legal/niird/notification)
Clause de non-responsabilité complète (https://www.home.saxo/legal/disclaimer/saxo-disclaimer)
Clause de non-responsabilité complète (https://www.home.saxo/legal/saxoselect-disclaimer/disclaimer)

Saxo Bank (Suisse) SA
Beethovenstrasse 33
CH-8002
Zurich
Suisse

Nous contacter

Select region

Suisse
Suisse

Le négoce d’instruments financiers comporte des risques. Les pertes peuvent dépasser les dépôts sur les produits de marge. Vous devez comprendre comment fonctionnent nos produits et quels types de risques ils comportent. De plus, vous devez savoir si vous pouvez vous permettre de prendre un risque élevé de perdre votre argent. Pour vous aider à comprendre les risques impliqués, nous avons compilé une divulgation des risques  et un ensemble de documents d'informations clés (KID) qui décrivent les risques et opportunités associés à chaque produit. Les KID sont accessibles sur la plateforme de trading. Veuillez noter que le prospectus complet est disponible gratuitement auprès de Saxo Bank (Suisse) SA ou directement de l'émetteur.

Ce site Web est accessible dans le monde entier. Cependant, les informations sur le site Web se réfèrent à Saxo Bank (Suisse) SA. Tous les clients sont directement avec Saxo Bank (Suisse) SA. Collaboration et tous les accords clients avec Saxo Bank (Suisse) SA fermé et donc soumis au droit suisse.

Le contenu de ce site Web constitue du matériel de marketing et n'a été signalé ou transmis à aucune autorité réglementaire.

Si vous contactez Saxo Bank (Suisse) SA ou visitez ce site Web, vous reconnaissez et acceptez que toutes les données que vous transmettez, recueillez ou enregistrez via ce site Web, par téléphone ou par tout autre moyen de communication (par ex. e-mail), à Saxo Bank (Suisse) SA peuvent être transmises à d'autres sociétés ou tiers du groupe Saxo Bank en Suisse et à l'étranger et peuvent être enregistrées ou autrement traitées par eux ou Saxo Bank (Suisse) SA. Vous libérez Saxo Bank (Suisse) SA de ses obligations au titre du secret bancaire suisse et du secret des négociants en valeurs mobilières et, dans la mesure permise par la loi, des autres lois et obligations concernant la confidentialité dans le cadre des divulgations de données du client. Saxo Bank (Suisse) SA a pris des mesures techniques et organisationnelles de pointe pour protéger desdites données contre tout traitement ou transmission non autorisé et appliquera des mesures de sécurité appropriées pour garantir une protection adéquate desdites données.

Apple, iPad et iPhone sont des marques déposées d'Apple Inc., enregistrées aux États-Unis et dans d'autres pays. App Store est une marque de service d'Apple Inc.